Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Lutte contre la maltraitance animale

Amendement n°000095 (Assemblée Nationale)

Rejeté
Justice et droit
Animaux
Sociétal
Déposé le Vendredi 15 janvier 2021
Voir l'amendement dans le dossier

ARTICLE 15

Compléter cet article par les alinéas suivants :
 
« III. – À compter de la date d’entrée en vigueur des interdictions prévues au I et II, l’élevage d’animaux dans le but d’obtenir de la fourrure ainsi que la commercialisation de la fourrure de ces animaux sont punis d’un an d’emprisonnement et d’une amende dont le montant est proportionné au nombre d’animaux concernés et au volume des ventes réalisées. Ce montant ne peut être supérieur à 10 % du chiffre d’affaires hors taxes réalisé en France par l’entreprise au titre du dernier exercice clos.
 
« En cas de condamnation du propriétaire de l’animal ou si le propriétaire est inconnu, le tribunal statue sur le sort de l’animal, qu’il ait été ou non placé au cours de la procédure judiciaire. Le tribunal peut prononcer la confiscation de l’animal et prévoir qu’il sera remis à une fondation ou à une association de protection animale reconnue d’utilité publique ou déclarée, qui pourra librement en disposer.
 
« Les personnes physiques coupables des infractions prévues au présent article encourent également les peines complémentaires d’interdiction, à titre définitif ou non, de détenir un animal et d’exercer, pour une durée de cinq ans au plus, une activité professionnelle ou sociale en lien avec la détention ou l’élevage d’animaux dès lors que les facilités que procure cette activité ont été sciemment utilisées pour préparer ou commettre l’infraction. Cette interdiction n’est toutefois pas applicable à l’exercice d’un mandat électif ou de responsabilités syndicales.
 
« Les personnes morales, déclarées pénalement responsables dans les conditions prévues à l’article 121‑2 du code pénal, encourent les peines suivantes :
 
« – l’amende suivant les modalités prévues à l’article 131‑38 du même code ;
 
« – les peines prévues aux 2° , 4° , 8° et 9° de l’article 131‑39 dudit code. »

Exposé sommaire

L'article 15 de la proposition de loi ne prévoit aucune sanction aux interdictions énoncées au I et II. Cet amendement vise à y remédier. Il détermine également les prérogatives du juge statuant sur le sort de l'animal en cas de condamnation du propriétaire ou si le propriétaire est inconnu. L'amendement reprend, pour certaines de ses dispositions, l’article 521-1 du code pénal, dans ses alinéas 2 à 4, relatifs aux sévices graves et aux actes de cruauté envers les animaux.

Amendements similaires dans ce dossier

Rejeté
Déposé le 22 janvier 2021
Similarité du dispositif: 99% Similarité de l'exposé: 97%
Rejeté
Déposé le 16 septembre 2021 à 07h10
Similarité du dispositif: 89% Similarité de l'exposé: 57%
Adopté
Déposé le 19 janvier 2021
Similarité du dispositif: 82% Similarité de l'exposé: 52%

Amendements similaires issus d'autres dossiers

Retiré
Déposé le 5 octobre 2020
Similarité du dispositif: 99% Similarité de l'exposé: 84%
Retiré
Déposé le 5 octobre 2020
Similarité du dispositif: 83% Similarité de l'exposé: 33%
Retiré
Déposé le 5 octobre 2020
Similarité du dispositif: 44% Similarité de l'exposé: 49%