Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Absence de traité d'extradition entre la France et la Dominique

Question écrite de - Affaires étrangères

Question de ,

Diffusée le 19 juillet 2001

Mme Lucette Michaux-Chevry attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur l'absence de coopération judiciaire et particulièrement de l'absence de traité d'extradition entre la France et la Dominique. En effet, après avoir commis des infractions en Guadeloupe, un citoyen dominicain peut, très rapidement, s'enfuir et se réfugier sur son île échappant ainsi à toutes poursuites. Aussi, elle lui demande quelles mesures il entend prendre afin de remédier à cette situation.

Réponse - Affaires étrangères

Diffusée le 19 juillet 2003

Il n'existe pas actuellement de convention d'extradition liant la France et la Dominique. La France est engagée dans une négociation avec les six Etats membres de l'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale (OECS), à laquelle appartient la Dominique, en vue d'une convention d'entraide judiciaire en matière pénale et d'une convention d'extradition.

En l'absence de convention, l'extradition peut toutefois être accordée au cas par cas. Elle est alors présentée par la voie diplomatique, sur la base de la courtoisie internationale et au titre de la réciprocité. Cependant, dans le cas évoqué, aucune extradition ne serait envisageable, même s'il existait une convention.

Les Etats refusent en effet, en règle générale, d'extrader leurs ressortissants. C'est le cas de la France, qui exclut expressément, dans les conventions auxquelles elle est partie, l'extradition de ses nationaux. De tels refus d'extrader n'aboutissent pas nécessairement à conférer une impunité. Lorsqu'un refus d'extrader est opposé pour cette raison, l'Etat requérant garde la possibilité de dénoncer les faits commis sur son territoire auprès de l'autre Etat afin que la personne en cause puisse être jugée par les tribunaux de son pays. La dénonciation est adressée par la voie diplomatique, au titre de la réciprocité.

Questions similaires

Déposée le 19 août 2010 à 22h00
Similarité de la question: 46% Similarité de la réponse: 55%
Déposée le 19 mars 2010 à 23h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 8 juin 2000 à 22h00
Similarité de la question: 37% Similarité de la réponse: 58%
Déposée le 10 décembre 1997 à 23h00
Similarité de la question: 36% Similarité de la réponse: 54%
Déposée le 5 mai 1993 à 22h00
Similarité de la question: 48% Similarité de la réponse: 47%
Déposée le 5 septembre 2022 à 22h00
Similarité de la question: 29% Similarité de la réponse: 0%