Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Accueil des enfants handicapés en milieu scolaire

Question écrite de - Santé

Question de ,

Diffusée le 19 février 2012

M. Jacques Peyrat souhaite appeler l'attention de M. le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées sur les problèmes liés à l'accueil des enfants handicapés en milieu scolaire. Une opération de sensibilisation sur ces difficultés a été engagée au niveau national par la fédération des conseils des parents d'élèves des écoles publiques et un collectif " Enfance Handicap " a été créé dans les Alpes-Maritimes.

Aujourd'hui, malgré les efforts entrepris et la scolarisation de 1 400 enfants dans ce département, l'accompagnement des élèves handicapés apparaît encore trop insuffisant. Les structures adaptées d'accueil ne sont effectivement pas assez nombreuses pour répondre aux demandes. Les parents s'inquiètent légitimement du manque de classes spécialisées et du manque de personnel formé capable de répondre de façon adaptée aux besoins des personnes handicapées.

L'annonce de la suppression de 1 200 aides éducateurs, dont la rémunération était prise en charge par le ministère de la santé, a par ailleurs conforté leurs inquiétudes. Il apparaît nécessaire que dans le cadre de la politique engagée par le Gouvernement des mesures importantes soient prises pour améliorer l'accueil et la scolarisation de ces enfants.

En conséquence, il souhaiterait connaître sa position sur ce problème et les mesures qu'il envisage de prendre pour améliorer la place des personnes handicapées dans notre société.

Réponse - Personnes handicapées

Diffusée le 19 mars 2009

L'article L. 112-1 du code de l'action sociale et des familles, dans sa rédaction issue de l'article 4 de la loi du 30 juin 1975 d'orientation en faveur des personnes handicapées, pose le principe de l'obligation éducative pour les enfants et adolescents handicapés qui reçoivent soit une éducation ordinaire, soit une éducation spéciale, en fonction des besoins particuliers de chacun d'eux.

L'intégration scolaire des enfants et adolescents a fortement progressé grâce à la mise en place et au développement des services d'éducation spéciale et de soins à domicile, à la mise à disposition de matériels pédagogiques adaptés et, plus récemment, d'auxiliaires de vie scolaire. Par ailleurs, dans le cadre du plan quinquennal en faveur de l'intégration des élèves handicapés annoncé en 2003, le Gouvernement prévoit la mise en oeuvre des projets d'accueil individualisé qui permettra une scolarité aménagée dans les établissements, la sensibilisation à cette situation par des modules de formation continue et spécialisée pour les enseignants du primaire et du secondaire, l'ouverture de 1 000 unités pédagogiques d'intégration au cours des cinq années à venir et, enfin, le développement important des aides à l'intégration scolaire.

S'agissant plus spécifiquement de l'accompagnement des enfants handicapés, scolarisés grâce à la présence d'auxiliaires de vie scolaire gérés dans la majorité des cas par des associations, ou des aides-éducateurs gérés par l'Éducation nationale, et conscient de l'inégalité qui a pu s'installer dans les différents départements, le Gouvernement a souhaité qu'à terme le dispositif, regroupé sous le terme générique d'" auxiliaire de vie scolaire ", soit de la responsabilité de l'éducation nationale.

Les dispositions législatives votées en avril 2003 concernent les assistants d'éducation ; les décrets et circulaires d'application prévoient des dispositions spécifiques concernant les assistants d'éducation qui exercent des missions d'auxiliaires de vie scolaire, soit en intégration collective (classes d'intégration scolaire, CLIS, dans le primaire, ou unités pédagogiques d'intégration, UPI, dans le secondaire).

Afin de faciliter l'organisation d'un véritable service d'auxiliaires de vie scolaire, le recrutement est effectué par l'inspection d'académie. Enfin, la place des associations qui ont contribué à développer de tels services est reconnue, en leur demandant de contribuer à l'organisation des services et à la formation des personnels.

Dès la rentrée scolaire 2003, 6 000 auxiliaires de vie scolaire seront ainsi spécifiquement dédiés à l'intégration scolaire des enfants et adolescents handicapés. Par ailleurs, le projet de loi relatif aux personnes handicapées en cours d'élaboration comportera un volet essentiel consacré notamment au renforcement de la scolarisation des enfants handicapés, de la petite enfance à l'enseignement supérieur, mais aussi à la formation professionnelle.

Parallèlement, le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) a constitué une commission spécialement consacrée à la question de l'éducation et de la scolarisation, afin de permettre aux associations de participer à ces travaux. Chacun s'accorde sur le principe d'une obligation d'éducation.

Il doit cependant être expertisé car sa mise en oeuvre doit être organisée avec la souplesse nécessaire pour répondre au mieux aux besoins des enfants et aux attentes des familles.

Questions similaires

Déposée le 19 février 2008 à 23h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 19 février 2007 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 février 2008 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 19 mars 2002 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 février 2008 à 23h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 19 février 2007 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 63%