Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Aide alimentaire française accordée aux pays africains

Question écrite de - Coopération

Question de ,

Diffusée le 11 janvier 1989

M. Luc Dejoie attire l'attention de M. le ministre de la coopération et du développement sur l'aide alimentaire française accordée aux pays africains. Depuis trois ans, une partie de cette aide alimentaire est achetée non pas en France mais sur place dans certaines régions africaines excédentaires et voisines des zones de famine.

De nombreuses associations humanitaires souhaiteraient qu'au moins 10 p. 100 des fonds de l'aide alimentaire française soient ainsi consacrés a des achats locaux en Afrique. Il lui demande de bien vouloir lui faire connaître ses intentions à ce sujet.

Réponse - Coopération

Diffusée le 15 février 1989

Réponse. - La question de l'honorable parlementaire fait, à juste titre, état des dangers que représente pour les économies locales l'attribution d'une aide alimentaire concurrençant les produits locaux, allant ainsi à l'encontre de l'objectif d'autosuffisance alimentaire que les pays africains poursuivent.

Conscient de ce problème et pour ne pas risquer de déstabiliser les économies locales, le ministère de la coopération et du développement s'est imposé plusieurs règles qui tirent la leçon des expériences passées et vont tout à fait dans le sens des préoccupations exprimées dans le texte de la question.

La première consiste à éviter de reconduire systématiquement les aides ; celles-ci sont maintenant appréciées, en volume et en nature, en fonction des données, conjoncturelles ou permanentes, de la situation alimentaire. La deuxième consiste à ne plus distribuer d'aide alimentaire gratuite aux populations les moins nécessiteuses.

La vente de cette aide alimentaire à un prix qui ne concurrence pas les céréales locales permet de recueillir des crédits qui servent à financer des projets de développement. La troisième tend à développer les aides dites triangulaires permettant l'achat de céréales dans un pays en voie de développement et leur transport dans un pays voisin dont la production est déficitaire.

Le ministère de la coopération et du développement a déjà financé des opérations de distribution de céréales d'une région productrice à une région nécessiteuse d'un même pays. L'aide dite triangulaire est relativement onéreuse en raison essentiellement du coût des achats locaux - qui doivent généralement être faits à des prix supérieurs aux cours mondiaux - et des coûts de transport.

Cependant, les orientations actuelles de la politique de coopération et de développement nous conduisent à favoriser les échanges Sud-Sud, afin de sauvegarder les économies des pays en voie de développement. Une table ronde consacrée à l'aide alimentaire rassemblera au début du mois de février 1989 les fonctionnaires des différentes administrations concernées, les représentants d'organisations professionnelles agricoles et les associations de solidarité internationale actives dans ce domaine.

Ce débat devrait permettre d'harmoniser les différents points de vue et de déterminer des positions communes sur cette importante et difficile question.

Questions similaires

Déposée le 22 février 1989 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 92%
Déposée le 17 février 1999 à 23h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 19 avril 2000 à 22h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 72%
Déposée le 21 mars 2022 à 23h00
Similarité de la question: 50% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 29 novembre 2021 à 23h00
Similarité de la question: 45% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 6 juillet 2022 à 22h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 70%