Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Aide à certains pensionnaires d'EHPAD pour les produits à usage médical

Question écrite de - Personnes âgées

Question de ,

Diffusée le 19 mars 2004

Mme Nelly Olin attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat aux personnes âgées sur l'article 96 de la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. Celui-ci complète l'article L. 314-8 du code de l'action sociale et des familles et modifie le contenu des prestations de soins incluses dans la tarification des établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes (EHPAD) dans le cadre de la signature des conventions tripartites.

Les budgets des établissements spécialisés dans la gérontologie n'ayant pas signé de convention avant la promulgation de la loi ou ne disposant pas d'une pharmacie à usage interne excluent donc désormais les charges et produits relatifs aux médicaments et produits à usage médical. Cette modification suscite l'inquiétude des pensionnaires de ces établissements et de leurs familles, qui devront s'acquitter de la part non remboursable par la sécurité sociale.

En effet, certains bénéficiaires de l'aide sociale ne bénéficient pas pour autant de la CMU. Aussi, elle aimerait savoir si des moyens peuvent être mis en oeuvre pour venir en aide à cette catégorie de personnes âgées.

Réponse - Personnes âgées

Diffusée le 19 mars 2006

Le secrétaire d'Etat aux personnes âgées est particulièrement conscient des besoins des établissements qui hébergent les personnes âgées dépendantes (EHPAD). Tant le degré de dépendance accrue des personnes accueillies, le niveau des moyens en personnel aujourd'hui mobilisé, la nécessaire adaptation du cadre bâti mais surtout la qualité de l'accompagnement et des soins que nous devons à nos aînés justifient une attention et une vigilance particulières.

Nous devons faire de cette politique une priorité de l'action publique. Le plan d'amélioration de la qualité et de médicalisation des EHPAD, qui demeure par bien des aspects encore trop complexe et parfois incompris, présente néanmoins de bons objectifs. Ces derniers visent, notamment, à promouvoir une démarche qualité au sein de chaque établissement et à réduire les inégalités entre établissements dans l'attribution des ressources.

Cette réforme se traduit par une démarche partenariale et la conclusion de conventions tripartites entre les établissements, les départements et l'Etat. La signature de la convention déclenche l'octroi des crédits d'assurance maladie correspondant à la démarche qualité engagée par l'établissement. Cette politique, lancée en 1999, a été revue en 2001.

Depuis son arrivée au Gouvernement, le ministre a poursuivi la démarche de conventionnement : 330 conventions ont été signées en 2000-2001, 1 112 en 2002 dont 400 au premier semestre et 700 au second semestre. Il entend prolonger ce processus de démarche qualité. C'est pourquoi une instruction ministérielle en date du 13 janvier 2003 a été diffusée à tous les acteurs pour lever certains obstacles qui pouvaient subsister dans les procédures et la méthodologie de conventionnement.

De même un objectif de conventionnement a été, formellement et pour la première fois, inscrit dans la loi de financement de la sécurité sociale. L'instruction budgétaire annuelle, qui vient d'être diffusée, précise les conditions de réalisation de cet objectif. Un tiers des conventions environ seront signées avec des établissements déjà médicalisés tels que les unités de soins de longue durée, pour lesquelles la démarche qualité nécessite d'être poursuivie.

Pour un autre tiers, les conventions seront signées dès cette année avec effet au 1er janvier 2004 ainsi que le prévoit la réglementation en vigueur (art. 32 du décret du 26 avril 1999). Pour le solde, enfin, le financement sera imputé sur l'enveloppe dégagée en 2003. Après arbitrage, et utilisation des marges disponibles, celle-ci s'élève désormais à 80 millions d'euros.

Globalement, l'objectif de 1 800 conventions fixé par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2003 peut ainsi être atteint. Au total, le Gouvernement s'est donné les moyens, dans un contexte particulièrement contraint, de poursuivre la médicalisation et donc l'augmentation des dotations des EHPAD afin d'améliorer les services aux personnes âgées et les conditions de travail de ceux qui les entourent chaque jour de leur dévouement.

Le processus, loin d'être achevé, se poursuivra résolument avec le sens des responsabilités et des équilibres entre les besoins et les capacités financières disponibles.

Questions similaires

Déposée le 19 mars 2005 à 23h00
Similarité de la question: 56% Similarité de la réponse: 91%
Déposée le 19 mars 2004 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 mars 2003 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 19 mars 2003 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 19 mars 2003 à 23h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 100%