Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Amélioration du système du permis à points

Question écrite de - Intérieur

Question de ,

Diffusée le 19 juin 2006

M. André Vantomme appelle l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, sur l'amélioration du système du permis à points. Ce système s'ajoute au dispositif législatif et réglementaire relatif du permis de conduire. L'article R. 223-1 du code de la route dispose que le nombre maximal de points affecté au permis de conduire est de douze.

En cas d'infraction, et proportionnellement à la gravité de celle-ci, le retrait des points intervient. Depuis l'instauration de ce procédé, conjointement au déploiement des radars automatiques, les chiffres de la sécurité routière se sont améliorés. Toutefois, certaines améliorations pourraient être envisagées afin de parfaire le dispositif.

Si globalement le système du permis à points est admis par une grande majorité d'automobilistes, le retrait d'un point au premier kilomètre de dépassement apparaît comme injuste. Une marge de tolérance devrait être instituée. Il lui demande s'il envisage d'améliorer le système du permis à points et de bien vouloir se prononcer sur les actions qu'il entend mener à cette fin.

Réponse - Intérieur

Diffusée le 19 juin 2009

L'attention du ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, a été appelée sur la politique de sécurité routière, et plus particulièrement sur le permis à points. Le recul de l'insécurité routière est l'une des priorités majeures des pouvoirs publics et constitue aujourd'hui une attente forte de nos concitoyens en raison du coût humain, social et financier que représentent les risques liés aux accidents de la route.

La politique particulièrement volontariste menée en la matière par le Gouvernement, et qui a d'ores et déjà permis une baisse significative des accidents de la route, vise à obtenir un changement durable des comportements au volant grâce à l'effet conjugué de mesures préventives, pédagogiques et responsabilisantes, mais également par le renforcement du nombre de contrôles et une progression adaptée des sanctions encourues.

Le permis à points, entré en vigueur en France le 1er juillet 1992, constitue aujourd'hui un instrument privilégié du dispositif de prévention et de lutte contre l'insécurité routière et fait partie intégrante du système de formation et de suivi de l'évolution des attitudes au volant de nos concitoyens.

Le système de retraits de points indexés sur la gravité des infractions commises incite les conducteurs contrevenants à réfléchir sur les conséquences de leurs comportements et des conduites à risques. Il les incite à se montrer plus attentifs dans leur façon de se comporter sur les routes. Le dispositif actuel du permis à points fait l'objet d'études et d'analyses, mais toute évolution ne se conçoit que dans l'absence d'une remise en cause de la lutte prioritaire dont fait l'objet la sécurité routière.

Dans cette optique, le comité interministériel de la sécurité routière du 6 juillet 2006 a retenu le principe d'une évaluation du permis de conduire à points, avec des propositions précises et concrètes à court et moyen terme susceptible d'en améliorer la transparence, l'efficacité et la portée pédagogique par des solutions calées notamment sur des contraintes mieux adaptées.

A cet effet, le préfet Jean Aribaud vient d'être désigné conjointement par M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, et M. le ministre des transports, de l'équipement du tourisme et de la mer pour formuler des propositions tendant à améliorer la transparence et l'efficacité du dispositif, afin notamment de favoriser l'accès au permis de conduire et de renforcer la valeur pédagogique du dispositif du permis à points.

Ces propositions seront débattues notamment avec les associations de victimes et avec des experts du Conseil national de la sécurité routière. Dans ce cadre seront notamment étudiées les modalités de reconstitution du capital de points des conducteurs, sous forme de stage et sous forme de délais de récupération automatique, et les conditions de retour au permis de conduire après invalidation, notamment pour ce qui concerne le délai de six mois.

Le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, est particulièrement attentif à l'évolution de ce dossier et au caractère pragmatique des propositions qui seront présentées dans ce rapport dont le rendu est prévu avant le 15 octobre prochain.

Questions similaires

Déposée le 19 septembre 2007 à 22h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 19 septembre 2004 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 19 septembre 2004 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 19 juin 2007 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 19 juin 2007 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 71%
Déposée le 19 avril 2003 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 69%