Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Anciens combattants : examen des dossiers soumis à la Commission nationale consultative

Question écrite de - Anciens combattants

Question de ,

Diffusée le 18 janvier 1989

M. Charles Descours attire l'attention de M. le secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants et des victimes de guerre sur la sévérité de la Commission nationale consultative dans l'examen des dossiers de demandes de pension ou d'aggravation. En effet, la plupart des avis favorables de demandes de pension ou de demandes d'aggravation, pris par les commissions départementales de réforme, après passage devant expert ou décision d'un médecin, sont remis en cause par la commission consultative qui statue sur pièces.

En conséquence, il lui demande s'il entend prendre des dispositions pour remédier à cette remise en cause quasi systématique, par la commission consultative, des décisions favorables prises par les commissions départementales de réforme.

Réponse - Anciens combattants

Diffusée le 26 avril 1989

Réponse. - La commission consultative médicale est, par définition, un organisme consultatif et à ce titre n'a donc aucun pouvoir de décision. Elle émet des avis en toute indépendance sur le droit à pension après qu'une première appréciation a été portée soit par la commission de réforme quant il s'agit de pension militaire d'invalidité, soit par le médecin-chef du centre de réforme quand il s'agit de dossiers de veuves, d'orphelins, d'enfants infirmes ou d'allocation n° 9.

Dans tous les cas qui lui sont soumis, elle est chargée d'apprécier qu'il est fait une juste application des textes en vigueur et une exacte interprétation du guide-barème. Ce pouvoir de contrôle lui permet de rectifier, en particulier, les erreurs matérielles, d'arbitrer les points de vue, parfois divergents, entre médecins experts et commission de réforme, de se prononcer sur l'imputabilité au service, sur le taux alloué à chaque infirmité.

De son chef, elle ne baisse ou n'augmente jamais un taux de pension, sauf en cas d'erreur matérielle. Quand le taux du barème n'a pas été respecté (dans un sens ou dans l'autre) ou lorsque ce taux n'est pas justifié par l'expertise et les examens complémentaires (radiologiques, biologiques, électriques...) qui s'y rapportent, elle provoque de nouveaux examens médicaux ou médico-légaux.

En 1987, la commission consultative médicale a émis un avis sur 27 p. 100 des dossiers de demande de pension ou de révision de pension en cours d'instruction 84 p. 100 des avis émis par elle sur l'imputabilité ou le taux des infirmités étaient conformes aux propositions des commissions de réforme. C'est dire que la remise en cause desdites propositions ne revêt aucun caractère systématique.

Questions similaires

Déposée le 9 novembre 1988 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 19 novembre 2003 à 23h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 30%
Déposée le 8 janvier 1997 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 19 novembre 2002 à 23h00
Similarité de la question: 45% Similarité de la réponse: 30%
Déposée le 20 novembre 1996 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 23 mars 1994 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 58%