Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Application de l'instruction ministérielle 3A-7-06 n° 100 du 16 juin 2006

Question écrite de M. Jacques Legendre - Budget

Question de M. Jacques Legendre,

Diffusée le 19 juillet 2007

M. Jacques Legendre attire l'attention de M. le ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique sur l'application de l'instruction ministérielle 3A-7-06 n° 100 du 16 juin 2006 qui redéfinit, conformément à la réglementation européenne, les règles d'application de la TVA sur les subventions.

Dans sa partie II « application » point B 13 « subventions n'entretenant pas un lien direct avec le prix d'opérations imposables », elle précise à l'alinéa 3 que les subventions dites de fonctionnement, destinées à couvrir exclusivement une partie des frais d'exploitation d'un organisme, ne sont pas imposables.

Les transports en commun sont concernés car l'équilibre de leur gestion provient souvent d'une subvention accordée par les collectivités locales, au premier rang desquelles figurent les intercommunalités souvent autorités organisatrices des transports. À l'appui de l'instruction ministérielle et de la récente jurisprudence européenne en matière de TVA, il apparaît donc possible de verser une subvention pour les transports collectifs sans que cette dernière fasse l'objet d'une taxation, car elle est la contrepartie partielle ou totale de la prestation demandée.

Il s'étonne que les services des impôts n'en fassent pas application et souhaiterait qu'ils lui en indiquent les raisons. Il demande de bien vouloir préciser sa position sur cette question importante pour les collectivités, autorités organisatrices des transports.

Réponse - Économie

Diffusée le 19 juillet 2010

En matière de taxe sur la valeur ajoutée (TVA), une somme, quelle que soit sa qualification (aides, subventions...), doit être soumise à la taxe dès lors qu'elle peut s'analyser soit comme la contrepartie d'une livraison de biens ou d'une prestation de services individualisée rendue au profit de la partie versante, soit comme le complément du prix de telles opérations.

Constituent des subventions complément de prix, les sommes versées pour compléter le prix réclamé au public, dont les conditions d'attribution permettent d'établir, sans ambiguïté, l'existence d'un lien direct entre la subvention et les prix pratiqués par leur bénéficiaire, et dont le principe du versement existe avant l'intervention du fait générateur de l'opération dont elles constituent une partie du prix.

Lorsqu'une subvention présente le caractère d'une subvention complément de prix, elle suit les règles d'imposition des opérations dont elle complète le prix, notamment pour ce qui concerne le taux. L'instruction administrative, publiée au Bulletin officiel des impôts (BOI) le 16 juin 2006 sous la référence 3 A-7-06, a précisé cette notion de « subvention complément de prix » afin de tenir compte de la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE).

S'agissant de la situation des services de transport public de voyageurs, il ressort du point 13 de cette instruction que ne constituent pas des subventions directement liées au prix d'opérations imposables, les subventions dites « d'équipement » qui sont, au moment de leur versement, allouées pour le financement total ou partiel d'un bien d'investissement déterminé, les subventions dites de « fonctionnement » qui couvrent exclusivement une partie des frais d'exploitation d'un organisme, les subventions dites « d'équilibre » allouées afin de compenser, a posteriori, un déficit d'exploitation et « le versement de transport » lorsqu'il est perçu par une collectivité locale qui exploite en régie directe son service de transport public de voyageurs.

Mais en tout état de cause, le caractère taxable d'une subvention ne peut effectivement être établi que si l'examen détaillé, au cas par cas, de l'intention des parties, des modalités de versement des subventions et des circonstances qui sont à l'origine de leur versement, fait apparaître de manière non équivoque une relation entre la décision de la partie versante d'octroyer la subvention et la diminution des prix pratiqués par le bénéficiaire vis-à-vis de sa clientèle.

Cet élément est à rechercher le plus souvent dans les conventions ou décisions d'attribution des subventions. Par ailleurs, dans la mesure où les exploitants de services de transport public de voyageurs (collectivités locales ou délégataires de services publics) réalisent en principe, au sein de leurs opérations entrant dans le champ d'application de la TVA, exclusivement des opérations soumises à la TVA, les subventions non imposables qu'ils seraient amenés à percevoir n'ont aucune incidence sur la détermination de leurs droits à déduction.

Enfin, il est rappelé que lorsque les subventions non imposables à la TVA (à l'exclusion des subventions exceptionnelles et des subventions d'équipement) perçues par un exploitant de service de transport public de voyageurs autre qu'une collectivité locale (ou qu'un groupement de collectivités locales) excèdent 10 % de ses recettes totales de l'année précédente, celui-ci est redevable de la taxe sur les salaires dans les conditions prévues par les dispositions des articles 231-1 et suivants du code général des impôts (instruction administrative publiée au BOI le 15 mai 2007 sous la référence 5 L-2-07).

Questions similaires

Déposée le 19 août 2008 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 86%
Déposée le 19 juillet 2011 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 83%
Déposée le 19 juin 2012 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 4 mars 2019 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 16 juin 1999 à 22h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 43%
Déposée le 16 septembre 2015 à 22h00
Similarité de la question: 54% Similarité de la réponse: 58%