Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Application des sanctions fiscales de l'article 1729 du code général des impôts

Question écrite de - Économie

Question de ,

Diffusée le 19 mars 2012

M. Jacques Moulinier signale à l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie l'instruction administrative du 26 juin 2002 (14B3 02) définissant les modalités de reprise de l'administration dans l'hypothèse d'une remise en cause de l'avoir fiscal indûment transféré à un créancier non résident.

Cette instruction précise : " L'intérêt de retard prévu par l'article 1727 du CGI ne peut être appliqué qu'aux sommes ayant le caractère d'une imposition. Il en résulte que la remise en cause de l'avoir fiscal indûment transféré à un créancier non résident ne peut être assortie de l'intérêt de retard.

" Mais elle ne prend pas position sur l'application des sanctions fiscales de l'article 1729 (CGI) : 40 % pour mauvaise foi, 80 % pour manoeuvres frauduleuses ou abus de droit. Au regard des dispositions des articles 1729 et 1727 (CGI) et de la jurisprudence du Conseil d'Etat (CE 24 juillet 1987, n° 82092, concl.

Martin Laprade, DF 1987, comm. 2367), il semble bien qu'en l'absence de texte fiscal spécial, la remise en cause, par l'administration, de l'avoir fiscal indûment transféré à un créancier non résident ne peut être assortie de sanctions fiscales, ne s'agissant pas de minoration de droits que le contribuable était personnellement tenu d'acquitter.

Aussi est-il demandé au ministre de confirmer que les sanctions fiscales prévues à l'article 1729 (CGI) ne peuvent, à l'instar de l'intérêt de retard, être appliquées qu'aux sommes ayant le caractère d'une imposition et qu'il en résulte que la remise en cause de l'avoir fiscal indûment transféré à un créancier non résident ne peut être assortie de sanctions fiscales, en l'état actuel des textes en vigueur.

Réponse - Économie

Diffusée le 19 avril 2003

Les majorations prévues à l'article 1729 du code général des impôts ne peuvent être appliquées qu'aux sommes ayant le caractère d'une imposition dont le contribuable était personnellement redevable. En conséquence, ces sanctions ne sont pas applicables dans l'hypothèse de la remise en cause de l'avoir fiscal indûment transféré à un créancier non résident.

Questions similaires

Déposée le 19 avril 2001 à 22h00
Similarité de la question: 94% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 mars 2008 à 23h00
Similarité de la question: 96% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 avril 2010 à 22h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 23 octobre 2017 à 22h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 24 mai 1989 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 48%
Déposée le 19 mai 1999 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 0%