Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Apposition de la cocarde tricolore sur les véhicules des élus locaux

Question écrite de M. Jean Louis Masson - Intérieur

Question de M. Jean Louis Masson,

Diffusée le 23 novembre 2016

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le fait que la question écrite n° 11355 qu'il lui a posée le 24 avril 2014 n'a pas obtenu de réponse malgré un délai de plus de deux ans. Cette question étant devenue caduque, il attire donc à nouveau son attention sur le fait que certains démarcheurs proposent aux communes de leur vendre des autocollants comportant la cocarde tricolore et la mention « maire » ou « adjoint au maire » Ces cocardes ont vocation à être collées sur le pare-brise des voitures de ces élus.

Il lui demande si une telle démarche est légale. Plus généralement, il souhaiterait qu'il lui indique à quel type de fonctions est réservée l'utilisation de la cocarde tricolore sur le pare-brise des voitures.

Réponse - Intérieur

Diffusée le 1 mars 2017

Aux termes de l'article 50 du décret n°  89-655 modifié du 13 septembre 1989 relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires, seules les personnes figurant sur la liste limitative fixée par cet article peuvent apposer une cocarde tricolore sur le pare-brise de leur véhicule.

Les élus locaux ne figurent pas sur cette liste, contrairement, notamment, aux parlementaires, aux membres du Gouvernement ou du corps préfectoral. Il en ressort que les élus locaux ne sont pas habilités à apposer une telle cocarde (voir en la matière, les réponses aux questions écrites n°  20236, JO AN du 5 février 1990 page 569, et n°  4281, JO Sénat du 26 août 2008 page 1293).

Questions similaires

Déposée le 23 avril 2014 à 22h00
Similarité de la question: 83% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 29 octobre 1986 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 62%
Déposée le 19 avril 2007 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 48%
Déposée le 11 janvier 1995 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 51%
Déposée le 24 juin 1998 à 22h00
Similarité de la question: 45% Similarité de la réponse: 39%
Déposée le 23 octobre 2019 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 26%