Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Attitude française et conflit algérien

Question écrite de - Affaires étrangères

Question de ,

Diffusée le 15 octobre 1997

M. Roger Husson appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la situation dramatique que connaît actuellement l'Algérie. En effet, ce pays traverse, depuis plus de cinq ans, une période particulièrement trouble. Si la guerre civile trouve son origine dans les affrontements entre les groupes islamiques armés et le gouvernement militaire qui a partie liée avec le FLN, le conflit a, aujourd'hui, pris une autre tournure.

A ce degré, nous pouvons dire que nous assistons à un véritable génocide et l'acharnement mis par les islamistes à commettre des attentats sanglants, à égorger femmes et enfants montre bien leur détermination à pratiquer l'extermination. Or face à ces effroyables exactions, la communauté internationale reste silencieuse se rendant coupable de non assistance à population en danger.

C'est pourquoi, compte tenu de ces différents éléments, il lui demande quelle politique il compte adopter afin qu'une solution puisse être trouvée en Algérie que des liens historiques et affectifs unissent toujours à la France.

Réponse - Affaires étrangères

Diffusée le 3 décembre 1997

Réponse. - La tragédie qui endeuille l'Algérie depuis plusieurs années bouleverse profondément la France. La société française, horrifiée par tant d'atrocités et de crimes odieux, exprime son soutien et sa solidarité au peuple algérien. Face à ce drame, le gouvernement français dénonce, sans répit, le terrorisme et la violence aveugle qui frappent l'Algérie.

La population algérienne, meurtrie et déchirée, aspire aujourd'hui, plus que jamais, à vivre en paix. Sans s'ingérer dans les affaires intérieures algériennes, le gouvernement français souligne l'importance d'une solution politique et démocratique authentique, élaborée par les Algériens eux-mêmes. Il revient, en effet, au peuple algérien de déterminer librement son avenir et de trouver, par lui-même, une issue à la crise que traverse l'Algérie.

L'Algérie vient d'achever le processus électoral et institutionnel engagé en 1995 par le Président Liamine Zeroual. Le gouvernement français forme le voeu que les nouvelles institutions favorisent la réconciliation nationale et contribuent au débat démocratique en Algérie. Il suit avec attention la mise en oeuvre du programme de réforme politique, économique et sociale annoncé par les autorités algériennes.

Le gouvernement français s'attache, par ailleurs, à poursuivre, de manière très concrète, ses actions de coopération avec l'Algérie, en particulier dans les domaines qui touchent directement la population (santé, enseignement, éducation, etc.). Il accueille, à cet égard, avec faveur les manifestations de solidarité qui émanent de la société civile afin de soutenir la population algérienne et d'alléger ses souffrances.

Les autorités françaises entretiennent enfin une concertation régulière avec leurs principaux partenaires, notamment avec les Etats membres de l'Union européenne. Les Quinze entendent, dans ce cadre, favoriser l'ouverture en Algérie vers toutes les parties qui refusent la violence.

Questions similaires

Déposée le 17 décembre 1997 à 23h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 13 mai 1998 à 22h00
Similarité de la question: 34% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 9 octobre 1997 à 22h00
Similarité de la question: 56% Similarité de la réponse: 60%
Déposée le 24 décembre 1997 à 23h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 17 décembre 1997 à 23h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 78%
Déposée le 28 janvier 1998 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 80%