Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Attribution de la couverture maladie universelle complémentaire

Question écrite de - Emploi

Question de ,

Diffusée le 21 juin 2000

M. Jean-Claude Peyronnet attire l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur certaines situations résultant de l'application de la loi nº 99-641 du 27 juillet 1999 portant création de la couverture maladie universelle. L'attribution de la CMU complémentaire est conditionnée par les revenus du bénéficiaire.

Le problème réside dans le fait que certaines personnes ne peuvent bénéficier de cette couverture complémentaire alors qu'elles étaient auparavant titulaires de la carte santé. Ainsi en est-il par exemple des personnes hébergées en établissement pour personnes âgées ou handicapées au titre de l'aide sociale et qui perçoivent le minimum vieillesse, l'allocation adultes handicapés ou ont des ressources légèrement supérieures au plafond d'attribution.

Or, hébergées au titre de l'aide sociale, ces personnes ne peuvent conserver légalement que 429 francs par mois en application de l'article 142 du code de la famille et de l'aide sociale. Dès lors, il leur est difficile de payer une mutuelle. De même, certaines personnes, disposant d'un revenu très légèrement supérieur au plafond d'attribution de la CMU complémentaire, ne souscrivent pas de mutuelle.

Or ces personnes pouvaient auparavant déposer, en cas d'hospitalisation, une demande d'aide médicale auprès des services sociaux du département qui prenaient totalement ou partiellement en charge les frais médicaux. En conséquence, il souhaiterait savoir de quelle manière le Gouvernement entend traiter ces situations afin que ces personnes ne soient pas les exclus de la CMU et continuent à bénéficier d'aides équivalentes à celles existant avant.

Réponse - Emploi

Diffusée le 13 décembre 2000

Réponse. - La protection complémentaire en matière de santé instituée par la loi du 27 juillet 1999 portant création d'une couverture maladie universelle constitue une prestation à caractère social sous condition de ressources. L'ensemble des ressources du foyer du demandeur est pris en compte à l'exception de certaines prestations à objet spécialisé et de certaines rémunérations de nature professionnelle.

Les seules charges déduites de ces ressources sont les charges consécurives aux versements des pensions et obligations alimentaires. S'agissant des personnes âgées ou handicapées placées dans un établissement au titre de l'aide sociale, il n'a pas été prévu de déduire les charges afférentes aux frais d'hébergement en établissement pour personnes âgées car une telle disposition aurait entraîné une inégalité de traitement entre ces dernières et les personnes vivant à leur domicile qui doivent également faire face aux dépenses de la vie courante telles que les charges afférentes à leur entretien et à leur logement sans pouvoir les déduire de leurs ressources.

L'article 142 du code de la famille et de l'aide sociale prévoyant que les ressources des personnes hébergées au titre de l'aide sociale sont affectées dans la limite de 90 % à leurs frais d'hospitalisation, il revient aux commissions d'admission à l'aide sociale de fixer ce pourcentage puis, le cas échéant, de le réviser de telle sorte que l'intéressé puisse toujours utiliser librement la somme mensuelle de ressources laissée à sa disposition, compte tenu de ses charges, notamment de santé.

Le seuil de 3 500 francs par mois qui avait été retenu par le Gouvernement pour l'accès à la couverture maladie universelle complémentaire lors de sa création a permis un progrès notable par rapport à la moyenne des barèmes départementaux d'admission à l'aide médicale qui pour la plupart étaient fixés à 2 500 francs par mois.

En effet, au 30 juin 2000, plus de 4,3 millions de personnes étaient couvertes. Aujourd'hui, le nombre de bénéficiaires peut être estimé à 4,7 millions. C'est beaucoup plus que les bénéficiaires de l'ancienne aide médicale départementale. Toutefois, l'application de ce dispositif soulève certaines difficultés, en particulier pour les personnes dont les ressources excèdent de peu le seuil retenu pour la couverture maladie universelle et notamment pour celles qui bénéficiaient de l'aide médicale départementale.

Face à ces difficultés, le Gouvernement, a décidé de mettre en uvre trois dispositions : tout d'abord, le seuil pour l'accès à la couverture maladie universelle complémentaire sera très prochainement porté par décret à 3 600 francs par mois, ce qui représente 300 000 bénéficiaires supplémentaires ; ensuite, 400 millions de francs sont affectés aux fonds d'action sanitaire et sociale des caisses primaires d'assurance maladie pour la prise en charge des personnes dont les revenus dépassent de peu le plafond de la couverture maladie universelle ; enfin, les personnes qui bénéficiaient de l'aide médicale départementale au 1er janvier 2000, et qui ont vu leurs droits automatiquement prolongés dans le dispositif de la couverture maladie universelle jusqu'au 31 octobre, vont bénéficier d'un nouveau report jusqu'au 30 juin 2001, afin de préparer leur sortie du dispositif et d'éviter toute rupture de droits.

Ce nouveau délai doit permettre de dégager des solutions adaptées à la situation des anciens bénéficiaires de l'aide médicale départementale d'ici le 30 juin 2001, grâce à l'intervention des fonds d'action sanitaire et sociale des caisses, des départements, qui conservent une compétence générale en matière d'aide sociale, et des organismes complémentaires qui peuvent créer, dans la même perspective, un fonds d'accompagnement.

Questions similaires

Déposée le 28 juin 2000 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 20 décembre 2000 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 94%
Déposée le 2 août 2000 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 20 décembre 2000 à 23h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 93%
Déposée le 12 juillet 2000 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 12 juillet 2000 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 100%