Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Augmentation des droits à percevoir dans les chancelleries diplomatiques et consulaires

Question écrite de - Affaires étrangères

Question de ,

Diffusée le 28 avril 1993

M. Charles de Cuttoli attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur le décret n° 92-12 du 6 janvier 1992 modifiant le décret n° 81-778 du 13 août 1981, fixant le tarif des droits à percevoir dans les chancelleries diplomatiques et consulaires. Il lui expose que nos compatriotes établis dans des pays d'Afrique, notamment en Côte-d'Ivoire, sont préoccupés par ces augmentations.

Compte tenu de la situation économique dans plusieurs de ces pays, ils demandent à pouvoir bénéficier d'une réduction des droits ou de tarifs spécifiques. Il lui demande de bien vouloir lui faire connaître s'il entend prendre des mesures particulières dans ce domaine.

Réponse - Affaires étrangères

Diffusée le 16 juin 1993

Réponse. - Le réajustement du tarif des droits de chancellerie tel qu'il résulte du décret n° 92-12 du 6 janvier 1992, pris conjointement avec le ministère de l'économie, des finances et du budget, a été rendu nécessaire par le fait que l'ancien tarif, inchangé depuis 1981, était devenu très sensiblement inférieur à celui pratiqué en métropole notamment en matière notariale.

Il convient de noter que la fixation du tarif des passeports et cartes nationales d'identité ne relève pas de ce décret mais de la loi de finances. Le coût des passeports, formalité la plus communément requise par nos compatriotes de l'étranger, n'a d'ailleurs pas subi d'augmentation. Si l'instauration de tarifs spécifiques à amplitude variable n'est pas envisageable, il existe néanmoins des dispositions réglementaires qui permettent à nos compatriotes démunis de ressources de bénéficier d'une exonération totale ou partielle des droits de chancellerie.

La justification de l'impécuniosité des requérants est laissée à l'appréciation des chefs de postes diplomatiques ou consulaires qui doivent, naturellement, s'entourer de toutes les garanties nécessaires.

Questions similaires

Déposée le 29 mars 2000 à 22h00
Similarité de la question: 46% Similarité de la réponse: 69%
Déposée le 23 août 2023 à 22h00
Similarité de la question: 40% Similarité de la réponse: 64%
Déposée le 8 novembre 2000 à 23h00
Similarité de la question: 31% Similarité de la réponse: 69%
Déposée le 19 octobre 2002 à 22h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 27 mai 2020 à 22h00
Similarité de la question: 42% Similarité de la réponse: 57%
Déposée le 17 juin 2020 à 22h00
Similarité de la question: 49% Similarité de la réponse: 41%