Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Augmentation des effectifs de police pour la ville de Mâcon

Question orale sans débat de - Intérieur

Question de ,

Diffusée le 27 novembre 2000

M. Jean-Patrick Courtois appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur le nombre croissant d'actes d'incivilité, de délinquance et de délits de tous ordres, souvent passés sous silence, et presque toujours impunis, perpétrés dans la ville de Mâcon. Malgré une action exemplaire, le désarroi des forces de police aux premières lignes de cette lutte pour la garantie de nos libertés s'enracine dans une remarquable évidence : une part importante de cette délinquance est le fait de récidivistes connus sur place.

Le taux d'élucidation des crimes et délits est de 35 % à Mâcon, ce qui est très faible quand on sait que ce chiffre exprime la part des infractions constatées dont le ou les auteurs ont été identifiés et entendus par procès-verbal. Or, beaucoup d'actes de petite délinquance, ceux qui embarrassent la vie quotidienne des Mâconnais, ne sont ni signalés ni enregistrés.

De même, la délinquance des mineurs et les actes d'incivilité connaissent une augmentation foudroyante : tags, rackets, dégradations volontaires, véhicules incendiés, agressions se multiplient de toute part dans les quartiers de Mâcon. Il est donc essentiel que la politique de sécurité élaborée par les services de l'Etat se donne pour objectif la disparition de toute impunité, afin que les citoyens ne se sentent plus dans l'obligation de s'isoler chez eux pour ne pas mettre leurs existences et leurs biens en danger.

Mais encore faut-il leur en donner les moyens ? Or, à Mâcon, le nombre des fonctionnaires de police a subi une baisse de 12 postes et les crédits affectés à la Saône-et-Loire ont été diminués de plus de quatre cent mille francs. Devant cette situation intolérable qui affecte profondément les Mâconnais dans leur vie au quotidien, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures que le Gouvernement entend prendre pour procéder au rétablissement de l'effectif et pour amplifier la création de postes que nécessite la dérive de la situation actuelle en Mâconnais, et souhaite savoir quand ces mesures seront prises.

Réponse - Enseignement professionnel

Diffusée le 19 janvier 2001

M. Jean-Patrick Courtois. Monsieur le ministre, je souhaite appeler l'attention de M. le

ministre de l'intérieur, ainsi que la vôtre, sur le nombre croissant d'actes d'incivilité, de

délinquance, et de délits de tous ordres, souvent passés sous silence et presque toujours

impunis, perpétrés dans la ville de Mâcon.

Magré une action exemplaire, que je dois souligner, le désarroi des forces de police, aux

premières lignes de cette lutte pour la garantie de nos libertés, s'enracine dans une

remarquable évidence : une part importante de cette délinquance est le fait de récidivistes

connus sur place.

Le taux d'élucidation des crimes et délits est de 35 % environ à Mâcon, ce qui est très faible

quand on sait que ce chiffre exprime la part des infractions constatées dont le ou les auteurs

ont été identifiés et entendus par procès-verbal. Or, nous le savons, beaucoup d'actes de

petite délinquance, ceux qui embarrassent la vie quotidienne des Mâconnais, ne sont ni

signalés ni enregistrés.

De même, la délinquance des mineurs et les actes d'incivibilité connaissent une

augmentation foudroyante : tags, rackets, dégradations volontaires, véhicules incendiés et

agressions se multiplient de toutes parts dans les quartiers de Mâcon.

Il est donc essentiel que la politique de sécurité élaborée par les services de l'Etat se donne

pour objectif la disparition de toute impunité, afin que les citoyens ne se sentent plus dans

l'obligation de s'isoler chez eux pour ne pas mettre leur existence et leurs biens en danger.

Encore faut-il s'en donner les moyens !

Or, à Mâcon, le nombre des fonctionnaires de police a subi une baisse de douze postes et

les crédits affectés à la Saône-et-Loire ont été diminués de plus de quatre cent mille francs.

Devant cette situation intolérable, qui affecte profondément les Mâconnais dans leur vie au

quotidien, je vous demande de bien vouloir m'indiquer les mesures que le Gouvernement

entend prendre pour procéder au rétablissement de l'effectif et pour amplifier la création de

postes que nécessite la dérive de la situation actuelle en Mâconnais. Pouvez-vous me dire,

par ailleurs, quand ces mesures seront prises ?

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué à l'enseignement professionnel. Monsieur le

sénateur, soyez assuré que M. le ministre de l'intérieur est désolé de se trouver empêché de

vous répondre personnellement, car il sait l'intérêt soutenu et vigilant que vous portez à ces

questions de sécurité.

C'est donc à moi qu'il revient de vous répondre, au nom du Gouvernement. Je le fais avec

d'autant plus d'intérêt que, étant en charge d'un secteur qui accueille la moitié de la classe

d'âge concernée, je suis bien informé de la tendance, que vous soulignez, à une violence dont

les formes ont évolué d'une manière qui nous a tous pris, en quelque sorte, à contre-pied.

Inconstestablement, nous sommes face à un nouveau défi que nous ne pouvons pas toujours

penser dans les catégories dans lesquelles nous l'avions pensé dans le passé. Je n'en dirai

pas plus.

Qu'il me soit toutefois permis d'affirmer ici certain de votre compréhension, que, au-delà de

tout ce que nous pourrons apporter comme réponses en termes de moyens, la responsabilité

morale des individus est aussi engagée. Face au déversement d'images faisant l'apologie de

la violence parfois la plus barbare, exposée sans aucun discernement, sans aucune maîtrise,

à nos jeunes générations, au nom d'un principe de liberté, à mon avis, fort mal compris,

aberrant au regard de la tradition millénaire qui veut que les images contribuent à la formation

de la psyché des jeunes, on ne saurait soutenir le contraire.

En effet, de la misère, il y en a toujours eu, tout comme des difficultés psychologiques ; mais

de telles formes de violence, ce n'est qu'aujourd'hui que nous les constatons, et nous devons

nous demander quelles en sont les causes et les examiner toutes ensemble, car vous avez

raison : c'est au quotidien, dans d'innombrables actes que, petit à petit, se déchire de

manière extrêmement préoccupante quelque chose qui est le goût de vivre ensemble.

Au cas particulier, je souligne qu'au vu des statistiques de la la délinquance, d'après les

premières estimations, la circonscription de Mâcon connaît un taux de criminalité inférieur à

la moyenne nationale. Il faut en féliciter les familles, mais aussi tous ceux qui concourent à

une certaine stabilité de la situation : police nationale, police municipale et, très

vraisemblablement aussi, la vie associative, les travailleurs sociaux, bref, tous ceux qui, sur

place, concourent à maintenir les liens qui font une certaine qualité de vie.

De plus, les services de police nationale et municipale sont présents dans les quartiers et y

déploient, de jour comme de nuit, tant dans le domaine préventif que dans le domaine

répressif, une activité soutenue que vous avez très justement soulignée. C'est leur devoir.

Cette activité s'est concrétisée par une hausse du nombre des faits élucidés, des gardés à

vue et des personnes mises en cause en 2000 par rapport à 1999.

Cependant, pour lutter davantage contre les incivilités, la délinquance des mineurs et les

délits de voie publique, qui exacerbent le sentiment d'insécurité de la population, qui

exaspèrent nos concitoyens, le Gouvernement reste déterminé à ne rien négliger qui puisse

garantir l'autorité de l'Etat ainsi que le droit fondamental à la sécurité. Que ceux qui

voudraient y contrevenir en soient bien informés !

Dans ce domaine, la politique engagée depuis le colloque de Villepinte, en octobre 1997, et

au travers des conseils de sécurité intérieure repose principalement sur deux outils différents

mais complémentaires que sont la police de proximité et le contrat local de sécurité, l'un et

l'autre s'inspirant d'une logique de coproduction de la sécurité.

Je me félicite de l'engagement de la ville de Mâcon dans l'action partenariale menée

notamment avec les services de l'Etat afin de parvenir à une meilleure sécurité des personnes

et des biens.

Cette démarche s'est traduite, en septembre dernier, par la signature d'une convention de

coordination entre la police nationale et la police municipale, ainsi que par celle, le 15

décembre 1998, d'un contrat local de sécurité dont l'élargissement aux communes

signataires du contrat d'agglomération témoigne, semble-t-il, du succès.

Parallèlement à cette dynamique partenariale, la circonscription de Mâcon sera associée à la

nouvelle doctrine d'emploi et d'action policière que constitue la police de proximité, et ce dès

2001, puisqu'elle a été retenue dans la deuxième vague de généralisation.

Dans cette perspective, le département de Saône-et-Loire, où les circonscriptions de Mâcon,

de Chalon-sur-Saône et du Creusot, que j'ai l'honneur de bien connaître, sont retenues au titre

de la deuxième vague de généralisation de la police de proximité, bénéficiera de dotations

budgétaires substantielles et de moyens accrus en véhicules, qui seront fixés très

prochainement.

Par ailleurs, en termes de personnels, le commissariat de Mâcon, qui dénombrait, au début

du mois de janvier 2001, 87 fonctionnaires de tous grades, assistés de 21 adjoints de

sécurité, a vu ses effectifs s'accroître, par rapport au 1er janvier 2000, de 15 fonctionnaires et

adjoints de sécurité.

Une telle évolution témoigne d'ores et déjà de la volonté du Gouvernement de doter la

circonscription de Mâcon des moyens nécessaires à la lutte contre ladélinquance.

Soyez assuré, monsieur le sénateur, que le ministre de l'intérieur suivra avec une attention

particulière la situation de cette circonscription lors des futurs mouvements des personnels et

de la poursuite du programme emplois-jeunes, afin que la mise en oeuvre de la police de

proximité soit pleinement réalisée en 2001.

M. Jean-Patrick Courtois. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à M. Courtois.

M. Jean-Patrick Courtois. Comme je l'ai indiqué dans le rapport sur le budget de la police

que j'ai eu l'honneur de présenter au Sénat, l'appareil statistique, vous le savez comme moi,

n'est pas fiable : à l'heure actuelle, ne sont enregistrés que les procès-verbaux transmis au

parquet.

Cela signifie que tous les actes d'« incivilité », pour employer le terme désormais utilisé, ne

sont pas comptabilisés. Il est donc faux de dire que le nombre des actes délictueux diminue.

Si, demain, on supprimait tous les procès-verbaux, on ne pourrait pas pour autant dire qu'il

n'y a plus de criminalité en France !

Or, ce qui gêne le plus nos concitoyens, ce sont ces actes d'incivilité. Ne pas les retenir

dans les statistiques, ce n'est pas correct, cela donne une fausse image de la réalité.

La semaine dernière, à Mâcon, deux personnes âgées ont été agressées. Les deux

délinquants ont été arrêtés. Aucun acte n'a été transmis ; ces deux faits n'apparaissent nulle

part.

Ma deuxième remarque porte sur les effectifs. Vous dites que des adjoints de sécurité seront

nommés. Certes, mais un commissariat de police comme celui de Mâcon a besoin, pour

appliquer un îlotage réel et efficace, de fonctionnaires de police professionnels et nous

souhaitions que douze fonctionnaires titulaires supplémentaires soient nommés. Or, vous

proposez des emplois-jeunes. Très bien ! On peut peut-être former des jeunes. Mais de tels

postes doivent venir en plus et non à la place de fonctionnaires titulaires.

J'ai entendu tout à l'heure la réponse que vous avez adressée à mon collègue M. Fatous. Je

partage votre sentiment et je demande simplement que le ministre de l'intérieur applique ce

que vous faites au ministère de l'éducation nationale.

Peut-être faut-il simplement faire en sorte que vous soyez demain ministre de l'intérieur...

C'est ce que je vous souhaite. (Sourires.)

M. Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Jean-Luc Mélenchon, ministre délégué. Monsieur Courtois, je suis très ému de vos

voeux, croyez-le !... (Nouveaux sourires.)

J'entends bien votre raisonnement. Elu local d'une zone urbaine, je comprends bien vos

interrogations.

Naturellement, nous ne confondrons pas la mesure avec la réalité. Vous avez raison de dire

que l'instrument statistique ne mesure qu'un ordre particulier de délinquance. Mais, vous

l'admettez, il s'agit des formes les plus lourdes, qui relèvent des missions traditionnelles de

l'Etat.

Avec les actes d'incivilité - quand nous disons « incivilité », cela va de la petite incivilité à des

actes plus lourds de conséquences, ne serait-ce que par le traumatisme psychologique qu'ils

engendrent, et qui, lui, n'est pas mesurable - c'est un défi qui nous est lancé.

Soyons tous assurés que, bien sûr, le Gouvernement - celui-ci et d'autres ensuite - fait

toujours des efforts quant aux moyens ; la nation est mise à contribution. Mais nous ne

pouvons penser régler ces problèmes uniquement par ces moyens, indispensables, qu'ils

soient de répression ou de prévention.

En effet, la sécurité est une coproduction et tout doit être mis en mouvement. Je pense,

voyez-vous, aux questions d'éducation, bien sûr, au bien-vivre à l'école - si l'on se sent en

phase ascendante comme individu, il est clair qu'on ne se livrera pas à des activités

dégradantes pour soi-même - mais aussi à la capacité que l'on donne aux parents - car il ne

suffit pas de montrer du doigt - d'être en situation de responsabilité par rapport à leurs jeunes.

L'étude au cas par cas des actes et des auteurs de ces actes montre que bien d'autres

moyens doivent être appelés à côté des effectifs de la police nationale.

La police nationale, ou la police municipale n'est tout de même pas - je suis sûr que vous

êtes d'accord avec moi sur ce point, monsieur Courtois - l'instrument unique de mise aux

normes et du vivre ensemble de notre population. Je suis sûr que nous partageons les

mêmes préoccupations, monsieur le sénateur, et soyez assuré que le Gouvernement vous

comprend parfaitement.

Nous sommes tous assez connaisseurs des situations et des budgets pour savoir ce qui

serait souhaitable, mais nous savons aussi qu'entre le souhaitable et le possible il y a une

marche, une marche qui indique la volonté que l'on a ou que l'on n'a pas.

Soyez assuré, monsieur le sénateur, que le Gouvernement a la volonté d'aller dans le sens

que vous indiquez, à savoir garantir le bon fonctionnement d'une bonne police de proximité,

qui puisse complètement remplir ses missions, sans rien se cacher des difficultés qui

existent.

Questions similaires

Déposée le 20 septembre 2000 à 22h00
Similarité de la question: 84% Similarité de la réponse: 31%
Déposée le 24 octobre 2000 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 27 avril 2000 à 22h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 16 décembre 1999 à 23h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 34%
Déposée le 29 novembre 2021 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 12 février 1998 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 80%