Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Avenir des GRETA

Question orale sans débat de - Éducation

Question de ,

Diffusée le 19 janvier 1999

M. Jean-Marc Pastor attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur les situations que rencontrent les GRETA, groupements d'établissements de l'éducation nationale, chargés de la formation continue. Cette mission de service public leur a été conférée par la loi nº 71-575 du 16 juillet 1971 instituant la formation professionnelle continue, et réaffirmée par la loi d'orientation sur l'éducation nº 89-486 du 10 juillet 1989.

Ces lois font des GRETA un dispositif de formation continue original : ils tirent l'essentiel de leurs ressources de fonds publics (Etat et région) destinés à la fonction publique, ainsi que de fonds affectés par les entreprises à la formation de leurs personnels dans le cadre de leurs obligations. Exerçant une mission de service public, les GRETA fournissent notamment des services de formation de proximité par l'action de leurs réseaux d'établissements.

Ils assurent de ce fait l'ensemble des contraintes du service public et ne peuvent limiter leurs activités aux seules actions de formation " rentables ", entraînant ainsi une distorsion par rapport aux autres organismes chargés de formation. L'équilibre budgétaire des GRETA s'en trouve donc particulièrement affecté, une grande majorité d'entre eux connaissant des situations de déficit.

Cela risque de compromettre leur avenir à moyen terme. C'est pourquoi il souhaiterait savoir si des mesures réglementaires ne pourraient pas être prises en vue de préserver l'avenir des GRETA, ce qui paraît indispensable au maintien d'un rôle public fort dans le domaine de la formation continue.

Réponse - Coopération

Diffusée le 16 février 1999

M. Jean-Marc Pastor. Ma question, qui s'adresse plus particulièrement à M. le ministre de l'éducation nationale, de la

recherche et de la technologie, concerne les difficultés que rencontrent les GRETA, les groupements d'établissements

de l'éducation nationale, chargés de la formation continue.

Une mission de service public leur a été conférée par la loi du 16 juillet 1971 instituant la formation professionnelle

continue et elle a été réaffirmée par la loi d'orientation sur l'éducation du 10 juillet 1989.

Ces lois font des GRETA un dispositif de formation continue original : ils tirent l'essentiel de leurs ressources de fonds

publics - en provenance de l'Etat, de la région et d'autres partenaires - affectés à la fonction publique, ainsi que de fonds

affectés par les entreprises à la formation de leurs personnels dans le cadre de leurs obligations.

Exerçant une mission de service public, les GRETA fournissent notamment des services de formation par l'action de

leurs réseaux d'établissement.

Ils assurent, de ce fait, l'ensemble des contraintes du service public et ne peuvent limiter leurs activités aux seules

actions dites « rentables », entraînant ainsi une distorsion par rapport aux autres organismes, souvent privés, chargés

de formation. L'équilibre budgétaire des GRETA s'en trouve donc particulièrement affecté, une grande majorité d'entre

eux connaissant actuellement des situations de déficit. Vous comprendrez aisément que cette situation risque de

compromettre leur avenir à moyen et à court terme. L'assujettisement à la taxe sur les salaires reste, notamment, un

coup dur porté à ce service public.

C'est pourquoi, monsieur le ministre, je souhaiterais savoir si des mesures réglementaires ne pourraient pas être prises

en vue de préserver l'avenir des GRETA, ce qui paraît indispensable au maintien d'un rôle public fort dans le domaine de

la formation continue.

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Charles Josselin, ministre délégué à la coopération et à la francophonie. Monsieur le sénateur, le ministre de

l'éducation nationale a pris connaissance avec beaucoup d'attention de la question que vous lui avez posée et voici la

réponse qu'il m'a prié de vous apporter.

La formation tout au long de la vie est une des missions majeures du ministère de l'éducation nationale, de la recherche

et de la technologie.

L'activité de formation d'adultes s'exerce sur le marché de la formation professionnelle continue et se développe selon

des modalités spécifiques qui prennent appui sur les établissements d'enseignement du second degré - lycées, lycées

professionnels, collèges - associés en groupements d'établissements, les GRETA.

Comme l'ensemble des organismes de formation publics, privés ou associatifs qui interviennent dans ce secteur

concurrentiel, ce réseau a été confronté aux évolutions introduites par la régionalisation de la formation professionnelle

continue des jeunes et par la réorganisation des organismes paritaires collecteurs agréés, les OPCA.

Les établissements ont dû modifier leurs modes d'intervention, adapter les modalités de gestion de leurs personnels et

améliorer leur gestion financière et comptable. Ils doivent tenir compte de ces contraintes tout en respectant leur

mission de service public, inscrite dans la loi d'orientation de 1989, dite loi Jospin.

Ainsi, grâce au professionnalisme de leurs acteurs, les GRETA contribuent à l'élévation du niveau de qualification de la

population et de sa capacité d'adaptation aux mutations économiques et sociales. Ils concourent aussi à la satisfaction

des besoins individuels dans une logique d'épanouissement personnel et de promotion professionnelle. Ils participent,

par la formation, à la lutte contre les exclusions.

Chaque année, les trois cents groupements d'établissements accueillent près d'un demi-million de stagiaires.

L'éducation nationale dans le second degré, à travers le réseau de ses établissements, constitue donc le premier

organisme de formation d'adultes.

En 1997, cet ensemble a réalisé ainsi un volume financier de 2,4 milliards de francs, en provenance d'entreprises

publiques ou privées pour 41,5 %, des services déconcentrés de l'Etat et de l'ANPE pour 21,8 % et des collectivités

territoriales pour 32,4 %.

Ces financements ont permis d'accueillir dans les établissements scolaires 496 000 stagiaires adultes ou jeunes

demandeurs d'emplois : 200 000 salariés, 254 000 demandeurs d'emplois et 42 000 personnes finançant leur propre

formation pour une durée moyenne de 155 heures par année et par stagiaire.

Pour permettre aux établissements du second degré contribuant à la formation continue des adultes et aux personnels

qui interviennent en leur sein de s'adapter à ces nouvelles données, M. Allègre a décidé de mettre en oeuvre une

réflexion nationale, qui est actuellement en cours.

Elle a commencé par une table ronde, animée par le recteur de Gaudemar, qui a permis aux partenaires sociaux

d'exprimer leur vision de la formation continue des adultes et du rôle que pourrait y jouer l'éducation nationale.

Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie aura l'occasion, prochainement, d'ouvrir une

large concertation sur les orientations qu'il tirera de ce rapport, en vue d'une éducation et d'une formation tout au long de

la vie.

M. Jean-Marc Pastor. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à M. Pastor.

M. Jean-Marc Pastor. Monsieur le ministre, je comprends le sens de votre réponse, qui me rassure au moins

partiellement en me laissant un espoir dans l'attente des conclusions du groupe de travail qui a été mis en place.

Nous reconnaissons tous le rôle joué par les GRETA, mais nous devons constater que ces derniers ne se sont pas

acquittés de la somme qu'ils devraient au titre de la taxe sur les salaires pour l'ensemble de leurs personnels. Mais

personne, à aucun moment, ne les avait alertés ; ils n'ont découvert cette situation qu'à l'occasion d'un contrôle fiscal

très inopportun et, surtout, très ravageur. Ils viennent ainsi de se voir imposer des rappels sur les trois dernières

années, ce qui représente, pour la moitié des GRETA de notre territoire, des sommes colossales à rembourser et qui

met aujourd'hui en péril ce genre de structures.

J'espère que le groupe de travail qui a été mis en place prendra en compte ce volet, qui n'est pas directement lié à la

formation. Chacun d'entre nous souhaite en effet que les GRETA puissent continuer à fonctionner et à remplir leur

mission de service public.

Par ailleurs, il est demandé aux GRETA d'exercer dans tous les départements certaines missions de service public,

telles que l'alphabétisation. Certes, ces actions de formation ne sont pas rentables, mais elles doivent être assurées et

l'Etat doit donc accepter d'accorder aux GRETA, en matière fiscale, un minimum d'avantages afin de leur permettre de

demeurer concurrentiels sur le marché de la formation continue. Comme vous le savez, en effet, dans ce domaine, de

nombreux organismes privés ne se préoccupent que de la formation rentable.

De surcroît, les financements locaux sont généralement liés à l'activité des entreprises. Or celles-ci ne sont installées

que dans les régions riches. Ainsi, si l'on persistait dans cette voie, les régions pauvres seraient dans l'incapacité de

financer ces formations par le biais de la contribution des entreprises aux GRETA. Ainsi, les budgets de ces

organismes seraient, une nouvelle fois, mis en difficulté pour exercer leur mission de service public.

Je souhaite donc, monsieur le ministre, que le groupe de réflexion dont vous avez fait état permette à cette mission de

service public de retrouver ses lettres de noblesse.

Questions similaires

Déposée le 16 juin 1999 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 22%
Déposée le 19 février 2007 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 33%
Déposée le 19 avril 2010 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 46%
Déposée le 16 avril 2018 à 22h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 août 2010 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 83%
Déposée le 19 novembre 2001 à 23h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 28%