Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Avenir du TGV Méditerranée

Question orale sans débat de - Équipement

Question de ,

Diffusée le 2 mars 1999

M. René Marquès attire l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports et du logement sur l'avenir du train à grande vitesse (TGV) Méditerranée. Le groupement européen d'intérêt économique " Sud Europe Méditerranée " réuni le 21 janvier 1999 à Perpignan qui comprend, outre les représentants des Etats français et espagnol, les techniciens de la SNCF (Société nationale des chemins de fer français), de la RENFE (chemins de fer espagnols) et des collectivités régionales concernées - Languedoc-Roussillon et Catalogne - a fait le point sur l'évolution du dossier TGV Méditerranée.

En 1985, il y a bientôt quinze ans, les premières analyses géologiques étaient réalisées sur l'emplacement du futur tunnel pyrénéen d'une longueur de huit kilomètres. Depuis lors, de nombreuses études ont été réalisées sur le coût des investissements, de l'exploitation et sur les prévisions de recettes.

La mission TGV, créée il y a quelques années, est en contact avec les élus locaux mais ne peut définir un calendrier approximatif reposant sur des éléments fiables. En 1986, les prévisions programmaient la réalisation du TGV Méditerranée pour l'an 2000. Au fil du temps, et à l'exemple du TGV Est qui ne sera opérationnel qu'en 2006, alors que ce dossier est très avancé, on peut supposer que la réalisation ne sera effective qu'en 2015 pour la section Montpellier-Perpignan.

En effet, dans la mesure où la section Barcelone-Perpignan, d'une part, et Nîmes-Montpellier, d'autre part, seraient terminées en 2005, le contournement préalable de Nîmes et Montpellier semble prioritaire. Le Gouvernement l'a récemment rappelé. Il faut également rappeler que la déclaration d'utilité publique (DUP) est pratiquement réalisée en Espagne alors qu'il n'en est rien en France (délai minimum de 2 ans).

En conséquence, il lui demande si le TGV Méditerranée verra le jour et à quel horizon Barcelone sera à quarante-cinq minutes de Perpignan.

Réponse - Logement

Diffusée le 30 mars 1999

M. le président. La parole est à M. Marquès, auteur de la question n° 475, adressée à M. le ministre de l'équipement,

des transports et du logement.

M. René Marquès. Je souhaiterais attirer l'attention de M. Jean-Claude Gayssot sur un problème qui intéresse tout le

sud de la France puisqu'il concerne l'avenir du TGV Méditerranée.

Le groupement européen d'intérêt économique Sud Europe Méditerranée, qui s'est réuni le 21 janvier dernier et qui

comprend, outre les représentants des Etats français et espagnol, les techniciens de la SNCF et de la RENFE - les

chemins de fer espagnols - et des collectivités régionales concernées - Languedoc-Roussillon et Catalogne - a fait le

point sur l'évolution du dossier TGV Méditerranée.

En 1985, voilà bientôt quinze ans, les premières analyses géologiques étaient réalisées sur l'emplacement du futur

tunnel pyrénéen d'une longueur de huit kilomètres, qui assure la jonction entre la France et l'Espagne.

Depuis, de nombreuses études ont été réalisées sur le coût des investissements, de l'exploitation et sur les prévisions

de recettes, s'agissant, bien sûr, de la zone comprise entre la frontière espagnole et Montpellier.

La mission TGV, créée par l'Etat voilà quelques années, est en contact avec les élus locaux mais ne peut définir un

calendrier approximatif reposant sur des éléments fiables. En 1986, aux termes des prévisions, la réalisation du TGV

Méditerranée était programmée pour l'an 2000, c'est-à-dire l'année prochaine.

Au fil du temps, et à l'instar du TGV Est, qui ne sera opérationnel qu'en 2005-2006 alors que ce dossier est très avancé,

on peut supposer que la réalisation ne sera effective qu'en 2015 pour la section Montpellier-Perpignan.

En effet, dans la mesure où les sections Barcelone-Perpignan, d'une part, et Nîmes-Montpellier, d'autre part, seraient

terminées en 2005, le contournement préalable de Nîmes et de Montpellier semble prioritaire ; le Gouvernement l'a

récemment rappelé.

Il faut également noter que la déclaration d'utilité publique est pratiquement réalisée en Espagne alors qu'il n'en est rien

en France ; or un délai minimal de deux ans est nécessaire.

En conséquence, le TGV Méditerranée verra-t-il le jour et à quel horizon Barcelone sera-t-elle, conformément aux

prévisions, à quarante-cinq minutes de Perpignan ?

M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'Etat.

M. Louis Besson, secrétaire d'Etat au logement. Monsieur le sénateur, comme M. Jean-Claude Gayssot l'a rappelé

lors de sa conférence de presse du 8 février dernier, consacrée aux perspectives retenues par le Gouvernement en

matière d'investissements ferroviaires à l'horizon 2010, le Gouvernement a confirmé sa volonté, d'une part, de poursuivre

un programme maîtrisé de lignes à grande vitesse et, d'autre part, de promouvoir simultanément une modernisation et

une mise en valeur du réseau existant, tant pour développer les transports collectifs de voyageurs que pour favoriser

l'essor du fret ferroviaire.

La réalisation complète du TGV Languedoc-Roussillon, qui vous préoccupe, nécessite, vous le savez, d'importants

concours publics. Elle doit, par conséquent, être phasée, en tenant compte des priorités.

A ce titre, il convient, en premier lieu, de souligner que les travaux en cours sur le TGV Méditerranée permettront dès la

mi-2001, soit dans à peine un peu plus de deux ans, un gain de temps de plus d'une heure sur la liaison ferroviaire entre

la région Languedoc-Roussillon et l'Ile-de-France, les régions nord de notre pays et, bien sûr, l'Europe du nord.

En ce qui concerne les liaisons avec l'Espagne, en particulier avec la Catalogne, la commission intergouvernementale

chargée de préparer la réalisation de la section internationale Perpignan-Figueras a engagé ses travaux en décembre

1998, au lendemain du sommet de La Rochelle.

Le ministre de l'équipement, des transports et du logement souhaite que les conclusions de cette commission

permettent, en accord avec nos partenaires espagnols, d'engager rapidement les travaux en vue d'une mise en service

du tronçon Perpignan-Barcelone à l'horizon prévu.

Il a également rendu publiques les propositions que lui ont présentées Réseau ferré de France - RFF - et la SNCF

concernant les contournements ferroviaires TGV et fret de Nîmes et de Montpellier. Ces propositions nourriront les

débats qui vont s'engager avec les collectivités concernées, tant pour l'élaboration des schémas de services qu'en

termes de programmation pour la période des prochains contrats de plan.

La réalisation du tronçon compris entre le sud de Montpellier et Perpignan devra s'intégrer ensuite dans le cadre d'une

nécessaire programmation d'ensemble des grands projets ferroviaires nationaux, notamment en matière de

financement. Les priorités devront être hiérarchisées en tenant le plus grand compte des conditions locales de

saturation du réseau.

Afin de préparer les décisions concernant ce tronçon, il convient en premier lieu d'avoir l'assurance que la solution

actuellement envisagée répond bien aux besoins des voyageurs, mais également à ceux des circulations de fret, à

moyen et plus long terme, de l'axe ferroviaire languedocien vers l'Espagne.

Le ministre de l'équipement, des transports et du logement a demandé à RFF d'apporter rapidement les réponses

nécessaires sur ce point afin, dans un premier temps, d'éclaircir les décisions nécessaires en matière de maîtrise

foncière.

Telles sont les indications, monsieur le sénateur, que je pouvais apporter en réponse à vos questions, de la part de M.

Jean-Claude Gayssot.

M. René Marquès. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à M. Marquès.

M. René Marquès. Monsieur le secrétaire d'Etat, je vous remercie de votre franchise. En effet, vous nous avez

présenté un développement très clair, mais, qu'il s'agisse des délais ou des difficultés que vous avez évoqués

concernant le financement et les problèmes inhérents à toute jonction internationale, nous ne savons pas exactement

quelles sont, de part et d'autre, les volontés.

Nous avons quand même une certitude : comme vous l'avez confirmé, nous allons gagner, à l'horizon 2001, une heure

de trajet sur les onze heures que représente la liaison Perpignan-Paris par le chemin de fer actuel, selon le moment de

la journée.

Monsieur le secrétaire d'Etat, nous le savons tous, la situation économique de la région Languedoc-Roussillon est très

alarmante : nous connaissons un taux de chômage de 20 %, l'un des plus élevés de France.

Par ailleurs, à l'heure actuelle, 40 % du fret espagnol d'exportation vers l'Europe passe par l'autoroute A 9, alors même

que l'on sait que cet ouvrage ne peut pas être surdimensionné avec une troisième voie à cause des viaducs qu'il

comporte, ouvrages dont la réalisation a été extrêmement coûteuse.

Nous savons également que la part actuelle du rail représente 5 % du fret espagnol et, selon toute hypothèse, même

en cas d'augmentation de ce fret, elle ne représentera, dans les années 2010, que 3 % du montant du trafic, sauf, bien

entendu, lorsque le TGV sera réalisé et que le ferroutage, auquel il me semble que vous ayez apporté toute votre

attention, aura été mis en place.

Monsieur le secrétaire d'Etat, au-delà de l'intérêt qu'il présente sur un plan psychologique - il est attendu depuis

longtemps - le TGV Méditerranée présente un intérêt économique considérable pour les régions du sud de la France.

Questions similaires

Déposée le 19 janvier 2010 à 23h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 85%
Déposée le 19 juillet 2010 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 86%
Déposée le 19 mars 2010 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 84%
Déposée le 5 mars 1998 à 23h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 60%
Déposée le 19 mai 2009 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 83%
Déposée le 19 juillet 2006 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 85%