Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Baisse continue des effectifs des filières scientifiques universitaires depuis 1995

Question écrite de - Jeunesse

Question de ,

Diffusée le 19 mars 2011

M. Bernard Murat attire l'attention de M. le ministre de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche sur les inquiétudes de la CDUS (conférence des doyens et directeurs des UFR scientifiques des universités françaises) quant à la baisse continue des effectifs dans les formations scientifiques universitaires.

Une étude comparée du nombre d'inscriptions entre 1995 et 2002 met en exergue une chute de 26,60 % des usagers. Alors que le marché de l'emploi demeure très ouvert dans ce domaine, les étudiants font le choix d'éviter l'enseignement académique des universités de sciences. Ils refusent ainsi une formation scientifique générale au profit d'une formation plus spécifique et technologique.

Il lui demande donc de lui préciser les dispositions qu'il pourrait envisager afin d'enrayer ce processus. Il souhaite savoir s'il pense possible et souhaitable de renforcer la lisibilité des cursus scientifiques, notamment en envisageant une réflexion sur la professionnalisation des études.

Réponse - Jeunesse

Diffusée le 19 avril 2001

A la rentrée 2003, 93 728 étudiants sont inscrits en DEUG sciences et technologies soit 5 090 étudiants de moins qu'en 2002 (- 5,2 %). Cette baisse est constante depuis 1995. En effet, les bacheliers scientifiques ne s'inscrivent plus en priorité vers les diplômes d'études universitaires générales (DEUG) scientifiques.

D'autres choix d'orientation sont privilégiés par ces bacheliers, notamment les classes préparatoires et les filières technologiques courtes. Depuis 1998, un certain nombre d'actions ont été mises en oeuvre pour remédier à ce problème dont la rénovation des DEUG scientifiques pour laquelle un accompagnement financier a été attribué aux universités concernées.

Cette rénovation a donné des résultats encourageants puisque dans les DEUG rénovés on a pu constater une diminution des taux d'abandon et d'absentéisme aux examens et une augmentation sensible des taux de réussite. A partir de 2001, d'autres formes d'actions ont été initiées et portées par la mission qui a été confiée à Maurice Porchet, professeur à l'université Lille-I.

Cette mission a donné lieu à un rapport intitulé " Un projet global pour l'enseignement des sciences, du primaire à l'université " remis en avril 2002 et alimenté par une série de manifestations : un colloque organisé par l'Agence de mutualisation des universités (AMUE) en décembre 2001 sur la rénovation du DEUG sciences et technologie ; un colloque organisé par l'université Lille-I les 28 février et 1er mars 2001 sur le thème des " études scientifiques en question " dont l'objectif était de mieux comprendre les raisons qui limitent l'attrait des jeunes pour les études scientifiques, à l'aide d'un constat faisant appel à de nombreuses analyses statistiques, sondages d'opinion et études sociologiques.

Certaines propositions de ce rapport ont d'ores et déjà été mises en oeuvre : l'amélioration de la transition lycée-université, notamment par le rapprochement des pratiques pédagogiques, grâce au travail mené par les chargés de mission académique aux sciences, nommés, à titre expérimental, dans huit académies-pilotes en 2002 ; le développement des approches pluridisciplinaires, notamment par l'organisation des cursus licence en majeure-mineure.

Stopper la crise des vocations scientifiques et revaloriser la place de la science dans la cité est une des dix priorités de Luc Ferry citées dans sa " lettre à tous ceux qui aiment l'école ". Le ministre y rappelle notamment la mission confiée au Conseil national des programmes d'évaluer les méthodes de l'enseignement scientifique pour les faire évoluer, sa volonté de mettre en place des dispositifs qui permettront aux professeurs de sciences et à leurs élèves de visiter des laboratoires de recherche, ainsi que celle d'offrir des cours de culture générale scientifique aux étudiants des premiers cycles universitaires.

Par ailleurs, à la fin de l'année 2002, Luc Ferry a reconduit la mission du professeurPorchet. Cette deuxième mission porte sur l'évaluation des actions menées pour la rénovation des DEUG scientifiques et sur la mise en oeuvre des conclusions du colloque sur les études scientifiques qui s'est tenu à Bordeaux les 3, 4 et 5 février 2002.

A la suite de cette manifestation Maurice Porchet a remis au ministre un nouveau rapport qui s'articule autour de sept propositions qui sont les suivantes : faire émerger un nouvel enseignement des sciences reposant sur de nouvelles méthodes d'apprentissage, une meilleure connaissance de l'enseignement, l'acquisition de nouvelles compétences ; créer des commissions de réflexion sur l'enseignement des sciences afin de mieux articuler les enseignements universitaires avec les savoirs acquis au lycée.

Elles auront pour mission de comparer les programmes et permettre ainsi de mieux organiser le premier semestre de la licence dans le cadre du LMD ; généraliser la nomination des chargés de mission académiques pour les sciences ; donner une autre image de l'université par une meilleure information et une communication plus grande autour de l'enseignement et des métiers ; mutualiser toutes les pratiques pédagogiques innovantes en créant un site national unique et les évaluer ; former les enseignants-chercheurs à la pédagogie et réhabiliter la fonction d'enseignant ; repenser profondément les TP et TD.

Par ailleurs la capacité d'innovation des universités dans les disciplines scientifiques trouve aujourd'hui toute sa place dans l'assouplissement de l'organisation des formations qu'autorise désormais le dispositif licence-master-doctorat, en ce qui concerne notamment la mise en place de parcours pluridisciplinaires permettant à l'étudiant une orientation progressive au fur et à mesure que s'affine son projet personnel et professionnel.

De cette façon, l'étudiant devient un véritable acteur de sa formation, ce qui est un facteur primordial pour sa réussite.

Questions similaires

Déposée le 19 mars 2003 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 mars 2010 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 mars 2002 à 23h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 janvier 2010 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 19 janvier 2010 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 19 janvier 2010 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 82%