Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Baisse du niveau scolaire des élèves du secondaire

Question orale sans débat de - Éducation

Question de ,

Diffusée le 20 février 1997

M. Christian Demuynck attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur le niveau trop faible des classes des quartiers sensibles de banlieue. Trop d'élèves à leur arrivée en 6e ne maîtrisent ni la lecture ni les règles élémentaires de calcul, ce qui constitue un handicap presque impossible à rattraper pour la suite de leur scolarité.

En Seine-Saint-Denis, à l'entrée en sixième, seulement 59 % des élèves réussissent les tests d'évaluation en français, et 55 % en mathématiques. Ces chiffres alarmants placent toute une catégorie de jeunes essentiellement issus de familles en difficulté ou d'origine étrangère, dans une situation où ils ne pourront plus s'intégrer socialement.

Il est en fait difficile d'évaluer de manière précise les retards scolaires dans tous les départements au vu de ce seul critère de réussite aux tests. D'autre part, il est malheureusement impossible de connaître le taux d'accès d'une classe au baccalauréat en Seine-Saint-Denis, le ministère de l'éducation nationale ne disposant d'information qu'au niveau académique ou national.

Malgré les efforts des ministères de l'Education nationale et de la ville, la baisse du niveau des élèves tend à se généraliser tant dans les banlieues que dans les secteurs moins difficiles. Il lui demande s'il est envisageable de rendre publics l'évolution et le détail des tests d'évaluation, ainsi que le taux d'accès d'une classe d'âge au baccalauréat.

Il lui demande également quelles mesures il compte prendre afin de remédier rapidement à cette situation préoccupante.

Réponse - Recherche

Diffusée le 11 mars 1997

M. Christian Demuynck. Monsieur le secrétaire d'Etat, hier soir, le Président de la République a répondu en quelque

sorte par avance à la question que je vais vous poser puisqu'il a déclaré que, à la fin de son septennat, tous les enfants

devraient maîtriser les connaissances de base.

Mais je voudrais évoquer ici plus particulièrement les quartiers difficiles.

Dans bien des établissements élémentaires et dans les collèges des quartiers sensibles, le niveau des élèves est bien en

dessous de la moyenne nationale.

En Seine-Saint-Denis, département où je suis élu, les élèves réussissent moins bien à l'école et accusent des retards

scolaires préoccupants. A l'entrée en sixième, seulement 59 % des jeunes satisfont aux tests d'évaluation en français et 55

% en mathématiques. C'est évidemment dans ces deux matières de base qu'il y a donc lieu d'être inquiet.

De plus, le retard scolaire des élèves de quinze ans et plus en troisième est de 46 % en Seine-Saint-Denis contre 29 % en

France. Ces chiffres parlent d'eux-mêmes. Ils montrent que toute une catégorie de jeunes est dans une situation où ils ne

pourront plus s'intégrer socialement.

Il est en fait difficile d'évaluer la gravité des retards scolaires dans tous les départements au vu des seuls tests d'évaluation.

En ce qui concerne le Seine-Saint-Denis, il est malheureusement impossible de connaître le taux d'accès d'une classe

d'âge au baccalauréat, le ministère de l'éducation nationale ne disposant, a priori, que d'informations au niveau

académique.

Nous connaissons, monsieur le secrétaire d'Etat, la volonté du Gouvernement de réformer et d'adapter l'école et

l'université dans notre pays. Nous savons également que les mesures décidées dans le cadre du pacte de relance pour la

ville prévoient le renforcement de l'encadrement ainsi qu'une amélioration des conditions dans les établissements les plus

difficiles.

Malgré les efforts annoncés, les difficultés imposent la prudence, d'autant que la baisse du niveau des élèves commence à

toucher des secteurs qui semblaient jusque-là épargnés.

Monsieur le secrétaire d'Etat, vous semble-t-il envisageable de rendre publics l'évolution et le détail des tests d'évaluation

en réaffirmant votre priorité de combattre l'échec scolaire ? Est-il également possible pour l'académie de Créteil de

prévoir la comptabilisation par département du taux d'accès d'une classe d'âge au baccalauréat ?

Enfin, pourriez-vous préciser quelles mesures vous envisagez de mettre en oeuvre pour réduire les retards en français et

en mathématiques de nos jeunes élèves ?

M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'Etat.

M. François d'Aubert, secrétaire d'Etat à la recherche. Monsieur le sénateur, je vous indique tout d'abord que le taux

de bacheliers parmi une génération est connu par département : il est publié dans Géographie de l'Ecole, document que

je tiens à votre disposition. Pour la dernière session et pour la Seine-Saint-Denis, ce taux était de 46 %.

Certes, cette proportion place la Seine-Saint-Denis parmi les derniers départements français, mais, d'abord, elle est plus

élevée - c'est réconfortant - qu'il y a quelques années, ensuite, le classement serait différent si l'on tenait compte de la

structure sociale de chaque département et, enfin, les différences entre académies et départements sont aujourd'hui moins

prononcées que précédemment, illustrant non pas un accroissement des disparités géographiques mais une réduction, ce

qui est heureux.

A l'entrée en sixième, et non plus à la fin du secondaire, les évaluations de masse faites par le ministère de l'éducation

nationale permettent d'évaluer les élèves en français et en mathématiques. Les protocoles sur lesquels elles se fondent

sont, bien entendu, publics puisqu'ils sont diffusés par centaines de milliers d'exemplaires, soit un par élève. Les résultats

de ces tests sont publiés par académie, et non par département. Il n'est pas prévu de les publier au niveau départemental,

même s'ils sont disponibles certaines années pour certains départements comme la Seine-Saint-Denis.

Dans l'académie de Créteil, les résultats sont moyens, parmi les plus faibles de France, et plutôt inférieurs à ce que la

structure sociale permettrait d'espérer. Cependant, là encore, on ne peut pas conclure à une baisse du niveau au cours

des dernières années, et l'écart des résultats de l'académie par rapport aux résultats moyens de la France ne s'est pas

accru mais est plutôt stable. De même, l'écart entre la Seine-Saint-Denis et la France ne s'est pas accentué au cours de

ces dernières années.

En outre, pour votre département, une analyse détaillée est menée par les services de l'inspection académique. Les

résultats sont communiqués aux instances de concertation, le comité technique paritaire départemental et le conseil

départemental de l'éducation nationale, et donnent lieu à une mise en perspective de l'action éducatrice de l'Etat et de la

participation des services départementaux de l'éducation nationale à la politique de la ville.

Une politique pédagogique et éducative dynamique est mise en place, dans le département, afin d'aider les élèves et leurs

parents, ainsi que les établissements.

Pour faciliter la lecture complexe des réalités, et pour induire la nécessaire dynamique de progrès, l'inspecteur d'académie

du département, M. Bottin, a réalisé et publié, après concertation, un document intitulé Politique pédagogique et

éducative pour les écoles et les collèges de la Seine-Saint-Denis, contribution au projet académique, programme

pluriannuel d'actions. Ce document, destiné à assurer la cohérence des démarches et la cohésion entre les équipes

enseignantes des écoles et des collèges, a été adressé à tous les établissements scolaires, comme à tous les élus du

département - je peux vous en donner un exemplaire, monsieur le sénateur - de manière à favoriser la meilleure synergie

possible entre les compétences qui relèvent de l'Etat et celles qui relèvent des collectivités territoriales.

Une lecture attentive de ce document, très complet, permet aisément de constater que le niveau des élèves, loin de

baisser, progresse, bien que lentement. Les moyens supplémentaires dont a bénéficié la Seine-Saint-Denis et les aides

obtenues au titre de la politique de la ville - dix-neuf communes sur quarante en sont attributaires - concourent à améliorer

les résultats scolaires des élèves et leur orientation, ce qui est l'objectif unique du riche programme d'action axé sur trois

actions pédagogiques prioritaires que je vous rappelle : la maîtrise de la langue, l'éducation à la citoyenneté, l'aide à

l'émergence du projet personnel de l'élève.

Les objectifs quantitatifs quant à eux sont d'amener, en cinq ans, la moyenne des résultats départementaux au niveau des

moyennes nationales. En outre, ce programme est conduit selon trois entrées privilégiées : le rattrapage des retards, déjà

bien avancé, et le recentrage des moyens sur les priorités affichées ; l'aide aux écoles et établissements en difficulté par la

dotation de moyens supplémentaires ; la prévention des phénomènes de violence et de délinquance en milieu scolaire. Les

premiers résultats sont encourageants.

Vous avez reçu, comme tous les élus de la Seine-Saint-Denis, le document réalisé et publié par l'inspecteur d'académie

dans lequel sont exposées, de manière explicite et approfondie, toutes les démarches et actions qui répondent à vos

interrogations.

Il reste que, même si l'echec scolaire a, au total, diminué au cours des dernières décennies, la nécessité de le réduire

encore est d'autant plus grande que les conséquences en sont plus graves, puisque les exigences de notre économie et de

notre société se sont accrues. Le nouveau contrat pour l'école a, pour ce motif, placé la maîtrise de la langue française

comme principal objectif du système éducatif, ce qui explique nombre des mesures prises récemment : nouveaux

programmes de l'école primaire et du collège, études dirigées, études surveillées, rénovation du collège, où figure un

dispositif de consolidation pour les élèves en grande difficulté.

M. Christian Demuynck. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à M. Demuynck.

M. Christian Demuynck. Je vous remercie de ces réponses, monsieur le secrétaire d'Etat : j'obtiens dans cette

assemblée bien plus d'informations sur ce qui se passe en Seine-Saint-Denis que dans mon département ! C'est d'ailleurs

après avoir interrogé l'inspecteur d'académie que j'ai décidé de m'adresser directement à vous ici. Je suis donc preneur de

tous les documents que vous avez mentionnés, monsieur le secrétaire d'Etat.

J'insiste cependant sur le fait que nous ne disposons pas dans notre département du résultat des évaluations à l'entrée en

sixième. Nous ne connaissons pas davantage le nombre d'élèves de Seine-Saint-Denis accédant au baccalauréat.

Ces indications seraient pourtant utiles aux maires - qui sont, évidemment, comptables devant la population de la situation

dans leur ville - pour prendre éventuellement les mesures de nature à aider les enseignants à assumer leurs tâches.

Questions similaires

Déposée le 31 mars 1998 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 3 août 2022 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 7 mai 2018 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 13 juin 2018 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 46%
Déposée le 30 novembre 2020 à 23h00
Similarité de la question: 55% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 3 février 2020 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 0%