Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Calcul de la retraite des assistantes familiales

Question écrite de Mme Michèle André - Travail

Question de Mme Michèle André,

Diffusée le 19 août 2010

Mme Michèle André attire l'attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité sur la prise en compte intégrale des trimestres réalisés avant 1992 par les assistantes familiales dans le calcul de leur pension de retraite. Les professionnels du secteur indiquent qu'un seul trimestre avant cette date est pris en compte par année d'activité pour le calcul de leur pension.

Elles revendiquent aujourd'hui que soit retenu l'ensemble des quatre trimestres malgré la base forfaitaire prise en compte jusqu'à cette date. Les assistantes familiales qui accueillent et s'occupent 24 heures sur 24 et tout au long de l'année de jeunes enfants dont les parents ne peuvent assurer pour différentes raisons l'éducation, méritent que leurs efforts soient normalement valorisés.

Ainsi la reconnaissance pour celles ayant exercé avant 1992 de l'intégralité du temps travaillé est de nature, malgré le coût pour la collectivité, à reconnaître le dévouement et l'importance des services rendus à notre jeunesse.

Elle lui demande donc s'il est envisagé de modifier ce calcul lors de la prochaine réforme sur les retraites.

Réponse - Travail

Diffusée le 19 septembre 2004

L'attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville a été appelée sur la retraite des assistants familiaux (accueil d'enfants, de personnes âgées ou handicapées) et maternels. Jusqu'à l'intervention de l'arrêté du 26 décembre 1990, fixant les modalités de calcul des cotisations de sécurité sociale dues pour l'emploi des assistantes maternelles, les cotisations de sécurité sociale des assistantes maternelles permanentes et non permanentes étaient assises sur une assiette forfaitaire égale au tiers de 200 fois le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) pour chaque enfant gardé un trimestre entier.

Cette assiette a été fixée sur la base du principe selon lequel une activité à temps plein correspondait à la garde de trois enfants. La contrepartie de cet effort contributif limité était un moindre écart entre le salaire brut et le salaire net des intéressées que pour les autres salariés. En cas de garde de l'enfant pendant moins d'un trimestre, des bases réduites étaient appliquées (un tiers de la base trimestrielle par mois, un soixante-sixième par journée et un cent trente-deuxième par demi-journée en application de l'arrêté du 23 décembre 1985).

Compte tenu de la règle de droit commun applicable depuis 1972 dans le régime général de validation d'un trimestre pour la retraite pour un salaire cotisé au moins égal à 200 fois le SMIC horaire, une assistante maternelle accueillant trois enfants à temps plein validait ainsi avant 1991 quatre trimestres d'assurance par année civile travaillée au titre de son activité.

En outre, en cas de chômage ou de maladie, des validations de périodes assimilées pouvaient compléter la durée d'assurance cotisée. L'arrêté du 26 décembre 1990 fixant les modalités de calcul des cotisations de sécurité sociale dues pour l'emploi des assistantes maternelles a modifié l'assiette des cotisations, substituant la rémunération réelle versée, après déduction des frais de pension et d'entretien, à l'ancienne assiette qui correspondait à un salaire forfaitaire.

En outre, la situation des assistantes maternelles a été sensiblement améliorée par la loi du 12 juillet 1992 modifiant le statut des assistantes maternelles. En effet, la fixation de rémunérations légales minimales plus élevées a renforcé l'effort contributif des assistantes maternelles et de leurs employeurs, ce qui a permis de leur garantir un niveau de pension supérieur.

Ainsi, une assistante maternelle non permanente gardant au moins deux enfants sur l'année, ainsi qu'une assistante maternelle permanente gardant un enfant de façon continue sur une période annuelle, peuvent valider quatre trimestres par an au titre de leur activité. Par ailleurs les assistantes maternelles bénéficient comme les autres mères de famille de la majoration de durée d'assurance de deux ans par enfant élevé pour leurs propres enfants.

Il convient enfin de rappeler que des possibilités de rachat de cotisations, dans la limite de 12 trimestres, ont été prévues par le décret du 31 décembre 2003 portant application de l'article 29 de la loi portant réforme des retraites du 21 août 2003, au titre des années incomplètes. Un décret et un arrêté précisent les conditions et le montant de ce dispositif pour les rachats effectués après le 1er janvier 2006.

Les barèmes de rachat ont été déterminés, conformément à la loi, de façon à garantir d'un point de vue actuariel la neutralité financière pour les régimes de retraite.

Questions similaires

Déposée le 19 mai 2011 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 96%
Déposée le 19 mai 2009 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 96%
Déposée le 19 août 2004 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 97%
Déposée le 19 août 2003 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 mars 2004 à 23h00
Similarité de la question: 77% Similarité de la réponse: 89%
Déposée le 19 novembre 2001 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 83%