Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Charges liées à la main d'œuvre dans l'arboriculture

Question écrite de - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Question de ,

Diffusée le 16 janvier 2013

M. Michel Bécot attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur les inquiétudes exprimées par les producteurs de pommes des Deux-Sèvres à l'origine de la création d'un groupement d'employeurs afin de pérenniser les emplois toute l'année.

Pour une seule exploitation de 215 ha de vergers, un producteur emploie 210 équivalents temps plein dont 73 permanents contribuant au maintien de l'emploi en zone rurale.

Aujourd'hui, les exonérations de charges en agriculture concernent les bas salaires alors que les producteurs de fruits et légumes sont conduits à embaucher des ingénieurs.

Aussi, il lui demande quelles mesures il envisage de prendre afin de venir en aide à une profession particulièrement exposée.

Réponse - Agriculture, agroalimentaire et forêt

Diffusée le 6 février 2013

L'article 93 de la loi de finances pour 2013 recentre le dispositif d'exonération pour l'emploi de travailleurs occasionnels et demandeurs d'emploi (TO-DE) sur les bas salaires, en révisant la pente de dégressivité du dispositif. Le dispositif en vigueur jusqu'à fin 2012 exonérait de toutes cotisations les salaires bruts mensuels allant jusqu'à 3 564 € (2,5 salaire minimum de croissance (SMIC)), l'exonération étant ensuite dégressive jusqu'à 4 277 € (3 SMIC).

Ces montants dépassaient largement le salaire médian français de 1 615 € en dessous duquel la moitié des Français est rémunérée. Les entreprises agricoles pouvant accorder de tels niveaux de salaires ne souffrent pas des mêmes problèmes de compétitivité-coût. La loi de finances pour 2013 place la pente de dégressivité du dispositif sur les salaires compris entre 1,25 et 1,5 SMIC au lieu de 2,5 et 3 SMIC, afin de concentrer la réduction du coût du travail sur les bas salaires.

La majorité des rémunérations des saisonniers est d'ailleurs comprise entre 1,1 et 1,15 SMIC. 78 % des contrats sont rémunérés à un niveau inférieur ou égal à 1,25 SMIC. Pour le secteur des cultures spécialisées, ce pourcentage s'élève à 89 % des contrats et à 75 % dans la viticulture. Seulement 9 % des contrats saisonniers sont rémunérés au-dessus de 1,5 SMIC, soit 2 138,50 €.

Le dispositif TO-DE modifié demeure néanmoins plus avantageux que la réduction « Fillon » sur les bas salaires pour les rémunérations inférieures à 1,47 SMIC. Il offre en effet un supplément d'exonération horaire allant de 0,59 € à 2,51 € par heure de travail pour les rémunérations comprises entre 1 SMIC et 1,25 SMIC.

Par ailleurs, cet allègement de charges sociales peut se cumuler avec le crédit d'impôt compétitivité et emploi prévu par l'article 66 de la dernière loi de finances rectificative pour 2012. Peuvent bénéficier de ce crédit d'impôt équivalent à 6 % des salaires inférieurs à 2,5 SMIC l'ensemble des entreprises employant des salariés, imposées à l'impôt sur les sociétés ou à l'impôt sur le revenu d'après leur bénéfice réel, quel que soit le mode d'exploitation (entreprise individuelle, société de personnes, société de capitaux, ...), et quel que soit le secteur d'activité (agricole, artisanal, commercial, industriel, de services...).

Ainsi seront notamment concernés dans le domaine agricole les groupements d'employeurs assujettis aux impôts commerciaux.

Questions similaires

Déposée le 9 janvier 2013 à 23h00
Similarité de la question: 91% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 13 février 2013 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 83%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 73%
Déposée le 19 décembre 2011 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 79%