Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Collectivités locales : police des funérailles et des lieux de sépulture

Question écrite de - Intérieur

Question de ,

Diffusée le 4 décembre 1996

M. Auguste Cazalet souhaiterait attirer l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur les difficultés que peuvent rencontrer les élus locaux avec certains de leurs administrés concernant l'édification ou l'aménagement de sépultures. Certes, les dispositions de l'article L. 2213-9 du code général des collectivités territoriales autorisent le maire à exercer ses pouvoirs de police pour maintenir l'ordre ou la décence, mais elles ne lui donnent pas les moyens légaux de régler des situations dans lesquelles l'aspect esthétique du monument funéraire souhaité par une famille peut ne pas convenir au titulaire de la concession voisine.

Il lui demande de bien vouloir lui préciser si, dans ce cas, un maire a le droit d'autoriser ou d'interdire l'édification d'un monument funéraire et si, en cas d'interdiction, il a le droit de proposer à la famille des emplacements où elle pourrait édifier le monument de son choix.

Réponse - Fonction publique

Diffusée le 1 mai 1997

Réponse. - En application des articles L. 2213-7, L. 2213-8 et L. 2213-9 du code général des collectivités territoriales, le maire dispose de pouvoirs de police en matière de cimetières. En effet, il est chargé d'assurer l'hygiène, la salubrité, la décence, le bon ordre, la sécurité et la tranquillité dans le cimetière communal ainsi que d'en garantir la neutralité.

Toutefois, l'article L. 2223-12 du même code indique que " tout particulier peut, sans autorisation, faire placer sur la fosse d'un parent ou d'un ami une pierre sépulcrale ou autre signe indicatif de sépulture ". Il résulte de cette disposition et d'une jurisprudence constante du Conseil d'Etat que le maire ne tient pas des dispositions relatives à l'exercice de la police des cimetières le pouvoir de limiter pour des raisons de caractère esthétique, le type de monuments ou de plantations qui peuvent être placés sur les tombes.

En revanche, le maire d'une commune est libre de choisir l'emplacement des concessions et des terrains communs à l'intérieur du cimetière. De ce fait, en pratique, il peut procéder à des regroupements de concessions avec l'accord des familles et modeler ainsi l'esthétique du cimetière communal selon les projets de chaque nouveau concessionnaire.

Questions similaires

Déposée le 19 septembre 2007 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 68%
Déposée le 21 décembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 38% Similarité de la réponse: 60%
Déposée le 9 novembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 56% Similarité de la réponse: 64%
Déposée le 10 juillet 2019 à 22h00
Similarité de la question: 50% Similarité de la réponse: 73%
Déposée le 16 novembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 64%
Déposée le 19 décembre 2005 à 23h00
Similarité de la question: 52% Similarité de la réponse: 60%