Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Concurrence faite aux entreprises de travaux forestiers

Question écrite de - Agriculture

Question de ,

Diffusée le 14 octobre 1998

Mme Gisèle Printz appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur la concurrence qui est faite aux entreprises de travaux forestiers par l'Office national des forêts (ONF) et les agriculteurs. En effet, pour pratiquer leur profession, les entreprises de travaux forestiers doivent obtenir un agrément très contraignant mais, par ailleurs, il est possible à d'autres intervenants de travailler en forêt sans subir les mêmes exigences.

Ainsi, l'ONF et les agriculteurs ne paient pas de taxe professionnelle, les moins de 1 200 heures de travail en forêt sont exonérées de charge sociale. Elle lui rappelle que la réforme des cotisations sociales des salariés non agricoles, mise en oeuvre en 1990, s'est traduite pour ces dernières par une augmentation de 100 % à 400 % de leurs charges, hausse qu'il leur a été impossible de répercuter sur leurs tarifs de prestation.

Leur statut professionnel n'étant pas clairement défini, ils sont assujettis au régime agricole mais inscrits au registre du commerce et des sociétés. Ils ne sont donc pas taxés sur un bénéfice agricole, mais sur un bénéfice industriel et commercial, beaucoup plus pénalisant pour eux. Ainsi, de nombreux entrepreneurs forestiers lorrains accusent un retard conséquent dans le règlement de leurs charges sociales.

Ces données lui paraissant très inquiétantes, elle lui demande de bien vouloir lui préciser, d'une part, s'il envisage d'abroger le seuil des moins de 1 200 heures en assujettissant par exemple tous les intervenants en forêt à la taxe professionnelle et, d'autre part, s'il entend mettre en place un abattement de 20 % sur l'assiette de calcul des charges sociales pour adhésion à un centre de gestion agréé.

Enfin, elle souhaiterait savoir s'il pense pouvoir apporter un soutien financier aux structures d'appui.

Réponse - Agriculture

Diffusée le 20 janvier 1999

Réponse. - En application de l'article 1003-7-1 du code rural, l'assujettissement en qualité de chef d'exploitation ou d'entreprise, au régime de protection sociale des non-salariés agricoles est subordonné à plusieurs conditions tenant, d'une part, à la nature de l'activité exercée qui doit être agricole au sens de l'article 1144 du code précité et, d'autre part, à l'importance de l'activité qui doit atteindre un certain seuil.

Pour la mise en valeur d'une exploitation, ce seuil est apprécié en termes de SMI et doit atteindre au moins une demi-SMI. Toutefois, lorsque ce critère ne peut être pris comme référence, ce qui est le cas pour les entrepreneurs de travaux forestiers, la personne peut être assujettie audit régime en prenant en compte le temps de travail nécessaire à la conduite de l'exploitation ou de l'entreprise pour l'activité agricole exercée.

Le seuil fixé dans ce cas est de 1 200 heures de travail par an, conformément aux dispositions du décret nº 80-927 du 24 novembre 1980. Ce seuil de 1 200 heures a été fixé par référence à la durée de travail qu'est censée requérir la mise en valeur d'une exploitation représentant une demi-SMI. En deçà de ces seuils, les personnes ne peuvent être assujetties au régime agricole.

L'activité professionnelle exercée doit en effet revêtir une certaine importance pour justifier l'assujettissement à un régime de protection sociale agricole en contrepartie duquel les intéressés peuvent bénéficier de droits à prestations moyennant le paiement de cotisations sociales. De plus, pour être assujetti au régime agricole en qualité de non-salarié, l'entrepreneur de travaux forestiers doit remplir des conditions tenant non seulement à l'importance de l'activité agricole exercée, mais également à la levée de présomption de salariat prévue à l'article 1147-1 du code rural.

Pour cette levée de présomption de salariat, l'intéressé doit justifier, en application des dispositions du décret nº 86-949 du 6 août 1986, d'une part, d'une certaine capacité ou expérience professionnelle et, d'autre part, d'une autonomie de fonctionnement, ces critères étant appréciés par une commission départementale.

Actuellement, compte tenu de la pluralité des régimes de sécurité sociale et de leur assise professionnelle, chaque régime établit ses propres règles d'affiliation et de cotisations. S'agissant de l'assiette prise en compte pour le calcul des cotisations sociales des non-salariés agricoles, celle-ci est constituée, depuis le 1er janvier 1996, date d'achèvement de la réforme, sur les seuls revenus professionnels tels que définis à l'article 1003-12 du code rural.

Pour les non-salariés agricoles soumis à un régime réel ou transitoire d'imposition, certaines modalités retenues par l'administration fiscale ne sont pas prises en considération pour la détermination de l'assiette sociale. Il en est ainsi, comme le prévoit l'article 1003-12 précité, des exonérations, déductions et abattements qui ne correspondent pas à des dépenses nécessitées par l'exercice de la profession, parmi lesquels figure l'abattement des 20 % pour les adhérents aux centres de gestion agréés.

Si certains entrepreneurs de travaux forestiers constatent une variation de leurs cotisations, celle-ci tient à l'évolution de leur revenu d'activité et leur situation est, à cet égard, identique à celle des autres non-salariés agricoles. Toutefois, en cas de difficultés financières, les entrepreneurs de travaux forestiers peuvent bénéficier d'échéanciers de paiement de leurs cotisations sociales personnelles, dans les conditions prévues par la circulaire DEPSE/SDPS/C 98 nº 7010 du 25 mars 1998 relative à l'échelonnement et à la prise en charge partielle par l'Etat de cotisations sociales.

Les intéressés doivent adresser, à cet effet, une demande individuelle dûment motivée, à l'organisme assureur dont ils relèvent. En ce qui concerne le soutien aux structures d'appui et, plus particulièrement, celles créées pour la mise en place de la démarche qualité régionale, une aide au financement des projets présentés est prévue au titre de 1998.

Ces opérations font partie du programme " Compétitivité Plus " qui est en cours. Dans ce cadre, la Fédération nationale des syndicats d'entreprises de travaux forestiers a élaboré une charte de qualité nationale. Sa diffusion dans les régions et sa mise en place seront aussi encouragées pour que cette démarche se traduise concrètement sur le terrain.

Les problèmes évoqués par les représentants de la FNSETF ont fait l'objet d'une étude approfondie et des propositions ont été présentées aux représentants de ce secteur lors d'une réunion qui s'est tenue le 17 septembre dernier. Les représentants du bureau de la Fédération nationale des syndicats d'entrepreneurs de travaux forestiers (FNSETF) ont eu la confirmation qu'une aide financière serait apportée aux structures d'appui et de conseil aux entreprises forestières.

S'agissant de l'assiette des cotisations sociales, la mesure de déduction demandée ne peut être envisagée dans l'immédiat eu égard notamment aux incidences financières qu'elle comporte, mais il est néanmoins proposé d'examiner ce problème dans le cadre d'une réflexion plus large sur la fiscalité et des charges sociales.

Pour ce qui est du seuil d'assujettissement, il est proposé de mettre en place une cotisation de solidarité dont les modalités vont être définies dans les prochains mois. Cette solution est de nature à répondre aux risques de distorsion de concurrence évoquées par la FNSETF.

Questions similaires

Déposée le 19 août 1998 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 94%
Déposée le 23 septembre 1998 à 22h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 97%
Déposée le 30 septembre 1998 à 22h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 97%
Déposée le 24 juin 1998 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 95%
Déposée le 20 mai 1998 à 22h00
Similarité de la question: 42% Similarité de la réponse: 89%
Déposée le 29 juillet 1998 à 22h00
Similarité de la question: 28% Similarité de la réponse: 81%