Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Conditions de fonctionnement des maisons d'arrêt du Rhône

Question écrite de - Justice

Question de ,

Diffusée le 12 août 1992

M. Emmanuel Hamel signale à l'attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice, les nouvelles manifestations de la frustration des gardiens des centres de détention de Lyon. Il lui demande : 1° ce qu'il attend pour réunir enfin les moyens permettant plus de sécurité et de meilleures conditions de vie pour les surveillants et gardiens des prisons lyonnaises ; 2° quel est son programme pour répondre aux attentes du personnel de surveillance de la nouvelle maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône, déjà surpeuplée moins de deux ans après son ouverture ; 3° son programme de modernisation des maisons d'arrêt et prisons du département du Rhône ; 4° son programme d'extension de la capacité d'accueil des prisons du Rhône où sont actuellement détenus près de mille prisonniers dans des locaux anciens prévus pour la détention de cinq cent dix prisonniers.

Réponse - Justice

Diffusée le 3 février 1993

Réponse. - Le garde des sceaux, ministre de la justice a l'honneur de faire connaître à l'honorable parlementaire qu'un programme national exceptionnel de renforcement de la sécurité des établissements pénitentiaires a été arrêté cet automne. Ce programme comprend quatre mesures essentielles : l'équipement début 1993 des accès aux ateliers des établissements qui n'en sont pas encore dotés de portiques de détection des masses métalliques ; la dotation en deux ans (1993-1994) de tous les postes de travail en détention, d'alarmes individuelles portatives ; la mise en place fin 1992 et début 1993 dans cinquante-cinq établissements choisis en raison des caractéristiques de la population pénale qu'ils hébergent, de dispositifs de protection contre les évasions par hélicoptère ; enfin, l'installation début 1993 dans les maisons centrales qui n'en disposent pas de herses de protection des entrées.

La réalisation de plusieurs de ces opérations est d'ores et déjà largement engagée. Indépendamment de ces mesures générales, les établissements pénitentiaires du Rhône font, en outre, l'objet de mesures spécifiques. Les effectifs de la maison d'arrêt de Lyon-Perrache, constituée des deux quartiers de Saint-Paul et de Saint-Joseph, ont ainsi récemment bénéficié d'un important renfort en personnel de surveillance : l'effectif réel de cet établissement compte désormais trois agents de plus que l'organigramme théorique.

Les effectifs des maisons d'arrêt de Villefranche et de Lyon-Montluc, conformes aux organigrammes théoriques, seront par ailleurs, maintenus. Dans le domaine de l'équipement, la maison d'arrêt de Villefranche bénéficie de plusieurs opérations de renforcement de sa sécurité (amélioration de l'éclairage des façades, pose d'interphones, optimisation du système de radio-alarme, aménagement d'un vestiaire pour les surveillantes, modification des fourgons de transport des détenus).

Les travaux de rénovation des prisons de Lyon seront p oursuivis dans le cadre de schémas directeurs. Enfin, un important projet de construction à Lyon de locaux pour les organisations syndicales, d'un centre régional de formation des personnels et d'un centre de semi-liberté est d'ores et déjà programmé (études en 1993 ; travaux en 1994 et 1995).

L'achèvement de la montée en charge de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône (600 places) et la mise en service du centre pénitentiaire de Saint-Quentin - Falavier (400 places) permettront de réduire de manière significative le surencombrement de la maison d'arrêt de Lyon - Perrache. Réponse. - Le garde des sceaux, ministre de la justice a l'honneur de faire connaître à l'honorable parlementaire qu'un programme national exceptionnel de renforcement de la sécurité des établissements pénitentiaires a été arrêté cet automne.

Ce programme comprend quatre mesures essentielles : l'équipement début 1993 des accès aux ateliers des établissements qui n'en sont pas encore dotés de portiques de détection des masses métalliques ; la dotation en deux ans (1993-1994) de tous les postes de travail en détention, d'alarmes individuelles portatives ; la mise en place fin 1992 et début 1993 dans cinquante-cinq établissements choisis en raison des caractéristiques de la population pénale qu'ils hébergent, de dispositifs de protection contre les évasions par hélicoptère ; enfin, l'installation début 1993 dans les maisons centrales qui n'en disposent pas de herses de protection des entrées.

La réalisation de plusieurs de ces opérations est d'ores et déjà largement engagée. Indépendamment de ces mesures générales, les établissements pénitentiaires du Rhône font, en outre, l'objet de mesures spécifiques. Les effectifs de la maison d'arrêt de Lyon-Perrache, constituée des deux quartiers de Saint-Paul et de Saint-Joseph, ont ainsi récemment bénéficié d'un important renfort en personnel de surveillance : l'effectif réel de cet établissement compte désormais trois agents de plus que l'organigramme théorique.

Les effectifs des maisons d'arrêt de Villefranche et de Lyon-Montluc, conformes aux organigrammes théoriques, seront par ailleurs, maintenus. Dans le domaine de l'équipement, la maison d'arrêt de Villefranche bénéficie de plusieurs opérations de renforcement de sa sécurité (amélioration de l'éclairage des façades, pose d'interphones, optimisation du système de radio-alarme, aménagement d'un vestiaire pour les surveillantes, modification des fourgons de transport des détenus).

Les travaux de rénovation des prisons de Lyon seront p oursuivis dans le cadre de schémas directeurs. Enfin, un important projet de construction à Lyon de locaux pour les organisations syndicales, d'un centre régional de formation des personnels et d'un centre de semi-liberté est d'ores et déjà programmé (études en 1993 ; travaux en 1994 et 1995).

L'achèvement de la montée en charge de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône (600 places) et la mise en service du centre pénitentiaire de Saint-Quentin - Falavier (400 places) permettront de réduire de manière significative le surencombrement de la maison d'arrêt de Lyon - Perrache. ; Réponse.

- Le garde des sceaux, ministre de la justice a l'honneur de faire connaître à l'honorable parlementaire qu'un programme national exceptionnel de renforcement de la sécurité des établissements pénitentiaires a été arrêté cet automne. Ce programme comprend quatre mesures essentielles : l'équipement début 1993 des accès aux ateliers des établissements qui n'en sont pas encore dotés de portiques de détection des masses métalliques ; la dotation en deux ans (1993-1994) de tous les postes de travail en détention, d'alarmes individuelles portatives ; la mise en place fin 1992 et début 1993 dans cinquante-cinq établissements choisis en raison des caractéristiques de la population pénale qu'ils hébergent, de dispositifs de protection contre les évasions par hélicoptère ; enfin, l'installation début 1993 dans les maisons centrales qui n'en disposent pas de herses de protection des entrées.

La réalisation de plusieurs de ces opérations est d'ores et déjà largement engagée. Indépendamment de ces mesures générales, les établissements pénitentiaires du Rhône font, en outre, l'objet de mesures spécifiques. Les effectifs de la maison d'arrêt de Lyon-Perrache, constituée des deux quartiers de Saint-Paul et de Saint-Joseph, ont ainsi récemment bénéficié d'un important renfort en personnel de surveillance : l'effectif réel de cet établissement compte désormais trois agents de plus que l'organigramme théorique.

Les effectifs des maisons d'arrêt de Villefranche et de Lyon-Montluc, conformes aux organigrammes théoriques, seront par ailleurs, maintenus. Dans le domaine de l'équipement, la maison d'arrêt de Villefranche bénéficie de plusieurs opérations de renforcement de sa sécurité (amélioration de l'éclairage des façades, pose d'interphones, optimisation du système de radio-alarme, aménagement d'un vestiaire pour les surveillantes, modification des fourgons de transport des détenus).

Les travaux de rénovation des prisons de Lyon seront p oursuivis dans le cadre de schémas directeurs. Enfin, un important projet de construction à Lyon de locaux pour les organisations syndicales, d'un centre régional de formation des personnels et d'un centre de semi-liberté est d'ores et déjà programmé (études en 1993 ; travaux en 1994 et 1995).

L'achèvement de la montée en charge de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône (600 places) et la mise en service du centre pénitentiaire de Saint-Quentin - Falavier (400 places) permettront de réduire de manière significative le surencombrement de la maison d'arrêt de Lyon - Perrache.

Questions similaires

Déposée le 21 octobre 1992 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 26%
Déposée le 2 octobre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 49%
Déposée le 5 août 1992 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 12%
Déposée le 19 mars 2006 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 42%
Déposée le 2 décembre 1992 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 50%
Déposée le 3 février 2016 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 79%