Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Conditions de travail et santé publique

Question orale sans débat de - Emploi

Question de ,

Diffusée le 2 février 1999

Mme Marie-Claude Beaudeau attire l'attention de Mme le ministre de l'emploi et de la solidarité sur la sous-évaluation du nombre, de la gravité, des conséquence des accidents du travail et maladies professionnelles. Elle lui demande de lui faire connaître le bilan établi, faisant apparaître l'impact réel et majeur des conditions de travail dans le domaine de la santé publique, et si elles n'estime pas nécessaire de faire prendre en charge l'ensemble de ces maux par la branche accidents du travail et maladies professionnelles, obligeant les employeurs à prendre des mesures efficaces d'investissement en sécurité et ergonomie.

Par ailleurs, elle lui demande si elle n'estime pas nécessaire de faire jouer un rôle plus important et plus indépendant par l'Institut national de recherche et de sécurité dans ce domaine pour le droit à des conditions de travail moins traumatisantes et moins dangereuses, et définir une nouvelle politique de la santé et du travail.

Réponse - Droits des femmes

Diffusée le 30 mars 1999

M. le président. La parole est à Mme Beaudeau, auteur de la question n° 441, adressée à Mme le ministre de l'emploi

et de la solidarité.

Mme Marie-Claude Beaudeau. Madame le secrétaire d'Etat, le 16 juillet 1998, j'avais fait part à Mme Aubry, au

moyen d'une question écrite, de notre inquiétude de constater une progression régulière du nombre de maladies et de

troubles professionnels et, partant de la nécessité de mener une action publique dans les domaines de la santé en

général et de la sécurité au travail en particulier.

Je suis étonnée, madame la secrétaire d'Etat, qu'à ce jour aucune réponse ne m'ait été apportée, ce qui me conduit à

poser cette question orale huit mois après. Je vous remercie de venir ce matin exprimer la réponse du Gouvernement

mais, très courtoisement, j'observe que ma question n'a trait ni aux droits des femmes ni à la formation professionnelle :

il s'agit de santé publique, problème national !

De quoi s'agit-il ?

Le nombre d'accidents du travail déclarés progresse de 2,5 %, celui des accidents mortels de 7 %. Le nombre de

maladies professionnelles reconnues est en croissance. Le nombre de cas de troubles musculo-squelettiques est

passé de 4 704 en 1995 à 6 183 en 1996. Les chiffres de 1997 et 1998 ne sont pas encore publiés. Pourquoi ?

Les pathologies liées à l'amiante creusent la tombe de milliers de salariés dans un contexte reconnu de

sous-déclaration des accidents du travail et des maladies professionnelles. Comme vous le savez, le rapport de M.

Deniel, que vous connaissez, l'affirme.

Dans un cadre social, l'écart se creuse entre ce qui est connu des effets pathologiques et ce qui est reconnu dans la

législation de prévention et de réparation des atteintes liées au travail. Je sais aussi que vous avez eu connaissance du

rapport de Mme Thébaud-Mony.

M. Jospin, lors du conseil supérieur de la prévention des risques professionnels, le 25 février dernier, a semblé

manifester la volonté de définir une véritable politique de connaissance des risques et de veille sanitaire.

D'ailleurs, même le patronat s'inquiète. Il vient ainsi de décider d'examiner le fonctionnement du système français de

prévention des risques. La rédaction d'un rapport parlementaire a été confiée par M. le Premier minister à Mme

Grezulka et à M. Aschiéri. Le rapport, qui a été rendu en novembre 1998, remet en question l'organisation, le rôle et les

missions des institutions officiellement chargées des risques professionnels.

Madame la secrétaire d'Etat, je ne suis pas la seule à m'inquiéter de cette situation grave et évolutive, qui met en

danger la vie des salariés au travail. Je suis d'ailleurs surprise - et je l'avais fait savoir à M. Kouchner - que les états

généraux de la santé n'aient pas retenu initialement ce thème de réflexion, qui, comme vous le savez, a été ajouté in

extremis.

Le 8 avril prochain, j'organiserai ici même, avec mes amis du Sénat, de l'Assemblée nationale et du Parlement

européen, une rencontre interdisciplinaire sur le thème de la santé et du travail. Cette rencontre présente un intérêt

évident, et l'importance du rôle des pouvoirs publics dans ce domaine est plus qu'évidente.

Aussi, je vous invite, madame la secrétaire d'Etat, à y participer. Vous pourrez, j'en suis persuadée, prendre la mesure

de l'émotion des milieux médicaux, syndicaux et patronaux, même si ces derniers portent une lourde responsabilité

dans l'évolution dramatique de la situation.

En conclusion, je voudrais vous demander s'il existe des solutions et quels sont les organismes compétents.

L'Institut national de recherche et de sécurité, à qui a été confiée en 1968 une mission de recherche, a pris la suite d'un

organisme créé à la Libération, au moment où, en s'appuyant sur les valeurs et l'enthousiasme de cette époque, le

bonheur des hommes était vu sous un angle conquérant, c'est cet organisme qui est chargé de la recherche, de

l'information, de la formation sur les risques professionnels.

Nous nous posons la question de savoir si le Gouvernement apprécie comme il convient l'importance de cet institut.

Nous pensons que son financement doit être fondamentalement assuré et développé dans le cadre du fond accidents

du travail et maladies professionnelles, qui est, vous le savez, financé par les entreprises, avec des objectifs plus précis

et complets, dans le sens d'une véritable prise en compte de la demande sociale des salariés dans le domaine de la

protection de la santé au travail.

Que pense faire le Gouvernement pour aller dans cette voie ?

Nous nous permettons de lui suggérer de prévoir une modification substantielle du conseil d'administration de l'INRS, en

attribuant une majorité de sièges aux représentants des salariés et en prévoyant une représentation élue des agents de

l'institut, lesquels ne siègent pas actuellement.

Nous pensons également que la commission scientifique de cet organisme doit être réformée, pour assurer une

véritable indépendance aux chercheurs et supprimer la censure patronale qui s'y exerce.

Vous le voyez, financement, gestion démocratique, ambition scientifique nous semblent être les points sur lesquels

doivent porter les modifications dans le cadre d'une campagne énergique en faveur d'un renouveau de l'action de soins

et de prévention des maladies professionnelles.

M. le président. Puis-je me permettre de rappeler que chaque intervention doit contenir une seule question et que

chaque orateur devrait se limiter à trois minutes pour formuler sa question... et non pas six minutes, comme cela vient

d'être le cas, madame le sénateur.

La parole est à Mme le secrétaire d'Etat.

Mme Nicole Péry, secrétaire d'Etat aux droits des femmes et à la formation professionnelle. Madame la sénatrice, sur

un ton aussi courtois que le vôtre, permettez-moi de dire que, membre de ce Gouvernement, j'ai dû apprendre le

caractère collégial de cet exercice et apprendre à m'exprimer sur des sujets qui, à l'évidence, dépassent le strict champ

de mes compétences.

La seule chose dont je puis témoigner, vous le savez pertinemment, c'est que la réponse qui vous est faite est d'abord

visée par la ministre de tutelle. C'est donc en son nom que je me permets de vous la communiquer.

Votre intervention, madame la sénatrice, pose dans toute sa portée la question de la reconnaissance, de la réparation

et de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Il s'agit pour le Gouvernement, et pour la

ministre de l'emploi et de la solidarité tout particulièrement, d'une priorité.

Le nombre des accidents du travail avec arrêt a augmenté de 2,4 % en 1997 après cinq années de baisse régulière. Le

nombre des maladies professionnelles reconnues en 1996, dernières données communiquées par la CNAM, s'est élevé

à 13 278 parmi lesquelles les affections péri-articulaires et les pathologies liées à l'amiante constituent les maladies les

plus fréquentes.

Ces chiffres sont doublement préoccupants. D'une part, ils représentent une hausse sensible par rapport aux années

précédentes ; d'autre part, ils ne rendent pas compte de la réalité de l'ensemble des maladies susceptibles d'être

rapportées à une origine professionnelle.

Mme la ministre de l'emploi et de la solidarité tient à rappeler, à cet égard, qu'à la suite notamment du rapport établi par

M. Deniel l'an dernier le Gouvernement a pris un certain nombre de mesures.

En premier lieu, il s'agit de mesures destinées à améliorer la reconnaissance des maladies professionnelles,

notamment le report de la prescription au jour de la reconnaissance de l'origine professionnelle par un médecin, ainsi

que l'encadrement des conditions dans lesquelles les caisses d'assurance maladie peuvent contester une demande de

réparation.

En second lieu, plusieurs tableaux de maladies professionnelles ont été révisés et complétés au regard de l'évolution

des connaissances scientifiques et médicales, et de nouveaux tableaux ont été créés pour les lombalgies

professionnelles.

En outre, des affections qui ne figurent pas dans les tableaux existants peuvent également être reconnues comme des

pathologies professionnelles, donner lieu à indemnisation à ce titre et fonder une meilleure connaissance des risques.

Enfin, la mise en place de l'Institut de veille sanitaire va donner une nouvelle impulsion au développement de

l'épidémiologie, notamment dans le domaine de la santé au travail.

En ce qui concerne la tarification, il est clair que les conséquences financières des accidents du travail et des maladies

professionnelles doivent être imputées à la branche « accidents du travail » de la sécurité sociale. C'est, comme vous

l'indiquez, une question de principe et une démarche cohérente pour inciter les employeurs à la prévention.

Vous avez évoqué, enfin, l'Institut national de recherche et de sécurité. L'INRS doit avoir une place incontestée parmi

les organismes experts. Il en détient le potentiel humain, scientifique et technique. Mais il faut que les choix et la

validation des études soient transparents et incontestables sur le plan scientifique.

Par ailleurs, le cadre des relations de l'INRS avec la CNAM et les ministères compétents doit être clarifié aux plans

juridique et opérationnel. Une mission de l'inspection générale des affaires sociales est en cours pour éclairer Mme

Martine Aubry et M. Bernard Kouchner sur ces questions.

Permettez-moi enfin d'évoquer l'initiative récente des partenaires sociaux relative à l'examen du système français de

prévention, de manière à rechercher et à proposer les évolutions et les adaptations qu'il appelle. Il faut se réjouir de

cette initiative, car il est essentiel que les partenaires sociaux marquent, par leurs travaux, leur volonté d'agir aussi dans

ce domaine, notamment sur le terrain de l'entreprise.

Mme Marie-Claude Beaudeau. Je demande la parole.

M. le président. Madame Beaudeau, je vous demande de répondre brièvement à Mme le secrétaire d'Etat.

Mme Marie-Claude Beaudeau. Je veux vous remercier, madame la secrétaire d'Etat, de votre réponse. Je

connaissais les mesures adoptées par le Gouvernement, mesures qui ne sont pas négligeables et que les salariés,

leurs associations et leurs syndicats considèrent comme importantes. Je vous donne donc acte qu'effectivement des

choses ont été faites.

Je crains cependant que votre réponse de ce matin ne reste imprécise et un peu trop au niveau de l'intention.

Vous avez rendu hommage aux salariés et à l'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des

accidents du travail et des maladies professionnelles. Le financement de cet institut doit être assuré par les entreprises

et non par l'impôt, de façon que les employeurs soient contraints de réduire les risques dans l'entreprise et incités à la

prévention. Il faut en effet traiter cette question en amont.

Par ailleurs, les victimes doivent avoir une place prépondérante dans la gestion de la réparation-prévention.

Le fonctionnement actuel de l'Institut national de recherche et de sécurité ne permet pas de répondre à la demande des

salariés concernant la santé et la prévention dans l'entreprise. Or seuls les salariés, leurs représentants et les agents

de cet institut peuvent peser avec efficacité sur les orientations des entreprises.

Vous partagez avec nous, je crois, l'idée selon laquelle ce n'est pas sans les salariés que l'on garantira leur droit aux

soins et, au-delà, le droit à la santé et au travail.

Questions similaires

Déposée le 6 décembre 2017 à 23h00
Similarité de la question: 57% Similarité de la réponse: 72%
Déposée le 15 juillet 1998 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 25%
Déposée le 19 août 2006 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 57%
Déposée le 11 décembre 2017 à 23h00
Similarité de la question: 42% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 mars 2011 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 5 mars 2018 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 0%