Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Constat inquiétant sur les détecteurs avertisseurs de fumée

Question écrite de M. Roland Courteau - Commerce

Question de M. Roland Courteau,

Diffusée le 19 octobre 2002

M. Roland Courteau expose à M. le secrétaire d'État chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation que des associations de consommateurs viennent de dresser un constat inquiétant sur les détecteurs avertisseurs de fumée.

Il lui indique que, selon certains essais, six appareils sur les huit testés ne seraient pas fiables et présenteraient une capacité de détection tardive voire une absence totale de détection.

Selon une autre enquête, sur douze produits testés, six ne seraient pas davantage fiables. Il leur serait reproché de ne pas donner l'alerte assez tôt et ne rempliraient pas certains critères de la norme européenne EN 14604.

Il lui demande donc si des dispositions de surveillance et de contrôle ont été prises par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes et quelles mesures ont été décidées face à une telle situation.

Réponse - Commerce

Diffusée le 19 octobre 2004

Les détecteurs autonomes avertisseurs de fumée (DAAF) sont soumis, au titre de la directive européenne n° 89/06/CE relative aux produits de construction, à l'obligation de marquage CE attestant de leur conformité aux exigences de la norme NF/EN/14604 - Dispositifs d'alarme de fumée. Les consommateurs doivent en effet disposer de DAAF fiables répondant à des critères de performance.

Ceux-ci concernent principalement la réaction à une gamme de quatre types de fumée, le déclenchement dans les temps impartis de l'alarme, tout en évitant des déclenchements intempestifs, la puissance acoustique, la durabilité du dispositif sonore, la résistance aux vibrations et aux effets de la corrosion par le dioxyde de soufre et l'aptitude à fonctionner correctement dans de courtes périodes de chaleur sèche ou humide ambiante élevée, ou de basses températures.

Compte tenu de la perspective, engagée depuis plusieurs années, de l'adoption d'une loi imposant l'installation de DAAF dans les habitations et qui vient de trouver sa conclusion finale au Parlement le 25 février 2010, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a intégré cette famille de produits dans ses programmes de contrôle dès 2007.

Une enquête nationale a donc eu lieu au quatrième trimestre 2007 (une centaine d'établissements contrôlés) et a abouti à des mesures de retrait et de rappel pour les lots de quatre modèles de DAAF jugés dangereux après réalisation d'un essai démontrant leur non-fiabilité pour détecter un ou plusieurs types de feu prévus par la norme.

Une nouvelle enquête de plus grande ampleur vient d'être menée en 2009. Près de 430 établissements ont été visités (hypermarchés et supermarchés, magasins de bricolage, quincailleries, bazars, magasins d'équipement de la maison...). Ces contrôles au niveau de la distribution ont permis la mise en oeuvre d'actions à partir du constat visuel d'anomalies. vingt-deux prélèvements ont été effectués, avec l'objectif de s'intéresser plus particulièrement aux produits présentant des preuves de conformité insuffisantes ou douteuses.

Ces prélèvements ont abouti au constat que plus de la moitié des modèles testés sont défaillants (douze détecteurs sont non conformes et dangereux). Il a été demandé aux responsables concernés des mesures de retrait des lots chez les distributeurs et des campagnes de rappel (annonces dans les magasins) pour les produits déjà vendus.

Les professionnels en cause ont pris volontairement ces mesures afin de faire cesser la commercialisation de ces détecteurs. Certains ont même exigé de leurs fournisseurs (notamment en provenance de Chine) des garanties supplémentaires pour l'importation de nouveaux lots de détecteurs. Les mesures de retrait et de rappel ont fait l'objet d'une publication sur le site internet de la DGCCRF et de notifications dans le cadre du système d'alerte européen RAPEX.

Compte tenu du rôle de ces produits pour la sécurité domestique et de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, la DGCCRF va maintenir sa vigilance sur ce matériel et une nouvelle enquête nationale est d'ores et déjà prévue en 2010.

Questions similaires

Déposée le 19 octobre 2002 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 25 mars 2015 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 14 novembre 2018 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 11 novembre 2019 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 26 juillet 2017 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 78%
Déposée le 10 février 2020 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 0%