Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Contentieux franco-allemand sur les victimes du nazisme

Question écrite de - Anciens combattants

Question de ,

Diffusée le 4 décembre 1991

M. André Bohl demande à M. le secrétaire d'Etat aux anciens combattants et victimes de guerre s'il ne convient pas de mettre un terme à la querelle qui oppose l'entente franco-allemande aux victimes du nazisme sous la forme du service du travail ou service de guerre (R.A.D. et K.H.D.). Il semble que l'objectif des accords négociés par les gouvernements français et allemand dès 1979 et conclus en 1981 avait pour objet de solder le contentieux de la guerre en offrant une compensation financière.

Elle eût été symbolique si elle avait été attribuée en 1945. La disparition de nombreux bénéficiaires et de leurs ayants droit a permis, après attribution aux militaires incorporés de force, qu'une marge reste disponible pour réparer symboliquement les vexations aux plus jeunes. Il paraîtrait détestable qu'un geste d'apaisement de la République fédérale d'Allemagne se traduise dix ans après celui-ci et cinquante ans après le début du conflit comme une source de division. Il demande ce que le Gouvernement compte faire pour en terminer avec ce contentieux.

Réponse - Anciens combattants

Diffusée le 22 janvier 1992

Réponse. - Les anciens du R.A.D. ou du K.H.D. qui satisfont aux conditions de l'arrêt Kocher, c'est-à-dire ceux qui ont été placés sous commandement militaire allemand, et ont participé à des combats, peuvent obtenir le certificat d'incorporé de force dans l'armée allemande et bénéficier à ce titre de l'indemnisation répartie par la fondation dite " Entente franco-allemande ".

Dans la réponse adressée aux questions écrites posées par plusieurs députés et parue au Journal officiel des débats parlementaires du 18 mars 1991, page 1046, le ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères a eu l'occasion de préciser notamment : " Cependant, le Gouvernement français et le Gouvernement allemand sont convenus d'évoquer un certain nombre de questions en suspens qui n'ont pu pour différentes raisons être réglées dans le cadre des accords signés antérieurement.

Des discussions ont été entamées entre les deux Etats sur la base d'un recensement de l'ensemble des problèmes non résolus. Ceux-ci sont de nature très diverses : revendications de biens situés dans les Länder qui constituaient l'ancienne R.D.A., séquelles du régime nazi, créances privées liées à la guerre et à l'occupation, conservation des tombes françaises et des lieux de déportation.

Il n'est pas possible, à ce stade, de se prononcer sur chacune des composantes de la négociation qui font l'objet de discussions particulières. "

Questions similaires

Déposée le 12 février 1992 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 16 décembre 1992 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 16 janvier 1991 à 23h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 80%
Déposée le 6 février 1991 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 2 octobre 2000 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 32%
Déposée le 23 septembre 1998 à 22h00
Similarité de la question: 50% Similarité de la réponse: 65%