Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Cours de la viande

Question écrite de - Agriculture

Question de ,

Diffusée le 19 juillet 2009

M. Georges Mouly attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur le problème posé par la situation inquiétante de la viande (surtout celle issue de la production bovine) qui, au mois de juin dernier, a atteint son cours le plus bas, ce qui inquiète tant les producteurs que les distributeurs et, par extension, les bouchers-charcutiers, tous victimes de l'effet d'importations massives de viandes étrangères.

Face à la désorganisation de ce marché, il le remercie de bien vouloir lui préciser quelles sont les intentions du gouvernement pour assurer un cours conforme au marché.

Réponse - Agriculture

Diffusée le 19 juillet 2011

En 2005 et 2006, les cours des viandes bovines et ovines ont atteint des niveaux élevés, à cause d'effets conjoncturels favorables. Le revenu des éleveurs bovins et ovins s'est redressé. Par exemple, les exploitations spécialisées dans la production de bovins viande ont vu leur revenu progresser de 7 % en 2006.

Au premier semestre 2007, les cours au stade abattoir ont baissé, à l'inverse des évolutions saisonnières habituelles. Au mois de juin, suivant les catégories considérées, la chute s'établissait entre 8 et 20 % par rapport aux cours de 2006 à la même époque. Les facteurs d'explication sont multiples : baisse de la consommation en Italie et donc de la demande en animaux français, consommation française faible et, de façon plus marginale, reprise dans l'Union européenne des importations d'Amérique du Sud (pour la viande bovine) ou de Nouvelle-Zélande (pour la viande ovine) après une année où les volumes disponibles avaient été limités.

Depuis juin, les cours n'ont cessé de remonter, tendant à se rapprocher des niveaux atteints en 2005. Il convient de rester prudent sur la pérennité de cette reprise, les contextes sanitaire (fièvre aphteuse, fièvre catarrhale) et économique (coût de l'énergie et des matières premières) rendant toute prévision délicate.

Les éleveurs ont été d'autant plus sensibles aux évolutions inhabituelles des cours que les prix de vente au consommateur n'ont pas reflété ces variations. Pour aider la filière face aux évolutions réglementaires et aux variations des prix à l'abattage, le soutien du Gouvernement prend plusieurs formes.

Afin de préserver le potentiel de la production nationale de viande bovine et ovine, la France a fait le choix de maintenir couplées certaines primes de la politique agricole commune. Le soutien à l'ensemble des producteurs est réaffirmé au travers de la poursuite du plan de modernisation des bâtiments d'élevage pour lequel une enveloppe supplémentaire de 23 millions d'euros a été prévue pour 2007.

Un soutien de 7,8 millions d'euros à la filière veau de boucherie et de 15 millions d'euros à la filière ovine a été annoncé les 23 et 31 août dernier pour faire face à une conjoncture particulièrement difficile. Enfin, 13,5 millions d'euros seront consacrés à aider les agriculteurs confrontés à la fièvre catarrhale.

L'accompagnement des organisations de producteurs, au travers d'aides aux projets de filière par exemple, reste important. Ces entreprises ont un rôle essentiel, reconnu dans la législation, pour contribuer au regroupement et à l'organisation de l'offre. Le Gouvernement suit attentivement l'évolution du prix des matières premières agricoles et son impact sur les filières, comme sur le pouvoir d'achat des consommateurs.

Questions similaires

Déposée le 19 septembre 2002 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 19 septembre 2002 à 22h00
Similarité de la question: 45% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 19 septembre 2010 à 22h00
Similarité de la question: 49% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 19 août 2011 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 19 août 2012 à 22h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 19 janvier 2004 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 76%