Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Coût de la vie étudiante

Question orale sans débat de M. Roland Courteau - Enseignement supérieur et recherche

Question de M. Roland Courteau,

Diffusée le 19 décembre 2009

M. Roland Courteau expose à Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche que faire des études devient de plus en plus onéreux. Ainsi, les principales organisations étudiantes dénoncent des coûts exponentiels qui contraignent certaines familles à renoncer.

Il lui indique que sur les dix dernières années, le bilan est alarmant : le coût de la rentrée a augmenté de 50 % soit 33 % de plus que l'inflation.

Il lui fait remarquer que cette hausse est imputable à la flambée des loyers, à l'augmentation des prix des produits de première nécessité (alimentation, vêtements…) et à celle des frais obligatoires (droits d'inscription en faculté, cotisations sécurité sociale, tickets de resto U…).

Ainsi, en raison du coût de la vie étudiante, les familles sont de moins en moins en capacité de soutenir leurs enfants, dans l'enseignement supérieur. Du coup, le salariat devient la première source de financement des études. Près de 75 % des étudiants sont dans l'obligation d'exercer une activité salariée l'été ou dans l'année contre 48 % il y a six ans.

Or, le salariat et les petits boulots de plus en plus fréquents chez les étudiants des classes moyennes et modestes multiplient les risques d'échec dans leurs études.

Dès lors, pour la première fois depuis des années, la démocratisation dans le supérieur régresse : la proportion d'étudiants issus des familles les plus pauvres est passée de 36 % à 30 % en cinq ans.

Force est de constater en premier lieu que la part du loyer dans le budget étudiant représente 60 %. Il convient donc de saluer la récente mesure d'encadrement des loyers à la relocation prise par le Gouvernement. Mais il insiste pour que cette mesure à haute utilité sociale, soit toutefois complétée par un effort conséquent de construction de logements du CROUS.

Actuellement, 7 % seulement des étudiants ont accès à un logement du CROUS. Il lui indique, par ailleurs, que pour stopper la paupérisation il est nécessaire de mettre en place, une allocation d'études ou allocation d'autonomie et de revaloriser l'allocation logement. De même, il est hautement souhaitable d'instaurer une caution solidaire nationale pour permettre aux jeunes d'accéder à la location.

Il lui demande de bien vouloir lui faire connaître ses intentions par rapport aux solutions à apporter en faveur des étudiants face aux coûts exponentiels de leurs études dont les conséquences se font déjà ressentir en matière de démocratisation de l'enseignement supérieur.

Réponse de Enseignement supérieur et recherche

En attente de réponse

Questions similaires

Déposée le 4 septembre 2023 à 22h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 11 septembre 2023 à 22h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 28 septembre 2016 à 22h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 6 novembre 2014 à 23h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 9 novembre 1994 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 24 mai 2021 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 100%