Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Création de sociétés de capitaux pour l'exercice de la profession de médecin

Question écrite de - Affaires sociales

Question de ,

Diffusée le 5 février 1992

M. Henri Collette demande à M. le ministre des affaires sociales et de l'intégration de lui préciser la position de son ministère à l'égard de la création, par les médecins, de sociétés de capitaux, pour l'exercice de leur profession. (Le Nouvel Economiste, 10 janvier 1992, n° 827.)

Réponse - Santé

Diffusée le 26 août 1992

Réponse. - Jusqu'au 1er janvier 1992, date d'entrée en vigueur des dispositions des titres I et II de la loi n° 90-1258 du 31 décembre 1990 relative à l'exercice sous forme de sociétés des professions libérales soumises à un statut législatif ou réglementaire ou dont le titre est protégé, les médecins ne pouvaient constituer que des sociétés civiles de personnes (société civile professionnelle, société de moyens) au sein desquelles les associés s'engagent sur l'ensemble de leur patrimoine.

L'objet de la loi du 31 décembre 1990 est notamment de permettre la constitution de sociétés commerciales au sein desquelles les associés ne s'engagent qu'au prorata de leur apport dans la société et peuvent céder librement leurs droits. Ce texte contient plusieurs dispositions de nature à préserver les principes qui régissent l'exercice libéral de la médecine.

En effet, s'il est prévu que ces sociétés pourront faire appel à des associés non professionnels, il n'en reste pas moins que les professionnels, anciens professionnels ou leurs ayants droit devront détenir la majorité du capital social et des droits de vote. Dans l'hypothèse d'appel à des associés non professionnels, les majorités pour les délibérations relatives aux cessions de parts seront prises non pas à la majorité des trois quarts du capital mais à une majorité des trois quarts des porteurs exerçant la profession au sein de la société.

Par ailleurs, la direction de la société devra être assumée par les professionnels eux-mêmes et les conventions intervenant entre la société et un de ses administrateurs, relatives aux conditions d'exercice de la profession, seront soumises aux délibérations des seuls professionnels exerçant dans la société.

La dénomination de la société devra faire apparaître qu'il s'agit d'une société de capitaux d'exercice libéral. Par ailleurs, chaque associé répondra des actes professionnels qu'il aura accomplis au sein de la société, ce principe étant l'une des caractéristiques de l'exercice libéral de la médecine.

Ces sociétés continueront de relever des juridictions disciplinaires ou des juridictions civiles et non des tribunaux de commerce, leur objet restant civil. Le texte permet également de faciliter la transmission du patrimoine. Enfin les conditions d'application de la loi seront fixées par des décrets en conseil d'Etat spécifiques à chacune des professions concernées dans le respect des règles régissant celles-ci, et notamment, s'agissant des médecins, des dispositions du décret n° 79-506 du 28 juin 1979 portant code de déontologie médicale.

Questions similaires

Déposée le 16 octobre 2017 à 22h00
Similarité de la question: 24% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 novembre 2001 à 23h00
Similarité de la question: 20% Similarité de la réponse: 72%
Déposée le 1 juillet 2019 à 22h00
Similarité de la question: 19% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 23 août 2017 à 22h00
Similarité de la question: 24% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 9 août 1995 à 22h00
Similarité de la question: 45% Similarité de la réponse: 75%