Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Devenir de l'AFPA

Question écrite de M. Jean-Louis Carrère - Travail, emploi, formation professionnelle et dialogue social

Question de M. Jean-Louis Carrère,

Diffusée le 19 décembre 2012

M. Jean-Louis Carrère attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur le devenir de l'Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA). Soumise depuis quelques années aux règles concurrentielles comme tous les opérateurs de la formation, alors que concomitamment son action n'est plus subventionnée par l'État, cet organisme connaît aujourd'hui une grave crise morale et financière qui fait craindre à ses personnels une sourde menace de « démantèlement » à plus ou moins brêve échéance.

Pourtant nul ne remet en cause le savoir-faire unanimement reconnu de l'AFPA et de ses 9 000 salariés dans l'exécution de sa mission au service des publics les plus éloignés de l'emploi au cours des six dernières décennies. Compte tenu de l'urgence de la situation ainsi exposée, il souhaiterait connaître les mesures que le Gouvernement entend prendre pour préserver et conforter l'AFPA dans son rôle historique, et singulièrement s'il envisage d'inscrire dans la loi française que la qualification des demandeurs d'emploi relève d'un service public d'intérêt général.

Réponse - Travail, emploi, formation professionnelle et dialogue social

Diffusée le 6 février 2013

L'association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) n'est pas un organisme de formation professionnelle comme les autres. L'AFPA est d'abord, grâce à son organisation nationale, le principal organisme de formation des demandeurs d'emploi avec près de 120 000 stagiaires chaque année qu'elle amène, pour une grande partie d'entre eux, à une qualification certifiée leur permettant une insertion durable dans l'emploi.

De plus, l'AFPA délivre des services, tels que l'hébergement et la restauration, que les autres organismes de formation n'offrent pas, permettant ainsi d'accueillir en formation des demandeurs d'emploi en situation de fragilité ou venant de territoires éloignés. Malheureusement, les décisions prises par les précédents gouvernements à compter de 2004 ont fragilisé l'AFPA en soumettant, sans aucun accompagnement, l'ensemble de son offre de formation aux marchés publics.

Malgré les efforts importants d'adaptation faits par ses personnels et leur professionnalisme reconnu, l'AFPA est confrontée à des difficultés financières qui imposent qu'elle redéfinisse son modèle d'activité. En décembre 2012 il avait été annoncé déjà un certain nombre de mesures arrêtées qu'il fallait encore mettre en œuvre.

Aujourd'hui les discussions ont abouti sur chacun des points alors évoqués. Aussi concernant la question du patrimoine, le Gouvernement a décidé de conclure des baux emphytéotiques administratifs de sorte que l'AFPA puisse occuper le domaine public dans la durée et bénéficier de droits réels pour adapter et étendre ses locaux, en améliorer la gestion et ainsi mieux maîtriser la carte de ses sites de formation et valoriser ses services d'hébergement et de restauration.

C'est ainsi que dès les premiers mois de cette année, l'État conclura avec l'association une première vague significative de baux dans deux régions « pilotes » afin d'en valider la faisabilité pour ensuite l'étendre à l'ensemble du territoire. S'agissant ensuite de la capitalisation de l'association, l'État est prêt à souscrire des participations constitutives de fonds propres, indispensables à l'AFPA pour emprunter à moyen terme.

L'État va donc apporter un premier apport de 110 millions d'euros dès cette année 2013 puis, dans une deuxième période de 2014 à 2017, de nouveau une somme équivalente assurant ainsi près de la moitié de ses besoins de financement chiffrés à près de 430 millions d'euros. La seconde moitié sera apportée par la mobilisation des établissements bancaires actuels ou partenaires financiers futurs.

Parallèlement, la gouvernance de l'association sera ajustée afin de permettre aux différents partenaires, dont l'État, de mieux suivre la mise en œuvre du plan de refondation élaboré par son Président Yves Barou et par là même le devenir de l'association. Enfin, le Premier ministre l'a également rappelé lors d'un déplacement à Caen le 14 janvier 2013, ce plan de refondation global s'accompagnera dans sa mise en œuvre d'une réorganisation et de réduction des coûts de fonctionnement sans porter atteinte au formidable capital humain dont dispose l'association.

Il a pris également l'engagement qu'il n'y aurait pas de licenciements économiques au sein de l'AFPA. Le président de la République a lui-même réaffirmé, à l'occasion de ses vœux aux acteurs de l'économie et de l'emploi le 17 janvier 2013, l'utilité et la performance de l'AFPA et le plein engagement de l'État à ses côtés.

L'État a donc su mettre en œuvre les moyens nécessaires à sa pérennisation conformément à l'engagement pris lors de la grande conférence sociale de juillet 2012.

Questions similaires

Déposée le 19 décembre 2011 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 décembre 2011 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 décembre 2011 à 23h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 19 décembre 2012 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 décembre 2012 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 19 décembre 2012 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 100%