Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Devenir de l'ostéopathie

Question écrite de - Santé

Question de ,

Diffusée le 19 juillet 2007

M. Jean-Pierre Demerliat appelle l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports sur le devenir de l'ostéopathie.

La loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé reconnaît et encadre dans son article 75 la profession d'ostéopathe. Cinq ans après sa promulgation, les décrets d'application de cet article n'ont toujours pas été publiés. Un projet de décret concernant l'exercice professionnel et la formation en ostéopathie soumis au Conseil d'État ne semble pas répondre aux objectifs législatifs définis en 2002. Il menacerait même gravement la profession et la sécurité des usagers.

\t

Il lui demande donc de prendre le plus rapidement possible des décrets d'application de l'article 75 conformes aux orientations définies par le législateur en 2002.

Réponse - Santé

Diffusée le 19 juillet 2008

Le décret relatif aux actes professionnels et à l'exercice de l'ostéopathie a été élaboré après de multiples réunions de concertation réunissant les ostéopathes, les étudiants en ostéopathie, les médecins et les kinésithérapeutes. L'article 75 de la loi du 4 mars 2002 ne crée pas une nouvelle profession de santé et ne permet pas de réserver la pratique de l'ostéopathie à telle ou telle profession.

En ce qui concerne la formation, le décret n° 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie décrit son contenu et sa durée horaire. Il permet également aux ostéopathes en exercice de continuer à pratiquer tout en s'assurant de la sécurité des patients grâce, notamment, à la mise en place de commissions régionales auxquelles participeront les ostéopathes au côté des médecins et des kinésithérapeutes.

Les matières biologiques et ostéopathiques sont dorénavant obligatoirement enseignées sur une base minimale de 2 660 heures. Les structures de formation actuellement de droit privé doivent se conformer à un cahier des charges rigoureux permettant leur agrément. L'arrêté du 25 mars 2007, paru au Journal officiel du 27 mars, précise le contenu de la formation ainsi que les modalités concernant les demandes d'agrément des établissements de formation.

Les structures non agréées ne pourront pas délivrer le titre. Ces dispositions sont en cohérence avec le rapport du doyen Bertrand Ludes rendu public le 25 janvier 2007 et disponible sur le site Internet du ministère chargé de la santé : www.sante.gouv.fr, rubrique « Presse », dans « rapport remis au Gouvernement », « année 2006 ».

Questions similaires

Déposée le 19 juillet 2007 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 juillet 2007 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 juillet 2007 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 juin 2012 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 68%
Déposée le 19 juin 2012 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 68%
Déposée le 19 juin 2003 à 22h00
Similarité de la question: 53% Similarité de la réponse: 72%