Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Difficultés d'application de la circulaire du 10 décembre 1951 relative à la protection incendie

Question écrite de - Équipement

Question de ,

Diffusée le 19 février 2011

M. Bernard Dussaut appelle l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports, du logement, du tourisme et de la mer sur les difficultés que pose aux communes rurales l'application de la circulaire n° 465 du 10 décembre 1951. Celle-ci prévoit en effet que tout terrain situé à plus de 200 mètres d'un poteau incendie ne pourra pas bénéficier d'un certificat d'urbanisme favorable, sauf si la commune assure à ses frais la réalisation de ce poteau.

Cette disposition est très contraignante en matière de protection incendie lors de la délivrance des permis de construire. En zone rurale les réseaux d'eau potable ne sont pas adaptés à la connexion à un poteau d'incendie compte tenu du diamètre des canalisations et de la pression nécessaire. L'application stricte du texte ne permettra plus de construire dans les petites communes.

Il existe des solutions moins contraignantes telle l'acceptation de branchements de poteaux incendies à débit moindre qui ne remettraient pas en cause la rapidité d'exécution des services incendies. Cette solution aurait le mérite de mieux protéger une grande partie du parc immobilier ancien qui, du fait de ces obligations, ne bénéficie d'aucune protection. Il lui demande s'il entend prendre en compte cette suggestion.

Réponse - Équipement

Diffusée le 19 avril 2011

L'autorité qui délivre le permis de construire est tenue de veiller à ce que les conditions permettant la lutte contre les incendies soient remplies. Plusieurs éléments doivent être pris en compte : l'accès à la construction par les services de lutte contre l'incendie, la possibilité de disposer de la quantité d'eau nécessaire, grâce à une pression et un débit suffisants dans les réseaux ou à l'existence de réserves d'eau.

Dans chaque commune, la défense extérieure contre l'incendie, placée sous l'autorité du maire au titre de ses pouvoirs de police administrative conformément aux termes de l'article L. 2212-2, n° 5 du code général des collectivités territoriales (CGCT), doit être réglée au niveau local en partenariat avec les sapeurs-pompiers et le distributeur d'eau.

La solution technique la plus adaptée au risque pourra ainsi être choisie. L'ensemble des dispositifs auxquels il peut être fait appel fait l'objet de la circulaire du 10 décembre 1951 complétée par celles du 20 février 1957 et du 9 août 1967. Le dispositif de gestion des services départementaux d'incendie et de secours (SDIS) mis en place par la loi du 3 mai 1996 permet aux collectivités de faire valoir leur point de vue.

Ainsi, les choix stratégiques de défense incendie des communes et leur adéquation avec la politique d'équipement des sapeurs-pompiers peuvent être étudiés et débattus au sein du conseil d'administration du SDIS dans lequel les communes sont représentées. Le schéma départemental d'analyse et de couverture des risques (CGCT art. L. 1424-7) et le règlement opérationnel du service départemental d'incendie et de secours (CGCT, art. L. 1424-4) sont arrêtés après avis de cette instance.

Ils permettent de définir une politique départementale pour les conditions de défense contre l'incendie des nouvelles constructions. Les textes précités n'imposent pas la mise en place systématique de poteaux ou bouches d'incendie. En particulier, pour des communes rurales à faible densité de population, ceci peut représenter un coût très élevé et hors de portée des communes disposant de faibles ressources financières.

La priorité est alors donnée à l'utilisation de points d'eau naturels (utilisables en permanence) ou à l'aménagement de réserves artificielles en des endroits judicieusement choisis par rapport aux bâtiments à défendre. L'aménagement de tels points d'eau permet en général une défense suffisante contre un risque moyen situé dans un rayon d'environ 400 mètres.

En ce qui concerne les communes urbaines, la lutte contre le feu peut normalement être assurée par des bouches ou poteaux d'incendie utilisés conjointement avec les points d'eau naturels existants.

Questions similaires

Déposée le 19 avril 2007 à 22h00
Similarité de la question: 45% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 avril 2007 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 19 avril 2011 à 22h00
Similarité de la question: 55% Similarité de la réponse: 95%
Déposée le 19 avril 2006 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 19 avril 2007 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 87%
Déposée le 19 mai 2003 à 22h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 87%