Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Difficultés d'approvisionnement de l'aide alimentaire européenne

Question écrite de M. François-Noël Buffet - Affaires européennes

Question de M. François-Noël Buffet,

Diffusée le 8 octobre 2014

M. François-Noël Buffet attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès du ministre des affaires étrangères et du développement international, chargé des affaires européennes sur les délais d'approvisionnement de l'aide alimentaire européenne confiée aux associations humanitaires, comme le Secours populaire, dont le rôle est essentiel en cette période de crise économique.

L'aide alimentaire est issue en majorité des denrées attribuées par le fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD).

Depuis plusieurs mois, il semblerait que les livraisons ne soient plus assurées dans des délais raisonnables et que les ruptures de stocks (surtout en lait, huile et farine) obligent les associations à acheter des denrées pour continuer leurs actions de solidarité, mettant en péril leur équilibre budgétaire, donc la poursuite de leurs missions.

En 2013, le Secours populaire du Rhône a ainsi aidé 5 664 ménages, ce qui représente 16 345 personnes dont environ 8 000 enfants pour un total de 113 206 repas distribués.

Aussi, il souhaiterait connaître les dispositions que le Gouvernement entend prendre afin que l'approvisionnement en denrées soit garanti tout au long de l'année, comme l'exige la situation de ces milliers de familles.

Réponse - Affaires européennes

Diffusée le 5 août 2015

Le cadre financier pluriannuel pour 2014-2020 comporte une enveloppe de 3,5 milliards d'euros (prix 2011) pour le fonds européenn d'aide aux plus démunis (FEAD), dont un milliard d'euros sur la base d'un engagement volontaire des États membres. Ce résultat est le fruit de la forte mobilisation des associations caritatives et des autorités françaises qui n'ont cessé de rappeler, comme l'avait fait le président de la République devant le Parlement européen le 5 février 2013, que « le budget doit soutenir les Européens les plus fragiles et les plus exposés à la crise ».

Les crédits européens sont en effet une source importante d'approvisionnement pour l'aide alimentaire aux plus démunis en France. Ainsi, sur les 258 000 tonnes de denrées distribuées en 2013 à 4,1 millions de personnes, 30,5 % ont été achetées grâce aux financements européens. La France recevra, pour la période 2014-2020, au titre du FEAD, 443 millions d'euros en prix de 2011, ce qui correspond à 499 millions d'euros courants et lui permet de maintenir sa dotation.

Ce montant doit être complété, à hauteur de 15 %, par des crédits nationaux, ce qui porte l'enveloppe FEAD française pour la période 2014-2020 à 587 millions d'euros. Afin de mettre en œuvre cette aide, un règlement établissant le fonds européen d'aide aux plus démunis a été adopté par le Parlement européen et le Conseil début 2014.

Afin de pallier les difficultés liées au passage d'un instrument à l'autre, et d'éviter - entre autres - que des ruptures d'approvisionnement se produisent dans le cadre de la campagne 2014, la France a demandé à ce que soit introduite une disposition permettant de lancer les marchés d'achat de denrées dès le mois de décembre 2013.

Il convient de souligner, par ailleurs, que la France s'est mobilisée pour être le premier État membre à obtenir l'adoption par la Commission européenne, le 31 juillet 2014, de son programme opérationnel relatif au FEAD. En dépit de ces nombreux efforts, quelques ruptures d'approvisionnement ont été constatées sur certains produits pendant l'été 2014, ruptures auxquelles le ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes a répondu en mobilisant, en urgence, des crédits nationaux à hauteur de 200 000 euros pour acheter les produits concernés et en faisant appel aux dons par les industriels.

Grâce à cette mobilisation de l'ensemble des acteurs de l'aide alimentaire, les difficultés d'approvisionnement rencontrées ont pu être rapidement surmontées. Les livraisons prévues dans le cadre des marchés précités continuent à se dérouler normalement.

Questions similaires

Déposée le 8 octobre 2014 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 5 février 2014 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 26 novembre 2014 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 22 janvier 2014 à 23h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 10 avril 2013 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 78%
Déposée le 19 décembre 2012 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 77%