Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Discriminations dans l'attribution aux étudiants de l'allocation logement selon la taille de leur ville de résidence

Question écrite de - Affaires sociales

Question de ,

Diffusée le 15 juillet 1992

M. Jean Arthuis appelle l'attention de M. le ministre des affaires sociales et de l'intégration sur la discrimination instituée entre les étudiants selon la taille de la ville où ils suivent un enseignement supérieur. En effet, depuis le 1er janvier 1992, les jeunes qui entreprennent leurs études dans des villes de plus de 100 000 habitants peuvent prétendre au bénéfice de l'allocation de logement à caractère social.

Or, de plus en plus de villes et de départements implantent, souvent à leurs frais, des unités décentralisées d'université, des IUT, créent des sections BTS. Le logement des étudiants y est autant que dans les grandes villes à tradition universitaire un problème crucial. De ce fait, les loyers pratiqués sur le marché restent élevés et la taille de la ville influe peu sur leur niveau.

C'est pourquoi il s'interroge sur les motivations qui ont conduit à fixer un tel plancher de population, source d'une injustice flagrante. Il s'en étonne d'autant plus quela mise en application de cette aide a correspondu dans le temps aux déclarations gouvernementales annonçant des priorités d'aménagement du territoire et de rééquilibrage, accompagnées de mesures de délocalisation particulièrement audacieuses.

Il lui rappelle par ailleurs que les villes et départements qui s'efforcent de promouvoir l'enseignement supérieur y consacrent des sommes importantes et pallient ainsi les insuffisances d'équipements universitaires, normalement de la compétence de l'Etat. En tout état de cause, il lui demande de bien vouloir prendre les dispositions nécessaires au rétablissement de l'équité entre étudiants.

Réponse - Affaires sociales

Diffusée le 26 août 1992

Réponse. - L'allocation de logement sociale est une prestation versée sous condition de ressources et à certaines catégories de personnes ne pouvant bénéficier des autres aides à la personne (allocation de logement familiale ou aide personnalisée au logement). Initialement, l'article L. 831-2 du code de la sécurité sociale précisait les différentes catégories de bénéficiaires potentiels : personnes âgées de plus de soixante-cinq ans ou de soisante ans en cas d'inaptitude ; personnes handicapées ; jeunes travailleurs de moins de vingt-cinq ans ; chômeurs indemnisés de longue durée ou bénéficiaires de l'allocation d'insertion ; allocataires du revenu minimum d'insertion.

L'application de cette législation pouvait conduire effectivement à exclure certaines personnes du bénéfice de l'allocation de logement sociale (par exemple chômeur reprenant une activité). C'est la raison pour laquelle il a été décidé d'étendre de façon progressive le bénéfice de l'allocation de logement sociale, sous condition de ressources, à toutes les personnes exclues des autres aides au logement.

Une première étape a permis, au 1er janvier 1991, d'étendre le bénéfice de l'allocation de logement sociale aux habitants de la région d'Ile-de-France et des départements d'outre-mer. Une seconde étape concerne depuis le 1er janvier 1992 les habitants des communes comprises, au sens du recensement général de la population, dans une agglomération de plus de 100 000 habitants (art. L. 831-2-10° du code de la sécurité sociale).

L'ensemble du territoire sera en principe couvert au 1er janvier 1993. La mise en oeuvre concrète du droit au logement dont le coût, au terme du processus de généralisation sera très élévé, est supportée entièrement par l'Etat.

Questions similaires

Déposée le 24 avril 1991 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 84%
Déposée le 19 octobre 1988 à 23h00
Similarité de la question: 47% Similarité de la réponse: 78%
Déposée le 25 janvier 1995 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 11 décembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 64%
Déposée le 27 juin 1990 à 22h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 25 novembre 1987 à 23h00
Similarité de la question: 52% Similarité de la réponse: 77%