Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Distribution de lait dans les écoles

Question écrite de - Affaires sociales

Question de ,

Diffusée le 15 décembre 1993

La récente réforme de la politique agricole commune remet en cause le soutien financier de la commission des communautés européennes dans le cadre de la réorganisation des mécanismes de soutien agricole. L'application d'une telle décision remettrait en cause la distribution de lait dans les écoles, financée quasi totalement par les subventions européennes, avec le concours de la France.

Au moment où la crise économique frappe de nombreuses familles, Mme Paulette Fost se faisant l'écho des légitimes aspirations des enseignants, des parents d'élèves, de la profession laitière, demande à Mme le ministre d'Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, les mesures concrètes qu'elle compte prendre pour maintenir et généraliser le principe de la distribution de lait dans les établissements scolaires, financée par des subventions européennes augmentées.

Réponse - Affaires sociales

Diffusée le 9 février 1994

Réponse. - La distribution gratuite de lait dans les écoles connaît actuellement des difficultés. En effet, depuis 1977, les producteurs de lait versaient une taxe à la CEE dont la recette servait à financer la distribution de produits laitiers (yaourts, fromages...) dans les écoles. Sur la demande insistante des producteurs laitiers, cet impôt a été supprimé en avril 1993.

La CEE a décidé de faire un effort pour ne diminuer l'aide que de 50 p. 100 en triplant sa contribution. Les discussions actuelles portent sur les modalités de la baisse, sur les économies à appliquer pour continuer cette action, notamment au profit des établissements scolaires situés dans les quartiers défavorisés.

En effet, maintenir l'ensemble du programme ferait passer la participation française de 8 millions de francs à 180 millions de francs, ce qui paraît difficilement envisageable dans la conjoncture actuelle.

Questions similaires

Déposée le 20 octobre 1993 à 23h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 6 octobre 1993 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 1 décembre 1993 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 49%
Déposée le 19 juin 1997 à 22h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 24%
Déposée le 15 avril 1998 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 55%
Déposée le 27 septembre 2000 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 30%