Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Dotation d'un scanner en Haute-Loire

Question écrite de M. Olivier Cigolotti - Affaires sociales, santé et droits des femmes

Question de M. Olivier Cigolotti,

Diffusée le 25 février 2015

M. Olivier Cigolotti attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la sous-dotation en matière de scanner dans le département de la Haute-Loire et plus particulièrement dans le bassin de santé de Brioude. D'importants efforts ont été réalisés par l'hôpital de Brioude pour renforcer ses équipes médicales, afin d'offrir des soins de qualité aux patients.

Aussi, l'installation d'un scanner est indispensable au service des urgences de l'hôpital de Brioude, qui accueille près de 10 000 patients par an et effectue plus de 7 000 actes. Sa présence sur un territoire comme la Haute-Loire, confronté au vieillissement de la population et à la désertification médicale, est essentielle.

L'absence d'un scanner contrevient notamment au plan national de lutte contre les accidents vasculaires cérébraux qui impose de mettre en place de telles installations au plus près des malades. Par rapport aux autres départements auvergnats, si le ratio était respecté, la Haute-Loire devrait disposer non pas d'un scanner mais de quatre pour une population de 224 907 habitants.

Il a été démontré que le coût de ce scanner serait amorti en trois ans au regard du coût actuel induit par le transport sanitaire et remboursé par la sécurité sociale. Aussi, il lui demande d'autoriser à titre expérimental l'installation d'un scanner tel que prévoit l'article L. 6122-15 du code de la santé publique ou à défaut de bien vouloir intégrer l'installation d'un scanner dans le prochain schéma régional d'organisation des soins (SROS).

Réponse - Affaires sociales, santé et droits des femmes

Diffusée le 2 septembre 2015

Le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS) d'Auvergne a proposé une révision du schéma régional d'organisation des soins (SROS) afin d'appréhender de manière volontariste les besoins à court terme de certains bassins nécessitant un renforcement rapide de leur offre. Les modifications envisagées portent sur le nombre d'appareils de scanners autorisés au niveau régional, le nombre de sites d'implantation restant inchangé.

Le développement de l'offre d'équipements matériels lourds, tels que les scanners, doit notamment concilier les besoins de proximité, la soutenabilité médico-économique et tenir compte de la démographie médicale. S'agissant spécifiquement du bassin de santé de Brioude, une réflexion est engagée, compte tenu de sa proximité avec Issoire, sur la base de l'étude médico-économique sur les IRM lancée en novembre 2014.

L'ARS proposera aux deux centres hospitaliers concernés, Issoire et Brioude, de conduire conjointement une étude de faisabilité pour l'exploitation commune de deux scanners, sous condition d'équilibre économique dans une structure de coopération ad hoc. Ces premiers éléments pourront, le moment venu, nourrir la réflexion du futur projet régional de santé et donner lieu, le cas échéant, à une modification du nombre d'implantations.

Questions similaires

Déposée le 24 juin 2015 à 22h00
Similarité de la question: 94% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 31 juillet 2017 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 18 juin 2018 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 16 novembre 2020 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 4 décembre 2023 à 23h00
Similarité de la question: 47% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 octobre 2003 à 22h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 26%