Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Droits de l'homme et violences au Burundi

Question écrite de - Affaires étrangères

Question de ,

Diffusée le 19 janvier 2011

M. Guy Penne souhaite attirer l'attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la grave crise interne que connaît actuellement le Burundi. Le Conseil de sécurité des Nations unies vient de se déclarer " profondément préoccupé " par la situation " épouvantable " des droits de l'homme et par la persistance de la violence dans ce pays.

Cette situation fait craindre que l'installation, prévue dès le début novembre, d'un gouvernement de transition ne puisse pas se réaliser. Il souhaite connaître les initiatives prises par la France pour favoriser le retour à la paix civile, d'une part, et pour venir en aide aux personnes déplacées à l'intérieur du pays, d'autre part.

Réponse - Affaires étrangères

Diffusée le 19 février 2001

Le processus de paix au Burundi a connu un important progrès avec la mise en place, le 1er novembre dernier, d'un gouvernement de transition, composé de 14 ministres hutus (dont l'intérieur, l'éducation nationale et la justice) et de 12 ministres tutsis (dont la défense, les finances, les affaires étrangères).

Le nouveau gouvernement est placé sous l'autorité du président Buyoya et comprend également 14 des 15 partis politiques ainsi que les 3 factions armées qui ont participé aux négociations à Arusha en juillet 2000 qui se sont déroulées sous l'égide du médiateur Nelson Mandela. Ce processus de réconciliation nationale est aujourd'hui fragilisé par la poursuite des attaques, de plus en plus coordonnées, des mouvements rebelles des forces pour la défense de la démocratie (FDD) et des forces nationales de libération (FNL) qui, tout en se déclarant prêts à négocier un cessez-le-feu sous médiation gabono-sud africaine, maintiennent, voire accentuent, leur pression militaire, aidés en cela par une relative liberté d'action en Tanzanie et l'absence de solution au conflit congolais.

A la demande du médiateur Mandela, l'Afrique du Sud a déployé un bataillon de 700 militaires qui assure la sécurité des personnalités politiques de retour d'exil, en attendant la constitution d'une unité spéciale de protection burundaise et la reprise des négociations avec les rebelles, à une date qui n'a pas encore été fixée à Libreville.

Malgré un contexte plutôt encourageant, du moins sur le plan politique, la population burundaise subit de plein fouet les conséquences de la poursuite des combats entre rébellions et forces gouvernementales. Le Burundi figure désormais comme le quatrième pays le plus pauvre du monde avec un PIB/hab. qui est descendu à 122 dollars contre 161 dollars en 1993.

Près de 20 % de la population peuvent être considérés comme déplacés à l'intérieur du pays, avec les risques épidémiques que cela engendre, et plus de 300 000 Burundais se sont réfugiés et vivent dans des conditions misérables en Tanzanie. C'est pourquoi la France, notamment dans le cadre du Conseil de sécurité des Nations Unies, mais aussi au sein des institutions européennes et à titre bilatéral, s'efforce d'aider les différents protagonistes à trouver une issue négociée à ce conflit, en appui à l'accord signé à Arusha en juillet 2000.

Elle condamne vigoureusement la poursuite des combats et les actions de guerre menées par les rebelles du FDD et du FNL et exerce sa pression sur les pays qui appuient les rébellions. Elle reste active sur le dossier burundais et soutien toute initiative visant à amener les rebelles du FDD et du FNL à la table des négociations.

La France n'a jamais cessé d'apporter son aide au processus de réconciliation nationale et reste convaincue que la consolidation de la paix au Burundi conditionne le retour à la stabilité en Afrique centrale. Aussi elle n'a pas attendu la signature de l'accord d'Arusha pour relancer sa coopération avec le Burundi ; son aide bilatérale est ainsi passée de 6,8 MF en 1998 à 26,2 MF en 2001 et elle devrait atteindre 30 MF en 2002.

Par ailleurs, la France a fermement soutenu la reprise de l'aide communautaire au profit du Burundi et a été le prinicipal artisan de la récente signature du programme indicatif national dans le cadre du 8e FED (65 MEUR), pour le Burundi. Enfin, la France plaide continuellement auprès des bailleurs de fonds et des grands organismes internationaux pour que ceux-ci soutiennent de manière dynamique et forte le processus de réconciliation burundais qui entre aujourd'hui, avec la transition, dans une phase fondamentale de son histoire.

Questions similaires

Déposée le 19 juin 2001 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 20 septembre 2000 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 6 mai 1998 à 22h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 54%
Déposée le 19 février 2002 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 71%
Déposée le 19 mai 2012 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 22 juillet 1998 à 22h00
Similarité de la question: 41% Similarité de la réponse: 78%