Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Entrée en vigueur du nouveau système de prêts aux étudiants

Question écrite de - Éducation

Question de ,

Diffusée le 27 mars 1991

M. Emmanuel Hamel signale à l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, ses déclarations au Club de la presse d'Europe 1 le 17 mars selon lesquelles un système de prêts aux étudiants serait confié aux organismes bancaires avec garantie de l'Etat.

Il lui demande : 1° à partir de quelle date le nouveau système de prêts qu'il a annoncé entrerait en vigueur ; 2° combien d'étudiants en seront bénéficiaires, notamment dans les universités de la région Rhône-Alpes et particulièrement dans les universités de Lyon ; 3° à quel taux ces prêts bancaires seront accordés aux étudiants et de combien au total la rémunération des banques en accroîtra le coût ; 4° quel sera le montant des prêts consentis garantis par l'Etat ; 5° quelle sera la durée de ces prêts et leurs mensualités de remboursement, intérêts et commissions compris ; 6° si des étudiants étrangers suivant les cours d'universités françaises pourront bénéficier de ces prêts et si l'Etat accordera sa garantie à des prêts à des étudiants n'étant pas de nationalité française.

Réponse - Éducation

Diffusée le 25 septembre 1991

Réponse. - Afin de favoriser l'accès à l'enseignement supérieur de jeunes adultes issus de milieux sociaux moins favorisés, le Gouvernement a arrêté le 27 mars 1991 un plan social d'ensemble en faveur des étudiants comportant notamment la mise en place d'un système de prêt sur critères sociaux qui entre en vigueur, dans une phase expérimentale, dès l'année 1991-1992.

A l'issue d'une procédure nationale d'adjudication qui a eu lieu le 22 juillet 1991, quatre établissements de crédit se proposent de distribuer ces prêts. Il s'agit de la Banque nationale de Paris (8 000 prêts), de la Caisse nationale de crédit agricole (12 000 prêts), du Crédit lyonnais (12 000 prêts), de l'Union centrale des caisses de crédit municipal (4 000 prêts).

Aucun quota de prêt n'ayant été fixé par région, il est impossible actuellement de déterminer a priori le nombre de prêts susceptibles d'être accordés aux étudiants d'universités particulières ni de prévoir la répartition géographique des étudiants intéressés par ce dispositif. Pour pouvoir solliciter auprès de la banque de leur choix l'octroi d'un de ces prêts, les étudiants doivent remplir les conditions cumulatives suivantes : être ressortissant d'un Etat membre de la Communauté économique européenne et résider effectivement en France ; avoir moins de vingt-six ans ; être inscrit au moins en deuxième année d'études supérieures dans une université (à l'exception des écoles et des formations d'ingénieurs) ou une section de technicien supérieur d'un lycée public ; avoir bénéficié, en 1989, personnellement, par leurs parents ou beaux-parents de ressources inférieures à 106 080 francs.

L'établissement d'enseignement dans lequel le candidat à prêt est inscrit, après vérification de ces éléments, délivre une attestation d'éligibilité si l'ensemble des conditions sont effectivement remplies. Le dépôt des dossiers s'effectuera du 1er septembre au 15 janvier 1992. Le prêt est tirable par tranches annuelles de 13 000 francs, à concurrence d'un plafond d'emprunt de 39 000 francs.

Les étudiants désireux d'obtenir la deuxième puis la troisième tranche de leur prêt devront être inscrits dans un établissement d'enseignement supérieur éligible au dispositif de prêt garanti et avoir progressé dans leurs études. Les trois tranches doivent être tirées au titre de trois années consécutives ; il existe toutefois une possibilité de différer l'un des tirages d'un an.

Chaque prêt est garanti par l'Etat à 50 p. 100. L'association mutuelle de responsabilité et de financement peut accorder, pour un certain nombre de prêts, une garantie complémentaire de 20 p. 100 portant la garantie totale à 70 p. 100. Aucune caution ou sûreté réelle ne saurait être demandée par la banque auprès du bénéficiaire du prêt sur critères sociaux.

Déterminé à l'issue de l'adjudication, le taux d'intérêt attaché au prêt n'est pas identique pour chacun des quatre établissements retenus mais restera uniforme pour l'ensemble des trois tranches, quelle que soit la date de leur tirage. Il s'établit en moyenne à 10,71 p. 100. Le taux effectif global (T.E.G.) devra prendre en compte, outre le taux du prêt, la cotisation prélevée auprès de l'étudiant pour l'abondement du fonds de garantie des prêts aux étudiants sur critères sociaux, les frais de dossier et les cotisations d'assurance.

La durée du prêt et le montant des mensualités de remboursement varient en fonction du taux d'intérêt pratiqué par la banque choisie et des stipulations spécifiques du contrat passé avec elle. S'agissant de la durée, la période qui s'écoule entre le premier versement de la première tranche et le remboursement de la dernière annuité du prêt ne peut toutefois pas excéder dix ans.

Le remboursement en capital de la totalité du prêt contracté bénéficie d'une période de franchise d'au moins deux ans à compter du premier versement de la dernière tranche et d'au plus cinq ans à compter du premier versement de la première tranche. Le bénéficiaire du prêt doit, dès le mois suivant tout versement relatif à chacune des deux premières tranches, procéder au paiement des intérêts mensuels correspondant au capital mis à sa disposition.

La troisième tranche est assortie d'un différé de paiement des intérêts qui prend fin dès le début de l'amortissement du prêt, celui-ci s'effectuant en cinq ou six ans. ; s'écoule entre le premier versement de la première tranche et le remboursement de la dernière annuité du prêt ne peut toutefois pas excéder dix ans.

Le remboursement en capital de la totalité du prêt contracté bénéficie d'une période de franchise d'au moins deux ans à compter du premier versement de la dernière tranche et d'au plus cinq ans à compter du premier versement de la première tranche. Le bénéficiaire du prêt doit, dès le mois suivant tout versement relatif à chacune des deux premières tranches, procéder au paiement des intérêts mensuels correspondant au capital mis à sa disposition.

La troisième tranche est assortie d'un différé de paiement des intérêts qui prend fin dès le début de l'amortissement du prêt, celui-ci s'effectuant en cinq ou six ans.

Questions similaires

Déposée le 22 mai 1991 à 22h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 98%
Déposée le 3 août 2020 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 août 2009 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 36%
Déposée le 27 mai 2020 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 22 avril 1992 à 22h00
Similarité de la question: 50% Similarité de la réponse: 56%
Déposée le 9 mai 1990 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 65%