Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Entrisme islamiste à l'école

Question au Gouvernement de M. Aymeric Durox - Premier ministre

Question de M. Aymeric Durox,

Diffusée le 3 avril 2024

M. le président. La parole est à M. Aymeric Durox, pour la réunion administrative des sénateurs ne figurant sur la liste d'aucun groupe.

M. Aymeric Durox. Ma question s'adresse à Mme la ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse.

Le 27 mars dernier, nous apprenions la démission du proviseur de la cité scolaire Maurice-Ravel, dans le XXe arrondissement de Paris. Le rectorat a indiqué qu'il s'agissait d'un simple départ en retraite anticipée pour convenance personnelle ; en réalité, il s'agissait d'une démission pour raison de sécurité.

Ce proviseur avait reçu une multitude de menaces de mort après avoir demandé à une élève, le 28 février dernier, de retirer le voile qu'elle portait au sein de l'établissement. Cette dernière avait même prétendu que le proviseur l'avait violentée, et elle avait porté plainte.

Tout cela était faux, mais la fabrique du mensonge, alimentée par les réseaux sociaux, était en marche. Et dès le 1er mars, le lycée était bloqué, au cri de : « Élève frappée, lycée bloqué ! »

Le 16 mars, le témoignage mensonger de l'élève était diffusé par l'organisme islamiste Collectif contre l'islamophobie en Europe (CCIE), successeur du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), pourtant dissous en 2020. Onze jours plus tard, donc, le proviseur démissionnait.

Nous connaissons cette fabrique du mensonge. C'est exactement la même qui avait conduit à l'assassinat de Samuel Paty le 16 octobre 2020, et le CCIF était déjà impliqué.

Jean-Pierre Obin, auteur du fameux rapport, a déclaré qu'il s'agissait là d'une « victoire » pour les islamistes et d'un « épisode peu glorieux » pour la République.

Depuis cette triste affaire, les messageries de centaines de lycées ont été noyées sous des menaces de terrorisme islamiste, et pas un jour ne se passe sans que de nouvelles menaces de mort envers la communauté éducative soient révélées. Elles ne représentent pourtant que la partie émergée de l'iceberg, d'après un rapport sénatorial d'information paru voilà moins d'un mois.

Par ailleurs, Mickaëlle Paty, la soeur de Samuel, a récemment dénoncé le peu de progrès réalisés depuis ce qui est arrivé à son frère ; elle a mis en cause la responsabilité de l'État.

Aussi, madame la ministre, ma question est simple : comment comptez-vous protéger les hussards noirs de la République face à l'entrisme islamique ? (MM. Stéphane Ravier, Christopher Szczurek, Joshua Hochart et Thierry Meignen applaudissent.)

Réponse - Éducation nationale et jeunesse

Diffusée le 3 avril 2024

M. le président. La parole est à Mme la ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse.

Mme Nicole Belloubet, ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse. Monsieur le sénateur Durox, j'ai eu l'occasion de le dire lors de ma réponse à votre collègue : nous sommes absolument intransigeants vis-à-vis des atteintes à la sécurité de notre communauté éducative.

Je le redis devant vous : nos enseignants ne sont pas seuls. Nous sommes à leurs côtés, comme nous avons été aux côtés du proviseur du lycée Maurice-Ravel, en nous rendant sur place dès le jour même, le lendemain et les jours suivants, pour le soutenir. Bien entendu, je comprends parfaitement la situation anxiogène qui l'a amené à prendre la décision de se mettre en retrait.

Monsieur le sénateur, nous menons auprès des personnels, je l'ai dit, des actions de sécurité, de soutien psychologique et de soutien juridique. Mais nous avons également mis en place des actions structurantes pour l'ensemble des établissements.

Ces actions structurantes s'articulent autour de trois axes.

Premièrement, ce sont des actions de prévention. Pour cela, nous déployons évidemment des protections matérielles. Je le fais avec mes homologues des ministères de l'intérieur et de la justice. Dès qu'un incident se produit dans un établissement ou à ses abords, nous sommes présents. (Exclamations sur des travées du groupe Les Républicains.)

Deuxièmement, nous déployons des actions de formation initiale et continue, en direction de l'ensemble de nos personnels, de l'État et des collectivités territoriales.

Troisièmement, et enfin, nous déployons des actions d'accompagnement, dans lesquelles les équipes académiques « Valeurs de la République » sont très présentes. Lorsque les enseignants sont contestés au moment de leurs enseignements, nous proposons également la mise en place d'une cellule pédagogique, afin de leur venir en aide - uniquement à leur demande, car nous respectons la liberté pédagogique des enseignants - et de leur apporter un soutien, en classe et en dehors de la classe.

Bref, l'ensemble de ces dispositifs montrent que nous constituons un véritable bouclier auprès de nos équipes éducatives. Les enseignants ne sont pas seuls : nous sommes en permanence à leurs côtés. (Applaudissements sur les travées du groupe RDPI.)

M. le président. La parole est à M. Aymeric Durox, pour la réplique.

M. Aymeric Durox. Madame la ministre, cela fait sept ans que le Gouvernement auquel vous appartenez est en charge de l'école et de la France, sept ans durant lesquels nous avons eu Samuel Paty, Dominique Bernard et de nombreux rapports qui n'ont jamais été suivis d'effet.

Le 18 octobre 2020, le Président de la République Emmanuel Macron déclarait que la peur allait « changer de camp ». Rarement une prédiction aura été aussi peu suivie d'effet...

Dans ce domaine-là comme dans tant d'autres, le constat de votre politique est celui d'un échec flagrant. (MM. Joshua Hochart, Stéphane Ravier et Christopher Szczurek, ainsi que Mme Christine Herzog, applaudissent.)

Questions similaires

Déposée le 3 avril 2024 à 22h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 10 avril 2024 à 22h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 76%
Déposée le 6 mars 2024 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 13 octobre 2021 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 6 mars 2024 à 23h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 82%
Déposée le 18 octobre 2023 à 22h00
Similarité de la question: 76% Similarité de la réponse: 79%