Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Etourdissement des animaux avant tout abattage

Question écrite de M. Éric Doligé - Agriculture

Question de M. Éric Doligé,

Diffusée le 19 avril 2003

M. Eric Doligé souhaite appeler l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales sur les conditions dans lesquelles sont pratiqués les abattages de moutons à l'occasion de la fête de l'Aïd-El-Kébir. Les dispositions du décret n° 71-636 du 21 juillet 1971 modifié relatif à l'inspection sanitaire et qualitative des animaux vivants et des denrées animales ou d'origine animale imposent en principe l'étourdissement des animaux avant tout abattage.

Or des dérogations peuvent être apportées dans certains cas d'abattage rituel, alors même que les autorités musulmanes ne sont pas opposées à l'étourdissement préalable des animaux si le procédé employé ne porte pas atteinte au caractère vital de l'animal. Il lui demande de bien vouloir lui préciser s'il envisage de le rendre obligatoire avant tout abattage, comme c'est par exemple déjà le cas en Suède, en Norvège ou en Suisse.

Réponse - Agriculture

Diffusée le 19 avril 2007

La France s'est dotée depuis de nombreuses années d'un arsenal législatif et réglementaire spécifique en matière de protection animale, notamment sur le fondement de deux articles du code rural (loi du 10 juillet 1976) : l'article L. 214-1er qui considère l'animal comme un être sensible et l'article L. 214-3 qui prescrit l'interdiction des mauvais traitements envers les animaux domestiques ou sauvages, apprivoisés ou tenus en captivité.

Ces principes fondateurs de la protection animale ont été suivis de nombreux textes réglementaires applicables selon les espèces animales et les utilisations auxquelles elles sont éventuellement destinées. Les dispositions des articles R. 214-67 à R. 214-76 du code rural précisent que l'étourdissement des animaux avant leur mise à mort est obligatoire en France.

Des dérogations sont cependant accordées, notamment dans le cas de l'abattage rituel. Ainsi, le code rural impose que les abattages rituels ne soient effectués qu'en abattoir par un sacrificateur habilité par un organisme religieux agréé. Les animaux doivent être immobilisés par un procédé mécanique avant d'être abattus rituellement.

Préalablement à la célébration de l'Aïd el-Kébir, ces dispositions réglementaires sont rappelées aux préfets qui en informent les différents acteurs concernés par la célébration, particulièrement les représentants des communautés musulmanes. Par ailleurs, les services du ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales et ceux du ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales ont proposé des solutions permettant de concilier le légitime attachement des musulmans à l'abattage rituel avec le nécessaire respect des dispositions réglementaires en matière de protection animale, d'hygiène alimentaire et de protection de l'environnement.

Ces solutions sont favorisées par l'organisation de réunions de concertation entre les différentes parties concernées au plan départemental, auxquelles participent désormais des représentants des conseils régionaux du culte musulman et permettant d'informer tous les partenaires concernés de la liste des abattoirs ouverts spécialement à l'occasion de cette fête.

L'étalement des abattages sur plusieurs journées ou la réservation préalable des animaux vivants par leurs acheteurs avec abattage des animaux en abattoirs et le retour des carcasses aux acheteurs, sont recommandés. Cette année, la circulaire cosignée avec le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, a rappelé, pour l'Aïd el-Kebir, qui s'est déroulé le 1er février 2004, la stricte interdiction de mise à disposition de locaux, terrains, installations, matériels ou équipements pour l'abattage en dehors des abattoirs.

Elle mentionnait également que les sites anciennement dénommés dérogatoires étaient totalement interdits depuis plusieurs années et que la sévérité la plus grande devait être exercée à l'encontre des contrevenants. Le renforcement de la procédure devrait, à terme, permettre la canalisation de l'ensemble des sacrifices vers des abattoirs.

L'acceptation d'un étourdissement par électronarcose dans le cadre de l'abattage rituel, qui peut être observée ponctuellement dans certains abattoirs, nécessite un dialogue et une concertation au long terme que les services du ministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche et des affaires rurales et ceux du ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales auront pour objectif de développer.

La participation du Conseil français du culte musulman aux réunions de travail qui seront organisées dans cet objectif sera probablement de nature à faciliter cette démarche.

Questions similaires

Déposée le 19 juillet 2003 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 84%
Déposée le 19 avril 2004 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 49%
Déposée le 19 novembre 2001 à 23h00
Similarité de la question: 59% Similarité de la réponse: 81%
Déposée le 19 avril 2003 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 57%
Déposée le 19 avril 2003 à 22h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 53%
Déposée le 30 janvier 2013 à 23h00
Similarité de la question: 65% Similarité de la réponse: 78%