Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Évaluation de la taxe sur les boissons énergisantes

Question écrite de M. Jean-Marie Morisset - Finances et comptes publics

Question de M. Jean-Marie Morisset,

Diffusée le 21 octobre 2015

M. Jean-Marie Morisset attire l'attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur la taxe sur les boissons énergisantes. Cette taxe avait été instaurée par un prélèvement d'un euro par litre pour les boissons contenant plus de 220 milligrammes de caféine par litre en arguant que les boissons énergisantes peuvent contribuer à provoquer des problèmes cardiaques.

Suite à la mise en place de cette taxe, les industriels fabricants ont retiré leurs stocks et modifié leurs productions pour diminuer jusqu'à un tiers de la caféine de leurs boissons. L'effet fiscal inattendu est une recette de 3 millions d'euros sur l'exercice en cours contre une prévision de 65 millions d'euros.

La différence est considérable et préjudiciable budgétairement. Toutefois, il est à noter que le taux de caféine ayant chuté, un effet salvateur en termes de santé publique peut être attendu. Cette taxe rentre désormais dans la série de taxes dites « comportementales », visant à produire des effets sur le produit et sa consommation plus que d'apporter de la recette fiscale.

Cependant, certains spécialistes estiment que d'autres composants de ces boissons comme la taurine peuvent avoir des effets nocifs. C'est pourquoi il souhaite savoir si, d'une part, une évaluation de ces boissons et de leurs effets a été faite depuis l'évolution de leur mode de production et si, d'autre part, cette taxe sera maintenue pour le budget 2016 en tenant compte de son effet dissuasif afin de ne pas surestimer les recettes fiscales à attendre.

Réponse - Économie et finances

Diffusée le 21 septembre 2016

L'article 1613 bis A du code général des impôts (CGI) prévoit une contribution perçue sur les boissons contenant un seuil minimal de 220 mg de caféine pour 1 000 ml, destinées à la consommation humaine, relevant des codes NC 2009 et NC 2202 du tarif des douanes et conditionnées dans des récipients destinés à la vente au détail, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un professionnel.

La jurisprudence du Conseil constitutionnel, sur cette mesure, atteste d'une vigilance particulière en matière de fiscalité incitative concernant le critère d'assujettissement, qui doit répondre à des critères objectifs et rationnels en fonction des objectifs poursuivis. Or, l'impact sur la santé de la taurine n'est à ce jour pas établi, raison pour laquelle le critère alternatif d'assujettissement à la contribution en présence de taurine, au-delà d'un certain seuil, avait été exclu lors de l'adoption de la mesure à l'article 18 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2014. À ce jour, aucun nouveau rapport sur les boissons dites « énergisantes » n'a été produit et le caractère nocif de la taurine n'est dès lors toujours pas avéré. Pour ces raisons, le Gouvernement n'entend pas modifier ou supprimer cette taxe.

Questions similaires

Déposée le 18 octobre 2023 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 35%
Déposée le 2 octobre 2017 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 janvier 2002 à 23h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 63%
Déposée le 5 décembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 15 décembre 2021 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 35%
Déposée le 10 mars 2021 à 23h00
Similarité de la question: 63% Similarité de la réponse: 68%