Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Existence d'un plafond d'emplois pour les personnels recrutés locaux à l'agence pour l'enseignement français à l'étranger

Question écrite de M. Jean-Yves Leconte - Affaires étrangères

Question de M. Jean-Yves Leconte,

Diffusée le 20 juillet 2016

M. Jean-Yves Leconte rappelle à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international les termes de sa question n°19987 posée le 11/02/2016 sous le titre : " Existence d'un plafond d'emplois pour les personnels recrutés locaux à l'agence pour l'enseignement français à l'étranger ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour.

En effet, il attire son attention sur les conséquences de l'existence d'un plafond d'emplois limitant le recrutement des personnels locaux dans les établissements pilotés par l'agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE).

Ainsi, à la page 53 du « bleu budgétaire » du projet de loi de finances pour 2016 relatif au programme 185 « diplomatie culturelle et d'influence » de la mission « action extérieure de l'État », il est précisé que les 4 240 équivalents temps plein travaillé (ETPT) représentant les personnels recrutés locaux des établissements en gestion directe (EGD) sont hors plafond d'emplois.

Par conséquent, il n'est pas voté par le Parlement de plafond d'emplois pour cette catégorie de personnel.

Cela peut se comprendre car les recrutés locaux des EGD ne sont pas rémunérés par des fonds publics, mais bien par les frais de scolarité payés par les familles des élèves scolarisés.

Pourtant l'administration impose au conseil d'administration de l'AEFE de voter un plafond d'emplois pour les recrutés locaux des EGD. Or celui-ci pose de lourds problèmes dans certains EGD qui disposent d'une capacité physique d'accueil et qui ont besoin d'ouvrir des classes, comme par exemple le lycée Charles de Gaulle d'Ankara (Turquie).

Les conséquences de ce plafond d'emplois que l'AEFE s'impose à elle-même, hors de la volonté du législateur, conduit l'établissement d'Ankara à ne pas ouvrir de classes, à refuser des élèves et à imposer aux enseignants des heures supplémentaires bien au-delà du raisonnable.

C'est la raison pour laquelle il souhaite lui demander pourquoi l'AEFE s'impose une telle contrainte alors que le recours aux recrutés locaux n'impacte pas les finances publiques et qu'il n'est pas voté par le législateur.

Réponse de Affaires étrangères

En attente de réponse

Questions similaires

Déposée le 10 février 2016 à 23h00
Similarité de la question: 93% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 27 juillet 2016 à 22h00
Similarité de la question: 91% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 11 avril 2018 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 10 février 2016 à 23h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 11 novembre 2015 à 23h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 juin 2002 à 22h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 0%