Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Exonération de taxe pollution pour les producteurs de foin de Crau

Question écrite de - Environnement

Question de ,

Diffusée le 20 octobre 1993

M. Louis Minetti informe M. le ministre de l'environnement des distorsions que subissent les producteurs de foin de Crau. Leur forme d'irrigation, leur méthode culturale, leurs droits acquis depuis plusieurs siècles en font un exemple de lutte contre le désert et la défense de l'environnement. Leur action conduit au maintien d'une nappe phréatique non polluée qui alimente en eau potable plusieurs centaines de milliers d'habitants.

Légitimement ils méritent une compensation pour leur action favorable à une partie de l'environnement. Or ils sont frappés d'une taxe pollution. A côté, les agriculteurs de Camargue qui eux aussi contribuent par l'irrigation à maintenir les sols en bon état sont, à juste raison, exonérés de taxe pollution.

Ce devrait être aussi le cas de toutes les surfaces réservées au foin de Crau. Quelles mesures compte-t-il prendre pour valoriser ces efforts écologiques en les exemptant de la taxe pollution ?

Réponse - Environnement

Diffusée le 22 décembre 1993

Réponse. - Les producteurs de foin de Crau ne sont pas assujettis à la redevance de pollution perçue par l'agence de l'eau Rhône-Méditerranée-Corse. Il n'y a donc pas lieu de les exempter de cette redevance. Ils sont par contre assujettis à la redevance assise sur les volumes d'eau captés et consommés, comme tous les autres préleveurs d'eau.

Selon l'agence de l'eau, l'irrigation gravitaire dans ce secteur nécessite de prélever entre 20 000 à 26 000 mètres cubes par an pour arroser un hectare ; ceci est considérable même si les eaux excédentaires sont bénéfiques au milieu naturel en général. L'agence de l'eau est donc amenée à financer la modernisation des périmètres irrigués : 149 millions de francs d'aides ont été attribués ces dernières années alors que le niveau de la redevance perçue auprès des irriguants s'est élevée à 56 millions de francs.

La solidarité de bassin au profit des irriguants a ainsi pleinement joué. Il est difficile, au risque de mettre en cause un système qui a su tenir compte du caractère spécifique de cette production, d'aller au-delà des allègements déjà consentis.

Questions similaires

Déposée le 23 octobre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 61% Similarité de la réponse: 60%
Déposée le 13 novembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 69%
Déposée le 19 janvier 2008 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 61%
Déposée le 4 décembre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 69%
Déposée le 20 décembre 2023 à 23h00
Similarité de la question: 48% Similarité de la réponse: 31%
Déposée le 10 décembre 1986 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 74%