Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Exonérations de l'imposition des plus-values professionnelles en cas de divorce

Question écrite de - Budget

Question de ,

Diffusée le 12 mai 1993

L'article 151 du code général des impôts prévoit quelques exonérations à l'imposition des plus-values professionnelles. M. Jean-Paul Delevoye remercie M. le ministre du budget de lui indiquer si ces dispositions peuvent être appliquées lorsque, dans le cas d'un divorce, le fonds de commerce dépendant de la communauté dissoute est attribué, à charge de soulte, au conjoint qui en exerçait l'activité.

Une telle attitude de la part de l'administration fiscale aiderait ces entreprises aux prises avec des difficultés de financement énormes du fait de la conjoncture économique.

Réponse - Budget

Diffusée le 23 février 1994

Réponse. - Une communauté entre époux comportant des éléments d'actif professionnel doit être regardée comme constituant sur le plan fiscal une indivision. La cessation de cette indivision est un événement qui entraîne cessation d'entreprise à l'égard du seul indivisaire qui se retire et non à l'égard de celui qui poursuit l'exercice de l'activité, même s'il y a versement d'une soulte par ce dernier.

Dès lors, dans la situation exposée, le conjoint qui abandonne ses droits sur le fonds est soumis à l'impôt au titre des plus-values professionnelles. Les dispositions des articles 151 septies et 202 bis du code général des impôts s'appliquent à cette plus-value dans les conditions du droit commun. A cet égard, il est précisé que la condition selon laquelle le chiffre d'affaires réalisé par l'entreprise au cours de l'exercice de la cession et de l'exercice précédent doit être inférieur au double des limites du forfait s'apprécie par référence au chiffre d'affaires réali

sé par la communauté et non au niveau de chaque conjoint. Même si les conditions de cette exonération ne sont pas remplies, il est observé qu'en tout état de cause, seul le conjoint qui abandonne ses droits dans le fonds est imposé et non celui qui poursuit l'activité. Cette règle va dans le sens des préoccupations exprimées par l'honorable parlementaire.

Questions similaires

Déposée le 28 juin 1995 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 61%
Déposée le 15 mai 2023 à 22h00
Similarité de la question: 47% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 juin 2004 à 22h00
Similarité de la question: 34% Similarité de la réponse: 71%
Déposée le 16 septembre 1987 à 22h00
Similarité de la question: 64% Similarité de la réponse: 72%
Déposée le 19 février 2007 à 23h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 45%
Déposée le 2 octobre 1991 à 23h00
Similarité de la question: 58% Similarité de la réponse: 79%