Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Fermetures de gendarmeries en zones rurales

Question orale sans débat de - Défense

Question de ,

Diffusée le 27 octobre 1998

M. Yves Rispat attire l'attention de M. le ministre de la défense sur les fermetures de brigades de gendarmerie en zones rurales. Il lui rappelle que depuis plus de deux mois, de nombreux départements sont agités par les annonces, à répétition, de suppressions de brigades de gendarmerie. A titre d'exemple, pour le département du Gers, ce sont six brigades en juillet, puis quatre autres aujourd'hui, qui sont menacées.

Alors que les départements ruraux font des efforts financiers énormes pour soutenir la présence des services publics, alors que nombreux sont ceux qui prônent une politique harmonieuse et solidaire d'aménagement du territoire, il est décidé unilatéralement, sous prétexte d'une évaluation de la délinquance apparemment plus faible en milieu rural, de retirer de territoires entiers l'une des institutions les plus populaires aux yeux des Français : leurs gendarmeries.

Il souligne que garants intangibles de l'ordre républicain, assurant à tous, et en particulier aux plus faibles d'entre nous, le droit imprescriptible à la sécurité, les gendarmes ont un rôle prépondérant et rassurant dans la vie quotidienne de nos populations des zones rurales. En conséquence, sans nier l'effort nécessaire de sécurité à réaliser vers les grands centres urbains, il lui demande de bien vouloir reprendre ce projet et d'engager une plus large consultation avec l'ensemble des élus et socioprofessionnels concernés, en tenant compte non seulement de la gendarmerie mais aussi du maintien et de l'implantation des autres services publics en milieu rural.

Réponse - Éducation

Diffusée le 19 novembre 1998

M. Yves Rispat. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, à l'instar d'autres départements, le

Gers, que j'ai l'honneur de représenter dans cette assemblée, connaît à son tour des annonces à répétition de

suppression de brigades de gendarmerie. Six d'entre elles étaient concernées au mois de juillet, et quatre autres

semblent aujourd'hui menacées.

Ma première question porte donc sur la réalité de ces chiffres, ainsi que sur le caractère irrémédiable de ces

suppressions dans les chefs-lieux de canton concernés.

Tout cela est d'autant plus grave que le département du Gers est le premier département rural de France. Malgré la très

faible densité et la dispersion sur une grande superficie de l'habitat rural, la criminalité y est très faible. Cela est dû

essentiellement à la présence des brigades de gendarmerie en milieu rural et à la confiance que l'ensemble de la

population, toutes classes d'âge confondues, leur témoigne. Depuis une dizaine d'années, cette situation a été

confortée par le développement du système de téléalarme, qui permet aux personnes âgées de vivre leur vieillesse en

sécurité dans leur propre maison, leur évitant ainsi la maison de retraite et toutes les conséquences que cela implique.

Le risque est donc grand de laisser des espaces ruraux entiers sans une surveillance appropriée et rapide de

gendarmes qui sont, comme vous le savez, ceux qui, avec les élus, connaissent le mieux leur canton d'attribution.

Cette insécurité va toucher également les forces vives de la population, notamment les chefs d'entreprise et les

agriculteurs. A titre d'exemple, dans le Gers, il est question de supprimer la brigade de Miradoux, chef-lieu de canton

de 500 habitants mais très proche de l'autoroute et des agglomérations agenaise et montalbanaise. D'ores et déjà, un

jeune chef d'entreprise de cette commune, employant soixante personnes et fabriquant de l'informatique de grande

valeur, s'inquiète des délais d'intervention en cas d'effraction dans son dépôt qui contient plusieurs millions de francs de

matériel. Ainsi, la nouvelle programmation porterait la plupart des trajets à plus d'une demi-heure, voire bien plus les

week-ends ou les jours fériés, en particulier pour la vingtaine de communes qui dépendent de la brigade d'Estang, autre

brigade visée par cette mesure.

Cette question est d'autant plus d'actualité que M. le Premier ministre a annoncé hier, devant l'association des maires

de France, la fin du gel de la fermeture des services publics en milieu rural. Monsieur le ministre, je vous rappelle que le

moratoire mis en place par le gouvernement Balladur en 1993, prorogé par le comité interministériel d'aménagement et

de développement du territoire - CIADT - qui a eu lieu à Auch en avril 1997, permettait d'éviter la fermeture des bureaux

de poste, des perceptions, des écoles et des gendarmeries en milieu rural. Il avait été décidé au nom du principe

républicain, intangible, d'égalité devant le service public. Ce moratoire avait notamment permis, par le maintien de ces

services publics, de mettre un coup d'arrêt à la désertification de nos campagnes.

Je constate avec tristesse mais aussi avec un grand mécontentement que l'annonce de la suppression des brigades de

gendarmerie concordera avec la fin du moratoire : est-ce l'illustration de la nouvelle politique d'aménagement du territoire

en direction du monde rural ?

De plus, toujours dans le Gers, les brigades mises en cause ont bénéficié de travaux importants de rénovation,

assumés par les collectivités locales, communes et départements. Voilà moins de trois semaines, j'ai voté, comme

conseiller général, des crédits pour la modernisation de la gendarmerie de Bassoues, pourtant appelée par vos services

à disparaître. Il y a, vous l'avouerez, une certaine incohérence dans la démarche de l'Etat à laisser financer ce qui est

appelé à être rayé de la carte.

Garants intangibles de l'ordre républicain, assurant à tous, et en particulier aux plus faibles d'entre nous, le droit

imprescriptible à la sécurité, les gendarmes ont un rôle prépondérant et rassurant dans la vie quotidienne de la

population en zone rurale. Nos concitoyens, où qu'ils se trouvent, souhaitent toujours beaucoup plus de sécurité. Ce

projet, s'il aboutissait, irait donc à l'encontre des aspirations des nombreux habitants de nos communes.

Sans nier l'effort nécessaire de sécurité à réaliser dans les grands centres urbains - alors pourquoi prévoir la

suppression de la seule brigade opérant en milieu urbain dans notre département, à Seissan ? - nous vous demandons,

monsieur le ministre, de bien vouloir reprendre ce dossier et d'engager une plus large consultation avec l'ensemble des

élus et des acteurs socioprofessionnels concernés, en tenant compte non seulement de la gendarmerie, mais aussi du

maintien et de l'implantation des autres services publics en milieu rural.

Vous connaissez mieux que personne, monsieur le ministre, les problèmes liés à la sécurité, que vous avez dû aborder

dans les établissements scolaires, et vous savez parfaitement que l'école est déterminante dans la vitalité de notre

milieu rural.

C'est pourquoi la sécurité physique et morale, c'est-à-dire la sécurité républicaine, qui a d'ailleurs toujours conservé ses

compagnies, doit aussi conserver ses brigades.

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Claude Allègre, ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie. Monsieur le président,

mesdames, messieurs les sénateurs, je voudrais doublement m'excuser : d'abord, parce que, retardé je présidais le

comité de l'énergie atomique je n'ai pu répondre à une question qui m'était posée ; ensuite, parce que je vais

maintenant répondre à une question qui concerne le ministre de la défense. Je ne voudrais pas que vous pensiez que

l'habitude du Gouvernement est de faire répondre les ministres qui ne sont pas concernés.

C'est donc, monsieur le sénateur, au nom de mon collègue M. Alain Richard, dont je vous prie de bien vouloir excuser

l'absence, que je vais m'exprimer.

Le Gouvernement a la ferme volonté d'assurer l'égalité des citoyens devant le droit à la sécurité. C'est pourquoi le

Conseil de sécurité intérieure a validé les conclusions du rapport de MM. Hyest et Carraz, relatives à une nouvelle

répartition des forces de police et de gendarmerie sur le territoire national, dans la perspective d'une réorganisation en

faveur des zones urbaines les plus marquées par la délinquance.

L'évolution envisagée est rendue nécessaire parce que le maillage territorial de la gendarmerie, hérité de l'histoire, doit

s'adapter au développement des moyens de communications et aux changements démographiques.

La volonté du Gouvernement implique un certain nombre d'adaptations au niveau des zones rurales et des petites villes.

Aussi des aménagements seront-ils apportés au dispositif actuellement en place afin de parvenir à la meilleure

adéquation entre le besoin de sécurité des populations et les moyens mis en oeuvre, en particulier concernant les

effectifs.

Ces modifications du dispositif actuel ne sauraient toutefois se traduire par un affaiblissement de la sécurité dans les

zones rurales où la gendarmerie maintiendra un maillage territorial de façon à poursuivre, auprès des populations, son

action de proximité.

En raison des problèmes posés, le Gouvernement a décidé de faire conduire par M. Guy Fougier, conseiller d'Etat, une

consultation approfondie sur ce réaménagement, non seulement au niveau national, mais également avec les autorités

locales et les élus, et en conséquence de modifier le calendrier initial.

M. Fougier doit rendre ses conclusions avant la fin de l'année. Le Gouvernement prendra ensuite des décisions. La

réalisation du programme ainsi défini s'effectuera sur une période pluriannuelle. La situation des brigades territoriales

concernées dans le département du Gers, unités très peu chargées en termes de population et de faits délictueux

constatés, sera donc examinée dans ce cadre.

Le Gouvernement a ainsi engagé une démarche progressive, marquée par le souci de l'intérêt général, du dialogue et du

réalisme. Il convient de rappeler que le but de cette opération de rationalisation et d'optimisation des moyens affectés

aux missions de sécurité publique avait déjà été affirmé dans la loi du 21 janvier 1995 d'orientation et de programmation

relative à la sécurité.

Sans préjuger la décision qui sera prise, le Gouvernement ne manquera pas de tenir compte de la situation spécifique

des brigades territoriales concernées, qui feront l'objet d'une attention particulière, en termes d'aménagement du

territoire et de droit à la sécurité des populations, là comme ailleurs. J'ajouterai, monsieur le sénateur, que, étant

moi-même originaire d'un village rural, je suis particulièrement attentif à ces problèmes.

M. Yves Rispat. Je demande la parole.

M. le président. La parole est à M. Rispat.

M. Yves Rispat. Je tiens à remercier M. le ministre de la réponse qu'il m'a communiquée. J'ajoute que j'apprécie sa

connaissance du milieu rural.

Toutefois, j'insiste sur les graves conséquences, en termes d'insécurité, qu'aurait la suppression de brigades de

gendarmerie : il en résulterait, en effet, une atteinte au bien-vivre des populations rurales, un accroissement des

handicaps supportés par l'aménagement du territoire et le risque de voir apparaître et se développer une délinquance,

une criminalité « exportées » des zones urbaines.

Le slogan de notre département est : « Le bonheur est dans le Gers ». (Sourires.) Ne nous l'enlevez pas !

Questions similaires

Déposée le 20 octobre 1998 à 22h00
Similarité de la question: 49% Similarité de la réponse: 86%
Déposée le 19 août 2011 à 22h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 14 mai 1998 à 22h00
Similarité de la question: 67% Similarité de la réponse: 86%
Déposée le 3 juin 1998 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 40%
Déposée le 14 mai 1998 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 49%
Déposée le 9 juin 1999 à 22h00
Similarité de la question: 75% Similarité de la réponse: 36%