Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Fortes hausses des tarifs des péages autoroutiers en 2023 et 2024 malgré d'importants profits déjà réalisés par les sociétés concessionnaires

Question écrite de M. Hervé Maurey - Économie, finances, souveraineté industrielle et numérique

Question de M. Hervé Maurey,

Diffusée le 21 février 2024

M. Hervé Maurey attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique sur les fortes hausses de tarifs des péages autoroutiers en 2023 et 2024.

Les tarifs des péages des autoroutes françaises ont augmenté, en moyenne, de 3 % le 1er février 2024. Ces augmentations s'ajoutent à celle de 4,75 % observée en 2023. Il s'agit des deux plus fortes augmentations enregistrées depuis la privatisation d'une partie du réseau autoroutier national en 2006.

Il souhaite donc savoir si le Gouvernement envisage de prendre des mesures pour protéger le pouvoir d'achat des automobilistes.

Réponse - Transports

Diffusée le 1 mai 2024

Les tarifs de péage autoroutiers sont réévalués tous les ans, principalement au premier février, sur le fondement des articles 25 des contrats de concessions validés par décret en conseil d'Etat, qui prévoient les évolutions maximales autorisées. Celles-ci dépendent pour une large part de l'évolution des prix à la consommation hors tabac d'octobre à octobre.

Compte tenu des circonstances exceptionnelles d'inflation de ces dernières années, ces évolutions ont été de + 3,9 % en 2023 et de + 6,3 % en 2022, soit sensiblement plus que les hausses de tarif des péages autoroutiers sur les périodes concernées. Toute modération de ces évolutions imposée de manière unilatérale par l'Etat devrait faire l'objet d'une compensation.

Ainsi, le gel des tarifs de péages décidé en 2015 s'est traduit, par des hausses additionnelles compensatoires des tarifs jusqu'en 2023. Une telle modération n'apparait donc pas opportune. Par ailleurs, les usagers qui effectuent, sur le même trajet, au moins 10 allers-retours par mois, bénéficient d'une réduction de 30 % sur leurs tarifs de péages.

L'Etat poursuit également une politique active en faveur des modes alternatifs à l'autosolisme, que ce soit par le développement des transports collectifs là où ils sont pertinents, ou par l'accompagnement du développement du covoiturage. S'agissant du réseau concédé plus particulièrement, c'est ainsi environ 4 000 places de covoiturage qui ont été aménagées sur le réseau concédé depuis 2017, et 5 400 supplémentaires devraient être aménagés dans les années à venir.

Ces aménagements permettent aux français de mutualiser leurs déplacements en véhicule particulier, synonymes de gains de pouvoir d'achat et de moindres émissions de gaz à effet de serre.

Questions similaires

Déposée le 7 février 2024 à 23h00
Similarité de la question: 60% Similarité de la réponse: 79%
Déposée le 20 février 2023 à 23h00
Similarité de la question: 51% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 7 janvier 2015 à 23h00
Similarité de la question: 66% Similarité de la réponse: 73%
Déposée le 5 septembre 2022 à 22h00
Similarité de la question: 42% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 4 septembre 2017 à 22h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 5 octobre 2016 à 22h00
Similarité de la question: 40% Similarité de la réponse: 43%