Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

La gynécologie médicale

Question thématique de Mme Michelle Meunier - Affaires sociales et santé

Question de Mme Michelle Meunier,

Diffusée le 14 février 2013

Mme Michelle Meunier. Madame la ministre, la gynécologie médicale est une spécialité à laquelle les femmes françaises sont très attachées, puisque 60 % d'entre elles consultent régulièrement un ou une gynécologue. Ces professionnels assurent une prise en charge des femmes tout au long de leur vie pour les questions relatives à la contraception, à l'obstétrique, aux infections sexuellement transmissibles, à l'éducation à la sexualité et à la prévention, à la ménopause, aux dépistages de cancers, à l'accompagnement des couples infertiles, à la procréation médicalement assistée, etc.

Leur complémentarité avec les chirurgiens gynécologues, les obstétriciens, les sages-femmes, les médecins généralistes et les pharmaciens assure un maillage pertinent, au service de la santé des femmes.

Après la réforme de l'internat de 1984, la gynécologie médicale a été supprimée du cursus universitaire. Cette décision a entraîné la forte mobilisation que l'on sait pour demander son maintien. Cette discipline a été rétablie en 2003 par la création du diplôme d'études spécialisées de gynécologie médicale.

Toutefois, la situation nous oblige à rester vigilants, puisque le nombre de gynécologues médicaux formés ne permettra pas de compenser les départs à la retraite prévisibles : près de 60 % des professionnels actuellement en fonction cesseront leur activité d'ici à 2020.

Les organisations professionnelles demandent l'ouverture de quarante postes d'internat par an, au lieu de trente aujourd'hui, ainsi que la construction d'un véritable parcours hospitalo-universitaire, pour donner à cette discipline toute son importance au sein du système de santé.

À l'heure où des questions de santé publique se posent à propos de certaines pilules contraceptives, cette spécialité médicale représente une sécurité pour les femmes, pour peu, évidemment, que l'on contrôle son indépendance à l'égard des laboratoires.

Madame la ministre, comment comptez-vous traiter la question du renouvellement des gynécologues médicaux, afin de compenser les nombreux départs à la retraite prévisibles ? Ne pensez-vous pas envisageable de confier à ces professionnels un rôle de santé publique auprès de l'ensemble des prescripteurs de leur territoire, en termes notamment de conseil, d'information, de formation ou de gestion de forums d'échanges ? (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et du groupe écologiste.)

M. Didier Guillaume. Très bonne question !

Réponse - Affaires sociales et santé

Diffusée le 14 février 2013

Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé. J'observerai tout d'abord que la santé des femmes est une question qui concerne la moitié de la population française ! On ne peut donc considérer qu'il s'agisse d'un enjeu mineur pour notre système de santé. Vous avez raison de souligner, madame la sénatrice, que les femmes françaises sont particulièrement attachées à la gynécologie médicale : 93 % d'entre elles souhaitent pouvoir consulter un médecin formé dans cette spécialité qui renvoie à l'intime.

C'est une aspiration des femmes à laquelle je suis sensible. Je tiens à exprimer devant vous ma volonté de faire en sorte qu'elles puissent accéder, lorsqu'elles le souhaitent, à un gynécologue médical.

Comme vous l'avez indiqué, nous sommes confrontés à un problème de démographie, puisque 78 % des gynécologues médicaux ont plus de 55 ans, contre 42 % seulement des autres spécialistes. Cette situation recouvre un enjeu important pour les années à venir. Elle s'explique par l'arrêt de la formation de gynécologues médicaux entre 1984 et 2003.

La première mesure à prendre est donc de consolider la gynécologie médicale en tant que spécialité médicale à part entière. C'est la raison pour laquelle, madame la sénatrice, j'ai retiré le projet de décret qui visait à rendre automatique l'agrément pour la gynécologie médicale des services de gynécologie obstétrique.

Je le répète, la gynécologie médicale doit être reconnue comme une spécialité à part entière. Cela implique de prendre des mesures fortes en la matière, si nous voulons que la démographie médicale soit à la hauteur des attentes des Françaises dans les années à venir. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC, ainsi que sur certaines travées du RDSE.)

M. le président. La parole est à Mme Michelle Meunier, pour la réplique.

Mme Michelle Meunier. Madame la ministre, je vous remercie de la précision de vos réponses, qui me donnent entière satisfaction.

Je salue votre volonté d'inscrire la gynécologie médicale dans le paysage de la santé publique. Cela répond tout à fait aux attentes des femmes de notre pays.

Questions similaires

Déposée le 17 juin 2015 à 22h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 53%
Déposée le 19 décembre 2010 à 23h00
Similarité de la question: 79% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 14 février 2013 à 23h00
Similarité de la question: 78% Similarité de la réponse: 77%
Déposée le 23 janvier 2013 à 23h00
Similarité de la question: 54% Similarité de la réponse: 74%
Déposée le 3 novembre 1998 à 23h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 36%
Déposée le 19 décembre 2011 à 23h00
Similarité de la question: 74% Similarité de la réponse: 74%