Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Infraction pénale : code de conduite pour les interrogatoires

Question écrite de - Intérieur

Question de ,

Diffusée le 19 mars 2001

M. Paul Raoult appelle l'attention de M. le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales sur l'élaboration d'un code de conduite pour les interrogatoires des personnes soupçonnées d'une infraction pénale. En effet, la police nationale a été dotée d'un code de déontologie mais elle ne dispose pas, malgré les recommandations du comité européen pour la prévention de la torture, d'un tel code de conduite, alors même que, dans un contexte marqué par l'accroissement des prérogatives des forces de sécurité intérieure, il apparaît particulièrement judicieux d'en pourvoir ces dernières. Il lui demande donc s'il compte prendre des initiatives en ce sens.

Réponse - Intérieur

Diffusée le 19 mars 2003

Relayant les préoccupations de l'Association des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT-France), l'honorable parlementaire a interrogé le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales sur la conformité au droit européen et international des formations " droits de l'homme " dispensées aux agents de la force publique et souhaiterait connaître les intentions du ministre sur l'éventuelle élaboration d'un code de conduite pour les interrogatoires des personnes soupçonnées d'infraction pénale qui serait un rappel des obligations auxquels ces fonctionnaires sont soumis en matière de respect de la personne humaine.

En effet, en souscrivant aux engagements européens et internationaux de protection des droits de l'homme, la France s'est engagée à prévenir les mauvais traitements sur les personnes privées de liberté, en veillant notamment à ce que les droits de l'homme fassent partie intégrante de la formation des agents chargés de l'application de la loi.

Cependant, il convient de noter qu'aucun texte européen ou international ne prévoit l'élaboration d'un tel code de conduite pour les interrogatoires. Il convient tout d'abord de rappeler que, sur la base des recommandations du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT), un guide pratique de déontologie de la police nationale a déjà été élaboré par l'inspection générale de la police nationale sous l'égide du haut conseil de déontologie et est diffusé depuis 1999 dans toutes les structures de formation initiale et continue de la police nationale.

Ce guide pratique de déontologie traite du respect des personnes durant les interrogatoires, en abordant notamment le recueil des déclarations et les interrogatoires. De même, la loi du 15 juin 2000 introduit de nouvelles dispositions de procédure renforçant la présomption d'innocence et les droits des victimes, relatives aux interrogatoires, en faisant notamment obligation aux fonctionnaires de police de récapituler le déroulement des mesures de garde à vue.

L'ensemble de ces dispositions et mesures protectrices a fait l'objet d'une large information auprès des personnels de police à la demande du directeur général de la police nationale notamment auprès des personnels actifs, par les fiches pédagogiques de la direction de la formation de la police nationale et par les diverses circulaires initiées par la chancellerie.

Ainsi, l'élaboration d'un code de conduite des interrogatoires des personnes soupçonnées d'infraction pénale n'apparaît pas nécessaire dans la mesure où sa valeur ajoutée serait neutre au regard des dispositions actuelles contenues dans le code de déontologie et rappelées dans le guide pratique de déontologie policière.

Questions similaires

Déposée le 19 février 2012 à 23h00
Similarité de la question: 62% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 19 mars 2002 à 23h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 50%
Déposée le 6 mai 2019 à 22h00
Similarité de la question: 49% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 19 juillet 2000 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 70%
Déposée le 3 février 1999 à 23h00
Similarité de la question: 35% Similarité de la réponse: 75%
Déposée le 15 mai 2023 à 22h00
Similarité de la question: 68% Similarité de la réponse: 0%