Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Inquiétudes et difficultés des crèches associatives

Question écrite de Mme Brigitte Micouleau - Enfance

Question de Mme Brigitte Micouleau,

Diffusée le 12 avril 2023

Mme Brigitte Micouleau attire l'attention de Mme la secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de l'enfance, sur les difficultés auxquelles sont confrontées les crèches associatives et les inquiétudes qui se font jour auprès des personnels de ces structures.

En effet, la pénurie de professionnels dans le secteur touche l'ensemble des intervenants - diplômées d'un certificat d'aptitude professionnelle (CAP), auxiliaires, éducatrice... - et engendre un épuisement des équipes.

Les crèches associatives sont également impactées par les revalorisations salariales de ces 18 derniers mois et de l'année à venir, notamment avec la convention collective des acteurs du lien social et familial (ALISFA). Si la reconnaissance de l'ensemble des métiers de la petite enfance est appréciée et nécessaire, cela engage financièrement les structures et peut les mettre en difficultés.

Également, le désengagement ou un certain durcissement de leur partenariat avec certaines collectivités les inquiète.

Aussi, elle lui demande ce que compte faire le Gouvernement pour véritablement pérenniser une vraie reconnaissance de l'utilité publique, sociale et d'innovation des crèches associative, et pour leur assurer le soutien économique dont elles ont besoin.

Réponse - Solidarités et familles

Diffusée le 25 octobre 2023

Les difficultés structurelles et conjoncturelles qui fragilisent l'offre de modes d'accueil constituent une préoccupation forte du Gouvernement qui a fait de la refondation du secteur de la petite enfance une priorité pour permettre à toutes les familles de disposer d'une solution d'accueil de qualité pour leurs jeunes enfants.

La refondation du secteur de la petite enfance est une priorité nationale. Afin de tenir cet engagement, la lutte contre la pénurie des professionnels des modes d'accueil et le renforcement de l'attractivité du secteur de la petite enfance sont des préalables nécessaires. C'est pourquoi le Comité de filière petite enfance, créé en novembre 2021, réunit des représentants de toutes les parties de ce secteur, notamment des professionnels de la petite enfance.

S'agissant de l'attractivité des métiers, les travaux du comité de filière ont déjà permis certaines réalisations comme la préfiguration d'un observatoire de la qualité de vie au travail dans la petite enfance, piloté par l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail, dont les conclusions devraient être remises au mois de septembre, ou le lancement d'une campagne de promotion des métiers de la petite enfance au mois d'avril 2023.

La qualité de vie au travail est un des éléments déterminants de l'attractivité du secteur de la petite enfance mis en avant par le rapport de l'inspection générale des affaires sociales Qualité de l'accueil et prévention de la maltraitance dans les crèches (mars 2023). En outre, en juin 2023, les membres du comité de filière ont signé un document d'engagement pour un socle commun en faveur des professionnels de l'accueil du jeune enfant prévoyant, notamment, l'application d'une convention collective à tous les salariés de l'accueil collectif, la définition des emplois repères et la fixation des salaires minimum d'entrée sur ces emplois repères.

Cet accord prévoit également des revalorisations des grilles salariales ou bien encore la mise en place de politiques d'amélioration des conditions de travail. Compte-tenu de ces progrès, l'Etat a confirmé son accord pour que les employeurs soient accompagnés financièrement pour revaloriser les salaires dans le secteur de la petite enfance.

Les branches professionnelles signataires qui mettront en oeuvre leurs engagements se verront accompagnées par la branche famille pour revaloriser les salaires. 200 millions d'euros sont prévus chaque année à cette fin dans la Convention d'objectifs et de gestion (COG) 2023-2027 qui lie l'Etat et la Caisse nationale d'allocations familiales pour accompagner jusqu'à deux tiers des montants des revalorisations.

Le secteur des crèches associatives bénéficiera de ces mesures de soutien, ainsi que des autres mesures prévues par la COG, notamment les évolutions dans le calcul des aides financières liées à la place. Enfin la création du service public de la petite enfance, annoncée par la Première ministre le 1er juin 2023, a pour ambition de répondre aux multiples défis que rencontre le secteur : une gouvernance renouvelée de la politique petite enfance et un approfondissement du pilotage de la qualité d'accueil sont nécessaires pour construire un service public de la petite enfance qui apportera aux Français une offre d'accueil du jeune enfant à la fois sécurisée et de qualité, financièrement accessible à tous et disponible en nombre suffisant pour répondre aux besoins de tous les parents de jeunes enfants.

Questions similaires

Déposée le 24 mai 2023 à 22h00
Similarité de la question: 70% Similarité de la réponse: 99%
Déposée le 24 juillet 2023 à 22h00
Similarité de la question: 69% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 24 avril 2023 à 22h00
Similarité de la question: 39% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 5 juillet 2023 à 22h00
Similarité de la question: 72% Similarité de la réponse: 88%
Déposée le 31 juillet 2023 à 22h00
Similarité de la question: 73% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 7 juin 2023 à 22h00
Similarité de la question: 71% Similarité de la réponse: 84%