Tous les comptes rendus municipaux disponibles sur Pappers Politique !

Pappers Politique vous permet d'accéder et d'explorer les comptes rendus, délibérations et procès verbaux de conseils municipaux :
  • Anticipez les besoins et projets dans les municipalités et plus particulièrement les appels d'offre à venir.
  • Identifiez les communes actives sur vos thématiques de prédilection
Réserver une démo avec un expert

Interdiction de louer des logements considérés comme trop énergivores et conséquences pour Paris et sa région

Question écrite de Mme Catherine Dumas - Ville et logement

Question de Mme Catherine Dumas,

Diffusée le 15 février 2023

Mme Catherine Dumas rappelle à M. le ministre délégué auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé de la ville et du logement les termes de sa question n°03634 posée le 03/11/2022 sous le titre : " Interdiction de louer des logements considérés comme trop énergivores et conséquences pour Paris et sa région ", qui n'a pas obtenu de réponse à ce jour.

Réponse - Logement

Diffusée le 10 janvier 2024

La rénovation énergétique des logements est une priorité du Gouvernement : elle répond à un double objectif écologique, pour réduire la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre du secteur des bâtiments (qui représente de l'ordre de 45 % de la consommation énergétique et 20 % des émissions nationales), et social, pour réduire les factures et améliorer le confort d'habitat des Français, en particulier de ceux en situation de précarité énergétique.

Pour y répondre et accélérer en particulier la rénovation du parc locatif, la loi n° 2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, dite loi « climat et résilience », a effectivement prévu de nouvelles mesures concernant la décence des logements.

Ainsi, un logement nouvellement mis en location ou dont le bail de location fait l'objet d'une mesure de reconduction, expresse ou tacite, doit désormais respecter un niveau de performance énergétique minimal. Ce critère d'indécence concerne depuis le 1er janvier 2023 les logements les plus énergivores de la classe G (parfois dits « G+ ») ; il s'appliquera à tous les logements classés G au sens du diagnostic de performance énergétique (DPE) à compter du 1er janvier 2025, classés F à compter du 1er janvier 2028 et classés E à compter du 1er janvier 2034.

A compter du 1er janvier 2025, ce sont donc 646 000 logements G du parc locatif privé (évaluation au 1er janvier 2023) qui seraient (en l'absence de travaux réalisés) concernés progressivement par cette disposition relative à l'indécence énergétique, dont moins de 270 000 sont situés en copropriétés.

Ces chiffres sont à remettre en perspective des plus de 8 millions de logements au sein du parc locatif privé et 30 millions de résidences principales. En Ile-de-France en particulier, qui compte de l'ordre de 5,3 millions de résidences principales, moins de 240 000 logements sont classés G au sein du parc locatif privé (moins de 240 000 classés F également).

Les résultats de la politique publique de rénovation énergétique menée par le Gouvernement sont tangibles : le nombre de passoires parmi les résidences principales est en baisse de 7 % entre le 1er janvier 2022 et 2023, et l'impact de la classe DPE sur les prix des logements (la « valeur verte ») est croissant.

L'objectif est de continuer d'accélérer, en particulier en mettant à disposition de chaque propriétaire bailleur les outils pour pouvoir respecter le calendrier de la loi « climat et résilience ». Les aides directes contribuent à lever une grande partie des freins financiers. En particulier, le budget de l'Anah est en très forte hausse en 2024, avec un niveau inédit de plus de 5 milliards d'euros de crédits consacrés à la rénovation énergétique, et la refonte des parcours d'aides vise à soutenir davantage les rénovations d'ampleur engagées par tous les ménages, en maisons individuelles comme en copropriétés.

Le Gouvernement est également attentif à faciliter le financement du reste à charge, en dialogue étroit avec les banques : la loi de finances pour 2024 prolonge notamment l'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), accessible à tous les bailleurs sans condition de ressources pour financer jusqu'à 50 000 euros sur 20 ans, et qui a fait l'objet de mesures de simplification pour massifier sa distribution.

Sur le plan fiscal, la déduction du déficit foncier du revenu imposable est un outil de soutien complémentaire puissant, avec un plafond d'imputation doublé pour tous les travaux de rénovation permettant de sortir des classes E, F ou G du DPE et réalisés d'ici fin 2025. Si la levée des contraintes financières est indispensable, l'information, le conseil et l'accompagnement des bailleurs sont décisifs pour la prise de décision d'engager des travaux et donc accélérer la rénovation du parc locatif privé.

C'est l'objectif du renforcement de la couverture territoriale par le réseau France Rénov', avec fin 2023 plus de 570 espaces conseil et 2 500 conseillers répartis sur l'ensemble du territoire, de son articulation renforcée avec France Services depuis le 1er janvier 2024, ou encore du déploiement de Mon Accompagnateur Rénov', tiers de confiance agréé par l'Anah pour guider les ménages tout au long de leur parcours.

En région Ile-de-France, le programme CoachCopro est un dispositif d'accompagnement gratuit développé par l'Agence Parisienne du Climat en 2013, qui fait désormais partie intégrante du service public France Rénov'. Il assure l'interface entre les copropriétaires, les syndics, les artisans et les pouvoirs publics par l'intermédiaire des ALEC (agences locales de l'énergie et du climat).

Fin 2023, l'observatoire national CoachCopro indique que le cap des 10 000 copropriétés parisiennes (soit environ un quart des copropriétés de la capitale) inscrites sur la plateforme a été franchi, ce qui représente 365 000 logements accompagnés. Enfin, le Gouvernement souhaite éviter que des logements du parc locatif privé à vocation de résidence principale ne basculent dans le parc destiné à des locations touristiques de courte durée faute de remplir les critères de décence énergétique suite au refus de leur propriétaire d'y réaliser les travaux nécessaires ou à leur mise en vente en l'état.

C'est le sens des positions défendues lors de l'examen en cours à l'Assemblée nationale de la proposition de loi visant à remédier aux déséquilibres du marché locatif, qui doit notamment permettre aux villes qui le souhaitent de conditionner l'autorisation de changement d'usage de logements vers la location touristique au respect des critères de décence énergétique fixés par la loi « climat et résilience ».

Questions similaires

Déposée le 2 novembre 2022 à 23h00
Similarité de la question: 38% Similarité de la réponse: 100%
Déposée le 8 mai 2023 à 22h00
Similarité de la question: 49% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 12 juin 2023 à 22h00
Similarité de la question: 25% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 18 janvier 2023 à 23h00
Similarité de la question: 21% Similarité de la réponse: 91%
Déposée le 19 juin 2023 à 22h00
Similarité de la question: 37% Similarité de la réponse: 0%
Déposée le 6 juillet 2022 à 22h00
Similarité de la question: 26% Similarité de la réponse: 83%